Dates : du 18 et 19 mars 1995
Lieu : Cirque d’Hiver
rue Amelot
75011 PARIS

« Si j’aurais su, j’aurais venu »

Dominique DUVIVIERJe n’y croyais pas vraiment, la magie de Dominique DUVIVIER et de ses amis, surtout le close-up, ce n’était pas mon truc.

Je m’étais pourtant inscrit, et depuis longtemps, au « Mayette days » plus pour me tester moi-même, au moment où j’étais en train de tout effacer et de repartir de la case « départ » (lorsque je faisais du close-up sans le savoir en faisant des passes de pièces ou de gommes à crayon à ma famille ou à mes copains de classe).

Heureusement, ce fut beaucoup plus qu’un festival de close-up.

Ouverture en fanfare, dans tous les sens du terme, par un très joli ballet de charme. Pardonnez-moi, j’aime bien voir de jolies filles peu vêtues. Personne n’est parfait.

Et sinon tous, du moins beaucoup de monstres de la magie de scène ou de close-up, français ou étrangers.

Tout ça à notre porte, pour les parisiens en tous cas, et pour un prix plus que raisonnable pour deux jours de magie.

Plus que non-stop puisque, le dimanche matin trois conférences programmées à la même heure, toutes les trois du même très haut niveau, se partageaient les faveurs des congressistes.

Jean-Jacques SANVERTN’ayant pas comme les cartes de Jean-Jacques SANVERT le « Don d’ubiquité », je n’ai assisté qu’à la conférence de ce dernier.

J’espère que la « Revue de la Prestidigitation » et « Imagik » ne manqueront pas de parler des deux autres,  c’est-à-dire Richard KAUFMAN et Gary KURTZ.

L’assistance était moins nombreuse que l’intérêt et la très haute qualité de l’événement l’auraient justifiés. Tant pis pour vous. Je vous suggère de vous rattraper la prochaine fois, et de réserver d’ores et déjà pour le « Mayette days » deuxième édition.

Bon, Hervé est encore allé se saouler, et je dois finir le reportage.

Une idée idiote me vient après avoir entendu Jean MERLIN, Gaëtan BLOOM et Dominique DUVIVIER se renvoyer l’ascenseur de qui avait donné le feu sacré et encouragé l’autre à démarrer et persister dans la magie.

Je ne sais plus dans quel ordre exact pardonnez-moi. Et à l’origine de tout çà : Dominique WEBB.

Comme de mon côté j’ai entendu le même Dominique WEBB me rappeler à diverses reprises ces dernières années (sinon ce détail me serait sans doute sorti de la tête) que je l’avais fortement encouragé après un gala en 1954, aux côtés de Poiret et Serrault, alors qu’il était venu me parler à l’issue de mon numéro de grandes illusions (avec des copains et copines de l’école).

Bien sûr, que pouvais-je dire d’autre que des encouragements, du haut de mes dix-huit ans à ce garçon de treize, au demeurant sympathique. Le rapport avec le Mayette Days ? J’en viens à me demander avec effroi si je ne serais pas un peu l’arrière grand-père spirituel de tout ce beau monde !

Mais je ferais mieux de parler d’autre chose, c’est mauvais pour mon image de jeune homme plein d’avenir.

Jean-Jacques SANVERTQuelle illusion ? Une certaine lévitation monstrueuse que Michel SELDOW m’avait demandé de lui prêter pour une pièce de théâtre qu’il devait monter à cette époque.

Comme en 56 je partais un certain nombre de mois, en villégiature en Afrique du Nord, j’avais déposé tout ce matériel dans la cave de MAYETTE (grand ami de SELDOW et de DHOTEL) pour que Michel SELDOW en dispose si besoin.

Ce ne fut pas le cas et je récupérai ma lévitation à mon retour. Bon, on va me reprocher de raconter encore des histoires d’ancien combattant.

Il me vient aussi à l’esprit qu’après André MAYETTE, et avant Dominique DUVIVIER, un certain Michel HATTE a maintenu fort honorablement la réputation de Magie Moderne et qu’il était, et est toujours, un homme très charmant. Je ne pense pas que Jean MERLIN me dira le contraire.

Le banquet du samedi a lieu derrière les salles réservées au close-up et aux marchands de trucs. Le repas est de grande qualité, ce qui n’est pas évident pour une assemblée de quelques centaines de personnes. Tous les magiciens de Mayette et du Double Fond sont partout et manipulent sans désemparer.

Alexandra DUVIVIER est bien charmante. Je me demande même si, physiquement, je ne la préfère pas à son papa. J’ai le plaisir de dîner en face de Freddy FAH, la table à côté de Larry JENNINGS et KAUFMAN.

Ça n’arrive pas tous les jours. Ensuite show de Max MAVEN. Il présente, comme les autres artistes vedettes, son spectacle public normal. J’avoue que c’est un peu trop pour mon petit intellect de magicien qui ne pense pas trop et que je ne résiste pas à un quart d’heure de divination les yeux bandés et collés de sparadrap.

J’abandonne le Magie-Minuit, j’en ai seulement entendu grand bien le lendemain matin dans le genre humour décontracté.

Gaëtan BLOOM & Max MAVENDimanche matin je choisis la conférence de Jean-Jacques SANVERT.

Je ne suis pas déçu. Jean-Jacques interprète, au sens où un concertiste interpréterait du Bach, selon le mot de Paul DASSONVILLE, une série de manipulations de pièces, celle-là même qu’il avait faite la veille au dîner, de cartes avec nombre de trouvailles qui lui sont propres, et une magnifique routine basée sur l’enclavage de bagues empruntées, dans laquelle il élimine le point faible habituel : le désenclavage qui est plutôt un anti-climax qu’autre chose.

Après le repas, démonstrations simultanées de close-up dans trois salles. Toutes les stars reviennent y présenter soit un autre numéro, soit refaire un morceau de leur conférence, ou de leur prestation du dîner.

DUVIVIER y montre sa présentation très personnelle des gobelets dans laquelle ce sont en finale les gobelets qui se multiplient. Et Alexandra est toujours aussi charmante.

Le mot de la fin revenait à Gaëtan BLOOM.

Pas facile, comme il le remarque justement, tout le monde a tout fait. Il annonce que tout à l’heure il fera « Flying ».

Avec beaucoup de gentillesse et de métier, il mêle ses classiques (le bouquet éclipsé quand il éternue, la chaussure, les cartes aux gants de boxe, les bananes, etc.) à des créations sur mesure comme une divination basée sur une parodie de l’élection présidentielle, ou un « Flying » dans lequel seul son chandail s’envole, le laissant torse nu sur la piste. Une très longue et très chaleureuse ovation salue à la fois son talent d’artiste et la gentillesse qui émane de sa personne et de sa vie.

Tout le monde salue tout le monde, public compris, dans cette grande fête qui est une parfaite et très grande démonstration de la maîtrise de Mayette Magie Moderne.

Merci à Bruno SANVOISIN pour la relecture.

> Retour à la page Sommaire

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.