du Mardi 28 Mars au Lundi 3 Avril 2007
Coordonnées :
Blackpool
ROYAUME UNI

Congrès de Blackpool ou quand la Télé Réalité s’empare des concours !

Depuis quelques semaines je demandais à qui voulais bien m’écouter : ” Et Blackpool alors c’est comment ? ”

Les plus blasés me répondaient “Si tu aimes les marchands de trucs, c’est l’endroit rêvé”.

Les plus  branchés me répondaient que c’était le top du kitch et les plus  normands, me répondaient, que c’était pas mal, mais pas top! Une solution, la seule solution : Y aller. !!!

Et finalement, Blackpool, c’est un peu tout ça, dans  le même ordre !

Tout d’abord, il faut savoir que la ville est assez difficile d’accès. La cité des fêtes et loisirs du nord de l’Angleterre se mérite. Pas d’avion direct, il faut atterrir à Manchester et se farcir deux heures de train.

L’arrivée  est un peu surprenante. Si, d’après ce qu’un chauffeur de taxi m’a raconté, la ville compte plusieurs dizaines de milliers de personnes en été, là c’est le désert. Tout est fermé, la mer nous offre son plus beau marron, le vent cingle bien comme il faut, et  le ciel nous rappelle qu’ici plus qu’ailleurs, il est prêt à déverser des tonnes d’eau en quelques minutes.

Mon hôtel est à la hauteur de mes ambitions. Grisé par une plaquette prometteuse, j’avais réservé et payé ” le seul trois étoiles de la ville “. J’ai compris mon erreur dès  ma sortie du taxi. Les plus grands magiciens sont hôteliers, vous pouvez me croire !

Une visite de ma chambre me confirme mes craintes, de toute façon ce n’est pas grave,  je ne compte l’utiliser que très  peu ! Direction, le Winter Garden, sorte de grand complexe comprenant salles de  jeux, de spectacle et de bal. Un monument tout dédié au  spectacle et aux fêtes en général.

Accueil efficace et partout des contrôles  polis et souriants. En 15 secondes, les badges et autres bouquins sont récupérés. Un record lorsque l’on sait qu’il y a plus de 3500 personnes qui arrivent en même temps.

Et c’est là tout justement le paradoxe génial de Blackpool. Nous étions 3500 et on a l’impression de vivre un petit congrès sympa entre potes.

La salle, que dis-je, les salles réservées aux marchands sont gigantesques.

Ils sont tous là ! De Spiderflex à Tango en passant par  Losander.

Le plus: la présence de quelques petits inventeurs, pas toujours très magiciens,  mais avec des petits trésors d’ingéniosité posés  sans chichi sur un bout de nappe.  Première surprise : pas de cérémonie d’ouverture. C’est pas plus mal, ainsi on nous épargne les sempiternelles remises de médailles et autres discours du président et consorts.

Le vendredi après midi est donc consacré aux  conférences, comme les deux jours suivants.

Que dire des conférences de Randy Wakeman, Stan Allen, Simon Lovell; Ian Rowland et David Shimshi qui termina à 00.30 sinon que globalement c’est de l’ACHARNEMENT.

Parallèlement se tenait European Magical Close up Championship.

Tiens, encore un titre européen ! Décidément, c’est à la mode !

9 concurrents sélectionnés sur vidéo s’affrontent. Pour présenter le concours devant 3500 personnes, la subtilité consiste à demander à chaque concurrent de faire son numéro à trois reprises en changeant de salle.

Dans la dernière, équipée d’écrans vidéo (avec deux caméras, une pour le plan large et une pour les plans serrés)  qui présentaient les numéros avec  clarté et sans tuer les effets (j’ai beaucoup souffert à Stockholm !).

Globalement je retiens d’excellentes prestations basées sur des jeux d’acteurs parfois très fins et un humour anglais que j’ai souvent eu beaucoup de mal à saisir.

La prestation de Olmac démarra, à mon sens avec un petit à priori de ce public très « anglais ».

Idem pour celle de Jérôme Burgeon (alias Candide).

Pour autant, tout deux réussirent, grâce à un crescendo bien dosé de leurs effets, à cueillir puis à emporter la salle… gros succès.

Bebel, Romaric et tous les Français présents (beaucoup plus que je ne l’imaginais) étaient sous le charme. Moi aussi !!

Les juges étaient Kevin Gallager, Domenico Dante et Mike Gancia.

Quelques minutes plus tard, Jérôme partait avec la coupe de Wimbledon entre les mains, et Olmac se chargeait de celle de Roland Garros. Décidément les anglais ont les moyens puisqu’en plus Jérôme empoche une prime en cash de 1000 £ (presque 1500 €).

Lui qui était étonné qu’on lui ait offert son entrée au congrès sur le motif qu’il était concurrent !

Jérôme nous a confié un peu plus tard, que le fait d’avoir eu à présenter son numéro trois fois de suite l’avait tout simplement « chauffé » et déstressé. Je pense que c’est un élément effectivement très important !

Partout dans le Winter Garden les rencontres sont incroyables !

Les petits bars disposés un peu partout sont autant de points de rencontre. Les situations sont parfois incongrues.

En pleine discussion avec Romaric, nous observons à deux mètres de nous, un magicien, en pleine démonstration  « romaricienne » avec son oreille.

Il est tout content de montrer sa trouvaille. Problème: il ne le fait pas très bien. « Romaric, fonces !! T’as du boulot ! »

Dix secondes plus tard, l’attroupement est créé, les appareils photos crépitent !

Romaric est démasqué et montre à tout un groupe, à quoi l’effet ressemble quand il est réussi !!! Une demi-heure plus tard, il revient en nous présentant un imprimeur allemand, qui vient de sortir des « Bicycles » plus vraies que nature.

Bébel  est positivement surpris par leur qualité de touché, très proche de l’original.

La différence : le dos, évidemment et surtout la possibilité de les imprimer à la demande. Les petits malins me comprennent !

La première nuit de liberté commence. Ce sera la moins « chaude » car les habitudes ne sont pas encore prises…

Le QG de toutes les rencontres, c’est le bar du RUSKINS, un des  hôtels  où sont logés les artistes. C’est à deux rues du Winter Garden et je comprends en y entrant que les anglais n’ont pas la même notion des étoiles que nous ! C’est chaleureux, confortable, bref un vrai hôtel quoi.

Le bar devient le lieu de toutes les magies.

Bébel se lâche, si le premier jour il ne part se coucher qu’à 5 heures du mat, les jours suivants, survolté par un Romaric en pleine forme, ils ne se couchera pas avant 10 heures du matin.

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.