Il est des idées, ou plutôt des images, reçues qui s’imposent que nous le voulions ou non aux spectateurs, comme aux pratiquants de notre art.

L’apparition qui doit se faire d’un chapeau est toujours celle d’un lapin, même si ce tour date de plus d’un siècle et que personne ne produit plus de lapin d’un chapeau, d’autant que fort peu de spectateurs aujourd’hui portent un chapeau haut de forme.

De la même façon les objets qui s’enclavent mystérieusement sont toujours des anneaux, qui ne sont plus des anneaux s’ils ne sont pas remis dans les mains des spectateurs, de même que ceux-ci doivent toujours examiner une malle des Indes, faute de quoi ladite malle cesse d’être magique ou mystérieuse.

Et l’objet qui vole dans l’espace (hormis bien sûr les illusions : ashra, voiture, etc…) est toujours une boule.

La boule possède un mystérieux pouvoir symbolique comme la boule de cristal des voyantes, et surtout elle donne parfaitement l’illusion de rouler, et non pas d’être suspendue dans le vide.

Ceci concerne aussi bien la superbe boule volante Okito que la moderne zombie.

Et, comme toutes les règles, celle-ci comporte des exceptions.

On admet depuis Richard ROSS, ou aujourd’hui Rick THOMAS ou Jonathan PENDRAGON, que des anneaux ne soient pas donnés à examiner, ou qu’une malle des Indes –PENDRAGON encore- ne subisse pas une investigation minutieuse des spectateurs.

Les plus brillantes exceptions sont sans aucun doute l’ampoule électrique de BLACKSTONE, reprise aujourd’hui par Darren ROMEO, et surtout le violon de Norm NIELSEN.

J’ai vu voler de nombreux objets autres qu’une boule, sans aucune grâce, avec souvent fort peu de mystère, depuis un téléphone accroché à son cordon (si, si !) jusqu’à, récemment, un petit aquarium !

Qu’y a-t-il donc dans le violon de Norm qui lui a fait traverser les décades avec autant de succès ininterrompu ?

D’abord sans doute la silhouette du magicien, impeccable dans son boléro en lamé, qui est parfaitement intemporel, donc éternel.

La musique est présente tout au long du numéro, depuis la flûte changée en confettis d’argent entre ses doigts, jusqu’au fameux violon final en passant par ses productions de pièces.

Elles sont surtout l’occasion de faire entendre la mélodie de son guéridon qui fait cascader les pièces dans la musique d’une rivière entre les rochers, plutôt qu’une démonstration de virtuosité.

Aussi une parfaite séquence de manipulations et productions de cartes ou d’éventails. Mais je ne suis pas sûr que le public s’en souvienne.

Quant au violon lui-même, c’est non seulement une réussite technique, il pivote sous le foulard, ou posé sur l’ourlet. L’archet joue tout seul sur les cordes.

Mais surtout le violon a sa vie propre. Il respire avec le magicien, et refuse parfois d’obéir aux injonctions du Maître, comme la poupée d’un ventriloque qui se rebellerait.

Finalement, c’est après ce dialogue de quelques minutes et après avoir voltigé plusieurs fois à travers la scène qu’il disparaît !

Et en bon assistant stylé il revient saluer en glissant de la coulisse vers l’avant-scène, et s’incline sous les bravos, en même temps que Norm.

J’avais du côtoyer Norm dans un gala de l’AFAP au Musée Grévin dans les années 60.

A ce moment le point fort de mon numéro devait être le pot de lait et le cornet aux fleurs, allez savoir pourquoi je n’ai pas fait la même carrière ?

Norm vers cette époque a dû passer dans un programme anglais ou hollandais avec les meilleurs magiciens de l’époque autour de Fred KAPS.

J’ai eu l’occasion de voir cette bande quelques années plus tard.

Puis carrière ininterrompue de scènes, cabarets, ou programmes télévisés jusqu’à, pour ce qui concerne la France, un « Plus Grand Cabaret » de Patrick SEBASTIEN en 2000.

