Totalement d’accord avec l’idée de GOSHMAN, le nombre de magiciens que je rencontre qui assurent très largement en terme de technique est illimité…

C’est vrai, ils font des ‘intervisuels’, des sauts de coupe au riffle absolument invisibles (et je pèse mes mots), des donnes en second ou des filages parfaits…

Alors effectivement, c’est impressionnant en terme de cartomagie, après avoir vu cette technique de près, on la travail comme une bête, sans leur dire, on passe tout comme eux des heures à s’acharner sur une technique.

Même pas un effet ou une routine, non, juste une technique.

Une fois cet acharnement récompensé, une fois la technique maitrisée, on se penche sur la suivante…

Mais cette influence (bonne ou mauvaise) de ces techniciens magiques font oublier l’essentiel.

Une technique en soit est impressionnante mais elle ne fait pas rêver.

Un intervisuel c’est très fort, je le reconnais mais s’il est juste utilisé dans le but de masquer deux cartes, super, quel intérêt ?!

Je veux de la magie, je veux être transporté dans un moment irréel, avec une belle histoire.
La magie est bien référencée en tant qu’Art, il faut lui apporter de la comédie, de l’imagination, du fantasme, de l’improvisation (seulement a toute petite dose), bien sûr à tout ça, il faut y ajouter de bonnes bases.

C’est un tout qui peut un jour se mélanger pour en faire ce qui est communément appelé ‘MAGIE’.

Mais la technique ne remplacera jamais l’envie de faire rêver…

Et pour cela, il faudra un peu plus que le saut de coupe le plus rapide au monde.

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.

Article précédentConférence d’Arthur TIVOLI à Angers
Article suivantBalles Eponge Maestro de Sacha MARC
Magicien spécialisé dans le close-up et la mise en scène d'événements magiques, a illustré son travail dans tous les domaines et tous les milieux depuis plus d’une quinzaine d’années. Passionné depuis toujours par la magie, il débute sa carrière de magicien à New York dans les restaurants chics de la ville pendant quelques années, avant de déménager à Singapour. Il y perfectionnera son approche artistique au travers des cultures et de ses rencontres. L’idée d’utiliser la magie comme outils de communication s’installera petit à petit. Devenu créateur d'événements magiques surprenants et encore jamais vu, Jean-Luc Bertrand est régulièrement invité dans des soirées privées, des événements d’entreprise, sur des plateaux de télévision ou par des marques de luxe dans le monde entier… Artiste avant tout, il passera en parallèle, une dizaine d’années dans les théâtres parisiens avec sa pièce «MAGICIEN(S) TOUT EST ECRIT», une comédie magique mise en scène par Arthur JUGNOT. Fort de cette expérience scénique, il apprendra l’importance du jeu, des lumières et de la scénographie. A l’image de sa société CLOSE UP MAGiC Entertainment, toujours à la recherche de nouveaux défis, Jean-Luc Bertrand partage son activité entre la scène et sa société de production, où il développe avec son équipe des projets de plus grande envergure.