Petites anecdotes sur le Topit ?

Mathieu J

« AMMAR, en faisant du table hopping, a topité une assiette AVEC la purée qu’il y avait dedans… Veridique ! « 

Mathieu DELORME

L’utilisation que CLOUTIER fait du Topit est loin d’être parfaite. C’est même une horreur… Son utilisation du topit est trop directe pour être invisible. Franchement ne le prends pas en exemple. (C’est pas mieux pour les manches (sleeving).) Je pense que AMMAR est nettement meilleur que CLOUTIER pour la mise au topit, les mouvements sont plus discrets, camouflés dans d autres gestes. »

Concernant le « reverse topit » présent dans la cassette vidéo de Tristan MORY :  » Le geste du reverse topit était déjà présent dans les vidéos de AMMAR pour un change de jeu. C’est Le nain (un des profs du double fond) qui a parlé de cette idée à Tristan. Faut admettre que sa mise au topit est trés trés propre. il a dû bien se prendre la tête. Le geste est pratiquement invisible. Le topit qu il utilise est celui de CLOUTIER. Maintenant je ne m’étendrai pas sur la valeur de cette vidéo, 16 tours sont annoncés, j’ai eu l’impression d en voire 3 !
Sa présentation me laisse de glace. J’ai réellement regretté l’achat de cette vidéo.
Mais le mouvement existe et est très bon. »

Sergio

Concernant le « reverse topit » :  » Ce n’est pas un nouveau topit… c’est une façon différente de « topiter »… et d’ailleurs assez difficile à réaliser de façon naturelle.
Tristan MORY a fait une double cassette (chez Mayette Magie Moderne, mais je ne sais pas si elle est encore en circulation ), où il développe pas mal le sujet (mais pas de patron de topit). Après, on aime son style ou on n’aime pas….mais si vous voulez du topit, c’est celle là qu’il vous faut! »

Minh

« Pour ceux voulant s’entraîner au topit et ne possédant pas de topit, genre en hiver où on se balade plutôt en manteau qu’en veste, il est bon de travailler en utilisant la poche intérieure qui est nettement plus petite. Résultat des courses = plus de précision ».

[email protected]

En faisant différentes recherches, voici ce que j’en ai tiré :
Phil DAY disait que le Topit pouvait servir à autre chose que de faire des disparitions, par exemple vous pouvez vous en servir pour vous décharger de ce qui vous reste en trop…
Pour l’entraînement vous pouvez vous constituer un modèle à épingle à nourrice, bien sur, il est inexploitable s’il s’agit de l’utiliser pour faire de « vrais » shows.
Mathieu J préconise le choix du support de travail adapté à son Topit, vu que les différentes sortes de Topit ne sont pas placées à la même profondeur, le travail est différent.
Il est toujours bon pour sa culture d’avoir vu tous les supports, mais certaines techniques ne doivent pas fonctionner selon le type de Topit que l’on possède (ou être rendues plus difficiles).

Sinon HOPPER a écrit un petit papier très intéressant sur le sujet, je vous le livre ici :

« Ces 2 « disciplines » que sont le Sleeving / Topiting (et auxquelles j’ajouterai une 3eme : le Lapping), en faisant moi-même pas mal usage et ayant fait au fil du temps pas mal d’essais, expérimentations et autres recherches, je me permets d’ajouter ma pierre à l’édifice :

Concernant le Sleeving, il est difficile d’avoir de nouveaux mouvements révolutionnaires mais il est cependant toujours intéressant d’avoir plusieurs points de vue, même pour les mêmes mouvements, afin d’affiner sa propre vision des choses et trouver ses propres « trucs ». De plus, à défaut de trouver de nouveaux mouvements, pas mal de « gadgets » plus ou moins astucieux et pratiques sont inventés afin de faciliter le Sleeving d’objets a priori peu adaptés à ce genre de manips, il est donc intéressant de sortir un peu des « hyper-classiques » et des sentiers battus….

3e VM Day

Donc outre le « Bobo » (exclusivement pour les pièces) et l’actuellement incontournable Carl CLOUTIER, il existe un petit livret qui ne paie pas de mine, mais qui est intéressant. Anon a lui aussi sorti un livret – pas bien gros, pas bien cher, pas bien facile à trouver car assez ancien – qui a eu un succès très… discret -on dira-….

Il y a enfin un grand pratiquant et spécialiste réputé du Sleeving, Rocco SILANO (oui, le même que celui du D’light…). Le Rocco SILANO, sur le Sleeving d’objets de toute sorte: « If it fits, Sleeve it! ». Encore, pas facile à trouver non plus… ce qui en fait un élément de valeur, car n’est pas « à la mode » comme le matériel de CLOUTIER… (j’ai toujours été porté sur les trésors caches..).

L’inconvénient est que c’est un bouquin, ce qui est en soit rarement un inconvénient en ce qui me concerne, mais dans ce cas précis, on n’a pas le loisir de voir les auteurs à l’œuvre… et ca vaudrait le coup, believe me… mais ça a les avantages d’un bouquin, à savoir, forcer à rechercher par soi même, réfléchir, imaginer, et trouver SON propre style…

Pour le topit, il existe d’innombrables versions, le principe de base restant toujours le même bien-sûr mais ayant été adapté en fonction des besoins et styles de chacun (cf la version la plus diabolique que je connaisse car carrément à contre-courant – ceux qui connaissent comprennent, car je ne me permettrai pas de la décrire ici…- celle de l’incontournable Scotty YORK…).

