2. Le détournement d’attention
ou comment étayer de manière scientifique un concept bien connu des magiciens

Extrait de la Conférence en 10 Points

L’art de la magie repose sur bon nombre de règles empiriques. Je citerai pour mémoire la théorie des temps forts et des temps faibles de SLYDINI dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

Auparavant, l’arsenal des magiciens reposait exclusivement sur le détournement d’attention.

Dans le jeu des gobelets, l’escamoteur avait une conscience diffuse que le fait de faire virevolter sa baguette ou de lancer une muscade en l’air couvrait parfaitement ses manipulations grossières.

Récemment, on a découvert que la vidéo rendait caduques bon nombre de ces techniques.

Dans cet article, je vais tâcher de mettre en évidence par une expérience simple une chose incroyable :

« Tout mouvement dans le champ visuel d’un œil rend l’autre complètement aveugle pendant plusieurs secondes ! »

Tout d’abord, on sait déjà que ce que nous voyons n’a guère de lien avec la réalité dont on dit qu’elle n’est

« qu’une illusion guidée par nos sens ».

Le cerveau construit à partir de signaux électriques une image en couleurs, avec vision stéréoscopique et balance des blancs en prime.

Les images stéréoscopiques en relief où notre cerveau est capable de retrouver une correspondance bijective entre des milliers de points est un exploit hors d’atteinte des machines les plus rapides.

Et cela dix fois par seconde alors que le plus puissant des ordinateurs a besoin de plusieurs heures pour calculer une image à plat toute bête.

Malgré tout, lorsqu’il ne peut pas suivre, notre cerveau nous donne quand même l’impression de tout voir.

Ainsi, il a fallu des siècles pour se rendre compte de l’existence du point aveugle : l’endroit où les câbles électriques quittent l’œil produit un trou noir de rayon considérable mais ce trou n’est perceptible qu’à travers une expérience particulière bien connue de tous et décrite dans tous les livres de science amusante.

Mais revenons à notre expérience. Pour mettre en évidence ce phénomène d’aveuglement temporaire, nous allons dissocier ce que perçoit chaque œil.

Prenez un miroir et collez sa tranche contre votre nez. Inclinez le miroir de façon à ce que l’œil droit ne puisse voir que le mur de la pièce tandis que vous fixez avec l’œil gauche un objet quelconque (tableau, téléphone, fleurs ou une personne immobile).

Votre cerveau fusionne les deux images, vous percevez l’une et l’autre de manière simultanée.

Agitez maintenant la main droite entre le mur et le miroir. Vous allez voir que votre main va agir à la manière d’une gomme en effaçant l’objet fixé par l’œil gauche !

La disparition peut même se prolonger plusieurs secondes.

En pratique, un mouvement des yeux donne un « mouvement artificiel » à l’objet fixé et le fait réapparaître. On peut faire voir à l’œil droit la télévision. Ici l’objet disparaîtra au gré des changements de plan ou du déplacement des personnages.

Chose étrange : le fait qu’un œil devienne ainsi totalement aveugle est imperceptible dans notre conscience.

Et pour la vidéo ?

Voici mon explication : si nos deux yeux embrassent péniblement le panoramique en relief d’un spectacle de close-up, la vision du même spectacle regardé à la télévision (le fameux timbre-poste) et en deux dimensions est beaucoup plus facile à calculer pour nos neurones.

J’irai même plus loin : il se peut que les temps faibles de SLYDINI soient des signaux périodiques indiquant à notre cerveau qu’il peut se reposer avant de recalculer notre environnement tellement complexe.

L’évolution des espèces a façonné notre perception pour réagir au moindre mouvement d’un objet situé à la périphérie de notre champ visuel.

Il en allait de la survie de l’être humain.

Sur scène, le phénomène se produit sans que nous en ayons conscience. Par exemple, dans le numéro à deux personnages de JOEL et JILL, l’un peut s’emparer ou escamoter une énorme quêteuse alors que l’autre fait quelques mouvements. Et pourtant, nous avons toujours eu l’impression de tout voir.

Théorie originale penserez-vous ? Que nenni.

Tout le monde sait bien que :

« L’originalité est l’art de dissimuler ses sources ».

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.

Article précédentConférence en 10 Points par Mimosa
Article suivantSale Vent des Amériques par Mimosa
Né le 1 mai 1960 Elevé en Bretagne, bon élève condamné par ses parents à faire l'Ecole Centrale de Paris d'où il sortira en 1985 avec le premier prix d'Informatique. Trésorier du Groupe de Paris de 90 à 93 Trésorier adjoint de l'AFAP de 91 à 93 Fondateur de la revue magique Sycophante 95-96 avec Michel FONTAINE Président du CFI depuis mars 2000 Primé une dizaine de fois dans les congrès sous divers pseudonymes. Professionnel depuis 1989 quoique pratiquant la magie en dilettante. Ses maîtres : Michaël VADINI, Stanislas, Peter SHUB, Alan TURING, Evariste GALOIS, Yvonne-aimée de Malestroit. Sa passion : la programmation des bases de données sur macintosh plusieurs heures par jour. Principal défaut : n'a jamais pu s'empêcher de dire tout haut ce qu'il pense tout bas.