Date : Décembre 1999
Niveau : 1/3
Source : Claude RIX
Genre : Mentalisme

Cette routine complète s’inspire de 3 effets :

  1. une prédiction mentaliste basée sur le décalage,
  2. une routine de cartes comportant des inscriptions manuscrites (des destinations exotiques !) et
  3. le principe des cartes à la commandes, obtenues grâce à un chapelet. Bien que souhaitable, cette dernière technique n’est toutefois pas indispensable.

C’est une routine que je pratique, avec différentes variantes, mais que j’hésite souvent à expliquer, car elle paraît longue et complexe, elle requiert de la préparation, bousille deux jeux de cartes à chaque fois, et nécessite (idéalement) de connaître un chapelet ! Vous comprenez pourquoi elle n’intéressera que les plus motivés, et encore…

En tous cas, moi, pour l’avoir conçue et pour la pratiquer souvent, je l’aime bien.

Elle m’a très essentiellement été inspirée par Claude RIX, qui m’a fait découvrir le chapelet numérique apériodique, et le principe des cartes manuscrites, que je remercie pour cela, pour son talent, et pour sa gentillesse.

La routine se prête bien lorsqu’un cadeau doit être remis, à l’occasion d’un anniversaire, d’un départ en retraite, etc.

Effets

Le magicien fait participer un spectateur à qui il propose de faire une double prédiction, en guise de divertissement. Après cela, il promet de lui remettre un cadeau.

Le magicien pose une première question au spectateur, qui doit y réfléchir, mais ne pas y répondre. Le magicien inscrit une première prédiction sur un papier, qu’il jette ensuite dans un chapeau. Le spectateur annonce ensuite sa réponse à la question.

Le magicien pose la seconde et dernière question. Le spectateur y pense mais ne répond pas. Le magicien inscrit alors une seconde prédiction, qu’il jette dans le chapeau, avant que le spectateur annonce sa réponse à la question. C’est net. Le magicien annonce que le tour des prédictions est terminé.  C’est fini.

Mais, pour ménager le suspens, il propose de remettre le cadeau promis, avant que l’on révèle les prédictions.

Avant d’offrir le cadeau, le magicien questionne (exemple) :

« ça fait combien de temps que vous habitez Orgeval ? C’est animé, le soir ? Un peu pollué, non ? ».

Parce que voyez-vous, le cadeau que nous vous offrons ce soir est…  un voyage. Un voyage vers une destination sympathique… Un peu d’exotisme… Une destination pour le moment inconnue de tous. ».

Pour déterminer cette destination, le spectateur va devoir penser mentalement à une carte à jouer dans un jeu de 52 cartes.

Un choix mental garantit au spectateur qu’il n’y a aucune possibilité de forçage. Et le magicien ajoute à cet instant :

« Tiens, et comme je suis en forme ce soir, je vais faire une troisième prédiction. Vous avez choisi mentalement votre carte n’est-ce pas ? ».

Et le magicien inscrit une troisième prédiction, qu’il jette dans le chapeau.

Le spectateur est invité à annoncer la carte pensée. Le magicien sort un jeu de cartes de sa poche, et montre sans insister que leurs faces sont normales et désordonnées. Le spectateur est invité à retrouver sa carte dans l’éventail. On la sort, et on la pose sur la table, face visible.

« Voici la carte que vous avez choisie mentalement ».

Le magicien retourne les cartes et montre au spectateur qu’au verso de chacune d’elles est inscrite une destination. Il y a des villes de France, et des destinations étrangères, très attractives…

Le magicien invite le spectateur à énoncer clairement le nom d’une carte qu’il lui présente, puis il la retourne, et invite le spectateur à énoncer la destination inscrite au verso.

« Et bien oui, si vous aviez choisi la dame de trèfle, vous seriez parti aux Seychelles, sympa les Seychelles… ».

Et ceci est répété pour 5 à 15 cartes prises au hasard dans le paquet, à différents endroits.

« Avant de regarder la destination sur VOTRE carte, on distribue les prédictions dans le public ».

Le magicien distribue les 3 papiers au public, qui ne doit pas les regarder avant son signal.

Maintenant le spectateur est invité à prendre sa carte, à la retourner doucement, pour regarder et annoncer la destination.

« Si elle vous plait, faîtes un large sourire et criez SUPER en agitant les bras !!! ».

Curieuse surprise : la destination sur la carte est « Orgeval », la ville de résidence du spectateur. Les nombreuses destinations exotiques ne sont donc pas pour lui… Le spectateur réalise qu’il s’est fait piéger gentiment.

