(Réponse aux textes de Jean-Luc BERTRAND et Pascal WEBER)

O.K. Je crois que tout artiste est d’accord avec vous pour dire que la magie pure n’est pas atteinte uniquement par la technique mais plutôt par la fluidité de l’ensemble, qui fait qu’un tour fait plus qu’étonner et parvient à fasciner ou à émerveiller.

Le problème selon moi n’est pas là, car si l’on s’arrête à ces considérations, il suffit de dire que le public est le seul juge et que le mauvais magicien restera mauvais sans gêner les bons.

Malheureusement, ce n’est pas aussi simple : le mauvais magicien peut donner un mauvaise image de la magie en général, ce qui se traduit dans la pratique par des problèmes financiers pour les intermittents.

Le débinage en outre, nuit aussi au bon magicien, puisqu’un public « au courant » n’aura jamais vraiment la même osmose avec l’artiste.

Dans quelle mesure le talent pourra-t-il compenser cette rupture ?

Comment alors protéger les bons magiciens et la magie en général du débinage et des mauvais artistes ?

Là est la vraie question à laquelle la magie devra répondre si elle veut rester en vie (demandez aux intermittents, le nombre de contrats qu’ils trouvent est en constante baisse !).

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.