Je pratique les Arts Martiaux et la magie (essentiellement la manipulation «sans bagage») depuis plus de vingt ans.

J’ai toujours pensé que la pratique de la magie et notamment de la manipulation présentait de nombreux points communs avec un Art Martial comme le Karaté.

Localisation : Paris et Région Parisienne
Age : 42 ans
Profession : Juriste
Bien que je ne sois ni ostéopathe ni chiropracteur, je manipule non pas les êtres humains mais les cartes et parfois les pièces. Je partage tout à fait ce que m’a dit un jour un magicien : «le vrai magicien entre en scène sans rien dans les mains, il fait apparaître, manipule, fait disparaître puis sort de scène».
Mes magiciens préférés sont Jeff McBRIDE et Gary KURTZ.
Passions : Les Arts martiaux japonais, les exo-planètes,…les spaghettis avec une pointe d’huile d’olive (première pression à froid exclusivement).

Tout d’abord, il y a en magie une recherche de perfection dans la maîtrise du geste, on essaye de toujours gagner en fluidité, en légèreté, en énergie voire en pureté . Le geste «chargé» doit rejoindre le geste «non chargé» pour qu’il n’existe plus aucune différence entre les deux. La technique doit devenir une seconde nature pour que le corps ne trahisse pas l’intention cachée (crispation du visage au moment de l’exécution, le bras qui recule légèrement pour prendre ou armer la technique, le repositionnement du corps,…) qui sera alors comme téléphonée au spectateur.

En Karaté, la recherche est la même, le geste doit être techniquement parfait (hanches placées, ventre fort, contraction à l’impact, respiration synchronisée avec la technique,…). Bref, là aussi la technique doit être pure et ne doit faire qu’un avec le pratiquant. Les Maîtres disent à cet égard : «il de doit pas exister plus de l’épaisseur d’un cheveu entre l’intention d’attaquer et l’attaque ».

De même en magie, l’on travaille beaucoup les techniques asymétriques. Par exemple, une main produit un éventail de cartes pendant que l’autre simultanément se charge d’un paquet de cartes. Or le travail asymétrique n’est pas naturel, les mains ayant tendance à se mouvoir instinctivement symétriquement. En Karaté, à un niveau avancé, l’on étudie également le travail asymétrique, par exemple un bras attaque au visage alors que l’autre contre attaque simultanément à l’estomac ou encore l’on défend d’un bras en contre-attaquant simultanément de l’autre bras.

La magie à l’instar du Karaté fait travailler le rythme à savoir l’alternance des temps forts et des temps faibles. Un de mes professeurs de magie disait souvent que le technique s’effectuait sur le temps faible lorsque le spectateur «a baissé sa garde». En Karaté, le rythme est tout aussi important et les techniques sont portées en combat dans les temps faibles.

Par ces lignes, je voulais surtout dire que la magie était bien plus que «étonner ses amis» (donc développer son ego) comme on peut le lire très souvent dans les publicités des marchands de trucs et qui plus est «sans entraînement». Non, la magie est aussi un merveilleux moyen de développement personnel (mais il faut travailler !).

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.

Article précédentPique-Pocket de Didier DUPRE
Article suivantAuto-Card Gimmick de William ESTON
Localisation : Paris et Région Parisienne Age : 42 ans Profession : Juriste Bien que je ne sois ni ostéopathe ni chiropracteur, je manipule non pas les êtres humains mais les cartes et parfois les pièces. Je partage tout à fait ce que m’a dit un jour un magicien : «le vrai magicien entre en scène sans rien dans les mains, il fait apparaître, manipule, fait disparaître puis sort de scène». Mes magiciens préférés sont Jeff McBRIDE et Gary KURTZ. Passions : Les Arts martiaux japonais, les exo-planètes,…les spaghettis avec une pointe d’huile d’olive (première pression à froid exclusivement).