Le public s’en amuse. Pour le consoler, on lit les trois prédictions distribuées dans le public : les trois sont justes. Applaudissements.

Et pour consoler le spectateur

« Je vois bien, vous êtes déçu. Il est déçu, on le voit bien. »

, le magicien lui remet, en cadeau, son jeu de cartes, avec lequel il pourra jouer, pendant ses longues soirées à Orgeval…

A ce stade, il n’est pas superflu d’avoir un autre cadeau à  offrir au spectateur, un vrai !

Matériel

Les trois prédictions sont faites avec la technique du décalage.

On écrit en premier la prédiction 3 :

« La destination sera Orgeval »

et on inscrit « 3 » sur le papier.

On écrit en second la prédiction 1, et le chiffre « 1 » : le spectateur vient de l’annoncer.

On écrit en troisième lieu la prédiction 2, et le chiffre « 2 » : le spectateur vient de l’annoncer.

Le magicien a en poche deux jeux de cartes. Dans chacun de ces jeux, 26 cartes comportent des destinations exotiques, et les 26 autres la destination « Orgeval ». Les deux jeux sont complémentaires.

Lors de la préparation, on peut décider que dans l’un des deux jeux, les cartes exotiques seront les 26 premières cartes du chapelet, alors que dans l’autre ce seront les 26 dernières cartes. Une version plus simple, sans chapelet, consiste à choisir d’une part les cartes paires et d’autre part les impaires.

Les cartes sont ensuite classées de sorte que les 23 premières cartes comportent des destinations exotiques, les 26 suivantes comportent la mention « Orgeval », et les 3 dernières des destinations exotiques.

Dès que le spectateur a annoncé la carte pensée, le magicien sort de sa poche le jeu sur lequel cette carte comporte la mention « Orgeval ».

Il éventaille le jeu, faces visibles, et en fait extraire la carte pensée, par le spectateur.

Il montre ensuite, recto-verso les 2 premières, sur le dessus du paquet, retourne le paquet, et peut encore en présenter 23, qui comportent toutes des destinations exotiques.

La distribution des prédictions dans le public est un prétexte : le jeu de cartes est naturellement mis en poche à ce moment, pour prendre le chapeau et les papiers qu’il contient.

Aussitôt distribués, le jeu est repris de la poche. Au passage, on a fait un échange contre un jeu complet ne comportant que des destinations exotiques (compatibles avec celles qui ont été montrées au spectateur ), et si possible en chapelet.

La manipulation passe complètement inaperçue, car le public ne porte plus d’intérêt au jeu à ce moment du tour. Choisir la poche côté mur, pas côté public, pour que le change soit moins ostensible.

La lecture des prédictions par le public est un second prétexte.

Il permet au magicien de subtiliser (empalmage) du jeu la carte « exotique » identique à celle que le spectateur a en mains, sa carte pensée, et à la dissimuler en poche.

On utilise à ce stade le chapelet et le principe des cartes à la commande pour retrouver secrètement la bonne carte.

Si on ne pratique pas le chapelet, il faudra aller rechercher naturellement la carte dans le paquet, en le feuilletant machinalement, pendant la lecture des prédictions.

La lecture des papiers par le public est une misdirection très forte, qui détourne également caméscopes et caméras pendant cette opération.

Si elle n’est pas suffisante, toute l’attention portée sur le spectateur au moment où il doit regarder sa carte, donne encore la possibilité d’agir discrètement si nécessaire

« Faîtes un grand sourire et dites SUPER ! »

est une idée suggérée et utilisée par Boris WILD pour renforcer ses climax).

En général, j’utilise la lecture des prédictions pour retrouver la carte, et le « grand sourire » du spectateur pour la mettre en poche.

Quelques remarques et variantes

Voici quelques remarques en vrac.

Cette routine est le prétexte à beaucoup de comédie. C’est présenté comme un divertissement sympathique plus qu’un tour complexe (!).

A la déception du spectateur s’ajoute la profonde perplexité de s’être fait refiler sans comprendre la seule carte comportant le nom de sa ville ; le public s’en amuse, et l’on peut insister si cela a un effet comique acceptable.

Il est important, dès que la carte pensée vient d’être annoncée par le spectateur, de sortir le paquet de la bonne poche, et d’agir alors de façon très nette.

Car après le tour, cherchant à comprendre, tout le monde prétendra n’importe quoi : que toutes les cartes étaient identiques, que le jeu a été changé, etc., etc..