Il a travaillé dans les années 70 dans les Festivals magiques présentés à l’Olympia par Bruno COQUATRIX.

Il a de même fait des passages répétés à Paris au « Crazy Horse » d’Alain BERNARDIN. C’est là que je lui ai apporté cette photo de scène que j’avais prise à l' »Olympia », en 1976, dans un programme dont il partageait la vedette avec RICHIARDI Jr.

Il m’a fait l’honneur d’employer ce cliché pour sa publicité, et de m’en signer un tirage en 1985, quand je passais au « Magic Castle » avec mon numéro de fumeur.

Depuis je ne fume plus, mais le violon de Norm vole de plus en plus. C’est même parfois un piano entier qui lévite à travers la scène d’un théâtre.

Dans les années 80 il a commencé pour son plaisir à se constituer une collection d’affiches de magie.

Il possède maintenant un magnifique musée installé dans un bâtiment attenant à sa maison de Las Végas avec de nombreuses affiches, lettres ou autographes des plus grands noms de la magie.

Il propose aux collectionneurs de leur vendre les affiches qu’il possède en double, et surtout il a eu l’idée géniale de reproduire sur toile les plus belles de ces pièces.

Ces affiches en reproduction sont superbes, d’une dimension plus logeable souvent que les originaux (environ 50 x 70 cm) et d’un prix raisonnable également -100 à 200 dollars. Signées par Norm ce sont aussi des pièces de collection.

Si vous êtes de passage et si vous lui demandez gentiment il pourra même en faire un encadrement parfait. Norm continue aussi ses productions de marchand et créateur de matériel magique.

De véritables créations qui sortent de son propre atelier (il travaille avec les outil d’OKITO), comme sa canne changée en guéridon, son aquarium à apparition de poisson rouge, sa cravate servante, ses pièces fines ou chargeurs pour manipulateurs ou ses séries de produits latex employés dans le monde entier comme les bouteilles, du ketchup au champagne ou ses colombes en latex également. Il ne leur manque que le roucoulement (et la fiente).

Et, depuis ces dernières années, Il produit des appareils qui sont de véritables bijoux comme, inspirés des créations d’OKITO, un coffret à transposition de jetons et de riz, ou une superbe boîte miroir à production. Vous en verrez de très belles photos sur son site.

Enfin, ultime preuve de bon goût, Norm a épousé en 1998 Lupe, une charmante jeune femme de Panama. Il ne faut pas en conter à Lupe en guise de tours de cartes ou autres.

Un soir que je m’apprêtais à lui démontrer le tour du stylo qui tourne sur un jeu de cartes pour retrouver une carte choisie « Clock of San Marcos », elle m’interrompit gentiment « Je connais ce truc, c’est moi qui le fabriquais chez Collector’s Workshop ».

Je soupçonne aussi Lupe d’être une informaticienne de premier ordre et d’être pour beaucoup dans la gestion du site Internet de Nielsen Magic.

Bien sûr vous voyez toujours Norm dans le programme d’un congrès ou d’une série de galas à travers le monde, même s’il ne reste plus des semaines entières à Paris.

Et que croyez-vous que Norm ou Lupe vous répondent si vous leur passez un coup de fil pour leur dire que vous êtes en ville -« Bien sûr, nous avons tout le temps, est-ce que nous pouvons dîner ensemble ? »

Site Internet de Nielsen Magic : www.nnmagic.com
Courrier électronique : mail@nnmagic.com
Presse magique récente : MAGIC Septembre 2000 – MUM Août 2001 – MUM Décembre 2002

Photos :

  • Affiche actuelle, Lupe en médaillon (2000)
  • Norm et Michel au Magic Castle (1985)
  • Olympia 1976 (photo Michel Fontaine)
  • Construction d’un appareil Wonder Box (2003)
  • Norm et Lupe à Las Vegas (2003)

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.