J’ai moi-même ma version d’un topit qui permet de Lapper directement dans son topit, faire du « topit assis » en quelque sorte et pouvoir se lever immédiatement clean, chose amusante lorsque l’on pense que le topit a été au départ -non pas inventé mais développé dans l’idée de faire du « lapping debout » (il est en vente pour pas trop cher ;o)…)…

Les « grands classiques » restant, chronologiquement celui de Page (qui n’a rien inventé mais remis au goût du jour et popularisé, la version à épingles à nourrices), AMMAR et enfin CLOUTIER.

Les 2 derniers s’utilisent légèrement différemment, en fonction des « mouvements naturels ». Lequel choisir, quelles sont les différences ? Pour les différences, sans entrer ici dans les détails bien-sûr, mais donner une petite idée afin d’aider un peu à « choisir », celui de AMMAR est plus haut placé que celui de CLOUTIER (dépend donc de la position naturelle de l’utilisateur, de ses main, de son corps), plus « horizontal » alors que l’autre est plus « vertical », plus petit aussi, et moins « profond’ et positionné plus en avant…

Pour info, certains trouvent que celui d’AMMAR est plus facile à utiliser, qu’il est préférable de commencer par celui-la, car correspond plus à la majorité des magiciens, (à leur morphologie, leur positions des mains / mouvements naturels, leurs tics…). C’est assez justifié bien que je n’ai personnellement pas trouvé…

Mais peut être est-ce justement parce que j’ai commencé par celui de Page, puis celui de AMMAR, longtemps avant de m’essayer à celui de CLOUTIER, et que du coup la transition vers celui de CLOUTIER été facilitée, je ne suis pas sûr… mais il est vrai que son topit est plus adapté à un style et à un usage plus audacieux, plus « dare-devil », plus « acrobatique » voire « hard-core » de l’engin (cf ses routines incroyables où il combine à un rythme d’enfer Double-Sleeving et Double-Topits… NB : on comprend bien mieux pourquoi son choix s’est porté sur un topit plus « vertical » et positionné plus bas…).

A essayer de voir, d’une manière ou d’une autre, l’engin utilisé par des Maîtres tels que Fred KAPSScotty YORKBob FITCH ….. 3 TRES grands  » topitiers  » (les 2 derniers sont encore en vie, ça aide, il faut en profiter…).

Réflexion faite, je me permettrai de conseiller d’abord AMMAR car l’usage qui est fait de l’engin est plus « traditionnel », plus progressif (les vidéos et explications sont également très bien faites, pédagogiques et tout), et aussi plus « modéré et mesuré » que chez CLOUTIER qui en use presque à l’excès, donc probablement plus approprié pour commencer et devenir un as du topit en ayant de solides bases sans brûler les étapes et sans prendre de mauvaises habitudes.

Il est bon de connaître CLOUTIER aussi bien-sûr, ça ouvre les horizons, mais s’attaquer directement à lui peut être périlleux car ses vidéos sont moins progressives et son style est comme je le disais plus « acrobatique », à la limite du « jonglage »…..Et d’ailleurs, comme je le laissais entendre pour le Sleeving comme le Topiting, j’aurais même tendance à dire qu’il en fait un peu trop, bien qu’il le fasse divinement bien (heureusement d’ailleurs, et ça l’excuse…).

Je me permets de donner toutes ses infos et d’encourager ceux qui veulent s’y mettre à le faire sérieusement car j’ai trop souvent pleuré de désolation en voyant des gens se jeter avec enthousiasme sur ces armes redoutables que sont Sleeving et topit et les massacrer en public, car trop pressées de les utiliser avant même de les maîtriser, après avoir bâclé le travail technique et la réflexion….

Oui, n’ayons pas peur des mots, cela demande énormément de travail, d’entraînement, mais aussi de REFLEXION afin de vraiment l’assimiler, savoir comment et QUAND les utiliser (pas à outrance… n’est pas CLOUTIER qui veut…), afin de l’intégrer à son propre corps et en faire une seconde nature, une véritable 3eme main….
Donc de grâce, du sérieux, du travail, et du respect pour cet engin…..et le reste est du…..
    … Bon courage !!
HOPPER

 Ce texte est tiré de la brochure fournie avec le gimmick « escamoto » de Patrick PAGE : « Davenport, à une convention I.B.M, a escamoté à mains nues un petit chat vivant !!! »

Auteurs des sujets ayant pu contribuer à cette petite fiche :

Yannick, Phil DAY, Seb, Sergio, Tybo, BalthazarTotofEtienne LORENCEAU et Jean de MERRY.

Cet article est en constante évolution.

Si vous avez des ajouts/commentaires à faire sur le sujet, envoyez-les moi !

Merci à Bruno SANVOISIN pour la relecture.

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.