C’est pour cela que j’agis très doucement à ce moment, et que j’insiste généralement en disant ironiquement

« C’est net, hein ? ».

Egalement en faisant dire, par le spectateur lui-même et à haute voix, le nom des cartes et des destinations qui sont à leurs versos.

Il faut en passer au moins 10, c’est un minimum, pour donner l’impression et le souvenir que tout le jeu est exotique.

A ce stade, le spectateur se doute (sans réussir à le croire) de ce qui va arriver lorsqu’il va regarder la carte qu’il a choisie, et sortie du jeu.

Le fait que la troisième prédiction porte sur la DESTINATION et non sur la CARTE pensée doit être tenue discret.

Il doit rester dans l’esprit du public que les 3 prédictions étaient bonnes : les deux questions, et la carte.

On fait donc lire la troisième prédiction dans la foulée des deux précédentes, et on embraye rapidement sur un glorieux

« les trois sont justes, c’est extraordinaire ! » etc…

Il est essentiel de faire lire les prédictions dans le bon ordre naturellement.

Une partie du public devine généralement le principe du décalage, mais le tour de cartes les rend perplexes. Ils ne comprennent pas comment on a deviné « la carte pensée ».

Le principe des cartes portant des mentions manuscrites et des deux jeux est classique. La remise finale du jeu (après change et vol d’une carte) au spectateur l’est moins.

Il matérialise l’idée qu’il n’y avait dans le jeu qu’une seule carte « Orgeval ». Cela trouble également les magiciens qui, habituellement, terminent en récupérant leur jeu pour en éviter la découverte des 26 cartes « Orgeval ».

J’ai présenté récemment ce tour en inscrivant les prédictions sur les cartes de visite d’un collègue sur le départ.

Prétextant l’usage de « papier recyclé », j’ai sorti deux de ses cartes de visite, pour mes deux prédictions.

En vérité, il y avait une carte à lui, et une carte d’un autre collègue. J’ai utilisé un comptage optique pour faire croire que les deux cartes étaient identiques.

Au moment de faire la troisième prédiction, impromptue, j’ai prétendu n’avoir plus de cartes de visite sur moi, et le deuxième collègue, complice, m’en a naturellement donné une à lui.

En vérité, c’était une carte de visite du spectateur en scène, que je lui avais remise avant le tour.

Le résultat de cela est que les deux « premières » prédictions étaient bien inscrites sur les cartes du spectateur 1, et la « troisième » prédiction sur la carte du spectateur 2. Ceci rend plus complexe la compréhension du système de décalage des prédictions.

Questions posées

Je choisis généralement un jeune couple (les mariés!), et je pose au monsieur la question suivante :

« quelle est la qualité que tu préfères chez ta femme ? ».

A la dame, qui s’attend à la même question, je demande

« Quel est le défaut que tu préfères chez lui ? ».

La question peut être amusante mais délicate. Alors je suggère :

« Il faut dire quelque chose de sympathique, genre, il faut qu’il change de coiffeur, son humour est nul mais je l’adore, etc… »

et je suggère quelques défauts rigolos, au cas où la dame manquerait d’idées…
Lorsque je l’ai fait pour le départ d’un collègue, je lui ai demandé de choisir dans l’assemblée une personne de son choix, qu’il aimait bien :

« Tu as l’embarras du choix ! ».

Et c’est donc au spectateur et à la personne choisie que j’ai posé les questions. Là encore, le fait d’avoir l’intervention d’une personne du public ajoute un relief, et peut servir ton détournement d’attention si nécessaire.

Les destinations :

Si ça peut vous avancer, voici les destinations sur mes cartes.

J’alterne 2 destinations exotiques pour une destination franco-française.

Arles, Hong-Kong, Venise, Sables d’Olonne, Tunisie, Ajaccio, Féria de Nîmes, Barcelone, Guadeloupe, Lot et Garonne, New York City, Ecosse, Ile de Rê, Cologne, Londres, Futuroscope, Québec, Moscou, Vannes, Milan, Luxembourg, Montpellier, Madagascar, La Réunion, Antibes, Istanbul, Kenya, Auvergne, Irlande, Japon, Ardèche, Las Végas, Genève, Route des vins, Martinique, Amsterdam, Cannes, Monaco, Pékin, Ile de Noirmoutier, Baléares, Prague, Nice, Hawaï, Rio de Janeiro, Sarlat, Mexique, Honolulu, Châteaux de la Loire, Thaïlande, Athènes, Ile d’Yeu.

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.