Portait d’une femme magicienne « Samantha »

Samantha est la fille du magicien Mac Berry qui obtint notamment le 1er prix de manipulation à Ségovie avec la médaille d’or du congrès dans les années 50 (?).

Elle a été l’assistante de son père pour ensuite devenir l’assistante de Klingsor.

CARLOS VAQUERA :  » Pourrais-tu te présenter aux membres de l’école magique de Madrid ?  »

SAMANTHA :  » Je m’appelle Samantha. Je fais de la magie depuis mon enfance. Je suis montée sur les planches pour la première fois à l’âge de 3 ans et demi, et depuis lors je n’ai jamais pu m’arrêter.  »

CV :  » C’est ton père qui t’a initié?  »

S :  » Au début oui. Mais dès que ça a pris un peu d’ampleur, nos chemins se sont écartés.  »

CV :  » Quelle était sa spécialité?  »

S :  » La manipulation.  »

CV :  » Cela fait combien de temps que tu es passionnée par l’art de l’illusion?  »

S :  » Depuis très longtemps. Depuis 45 ans.  »

CV :  » Tu es actuellement semi-professionnelle. N’as-tu jamais eu l’envie d’en faire un métier à part entière ?  »

S :  » Je voudrais le faire, mais c’est très dur. Pour le moment je ne peux pas me permettre de voyager car je dois m’occuper de mon père, mais ça viendra.  »

CV :  » Quel est ton public ?  »

S :  » Je travaille beaucoup pour les enfants mais ce n’est pas mon public préféré. Je travaille aussi pour les adultes et même le 3ème âge. C’est très varié.  »

CV :  » Comment définirais-tu ta magie ? Magie animalière ? Magie de séduction ?  »

S :  » Cela dépend les publics. Cela peut parfois être de la magie de séduction, c’est une magie qui s’adapte tout aussi bien aux dames qu’aux messieurs. Magie comique sûrement pas pour l’instant, mais je me dirige probablement vers cette direction. Une femme à partir d’un certain âge doit savoir changer de registre. Donc, actuellement, c’est plutôt de la magie animalière. Et de temps en temps de la magie générale.  »

CV :  » C’est donc sur scène que tu travailles principalement.  »

S :  » Principalement. Et de temps en temps du close-up de table à table.  »

CV :  » Te sens-tu bien acceptée dans le monde de la magie qui est malheureusement un monde d’homme?  »

S :  » Non, je ne me sens pas très bien acceptée.  »

CV :  » Quelles en sont les raisons?  »

S :  » Je crois que déjà qu’entre hommes il y a de la jalousie. Peut-être plus que dans certains autres milieux.  »

CV :  » Malheureusement la jalousie est un point commun dans beaucoup de milieux. Mais le fait que tu sois une femme, serait une différence qui te ferait plus jalouser qu’un homme?  »

S :  » Oui. C’est comme si je voulais prendre la place de quelqu’un, en l’occurence un homme, et qu’on estime qu’une femme n’est pas capable de le remplacer. Une femme à plus de preuve à apporter qu’un homme dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres. C’est très dur.  »

CV :  » Donc, il est plus difficile pour une femme de réussir que pour un homme.  »

S :  » Oui, et pas uniquement pour cette raison.  »

CV :  » D’après toi, pourquoi crois-tu qu’il y ai si peu de magicienne professionnelle ou amateur ?  »

S :  » Je pense avoir une raison très valable à donner. Comme je l’ai déjà suggéré tout à l’heure, les femmes ont un travail perpétuel à la maison, alors, quoiqu’elles fassent, que ce soit de la magie ou de la comptabilité, elle ont toujours quelque chose à faire. Un homme a plus de temps libre qu’une femme. Quand l’homme rentre à la maison , il se fait servir par sa femme. Dans la logique du couple, il y en a un qui est servi par l’autre et c’est généralement l’homme. C’est donc la femme qui doit investir du temps qu’elle n’aura plus pour autre chose. Pour pratiquer la magie par exemple.  »

CV :  » La place de la femme dans la société est défavorable par rapport à celle de l’homme. Mais ça change, on voit de plus en plus de femme occuper des postes importants. Pour la magie, ce n’est plus qu’une question de temps et de morale !  »

S :  » Il y a aussi le fait que les spectacles se font généralement le soir. Si son compagnon l’accompagne le soir parce qu’il fait le même métier ou qu’il est présentateur, ça peut aller. Mais si ce n’est pas le cas, le couple court à la rupture. Je l’ai vécu à plusieurs reprises et malheureusement quand on dit à son mari que la magie passe avant toute chose, il ne le croit pas et puis il s’aperçoit que c’est vrai, et le divorce nous attend au tournant.  »

CV :  » Crois-tu, qu’en général, les femmes aiment la magie en tant que spectatrices ?  »

S :  » Oui. Dans mes routines de table, je m’adresse souvent aux femmes pour ne pas susciter de jalousie. Et je peux te dire qu’elle sont très réceptives à la magie.  »

CV :  » Qui réagit mieux, les hommes ou les femmes?  »

S :  » C’est variable. Il y a des femmes qui trouvent génial ce que je fais, elles ne regardent pas le fait que ce soit fait par une femme. C’est le résultat qui compte. De part et d’autre il y a une bonne réceptivité.  »

CV :  » Quelles spécialités préfèrent les femmes ? Et pourquoi ?  »

S :  » Je pense qu’il y en a beaucoup qui aime les grandes illusions. C’est peut être leur préférence.  »

CV :  » Il y a un magicien ou une magicienne qui t’a fortement influencé ?  »

S :  » Siegfried and Roy sont ceux qui m’ont le plus inspirés. Je préfère leurs styles à celui de David Copperfield.  »

CV :  » Quelle message souhaiterais-tu donner à toutes les femmes qui voudraient se lancer dans l’aventure du spectacle magique ?  »

S :  » Je pense qu’elle devrait consacrer 2 heures par jour à leur passion en se disant que c’est une récréation et en oubliant la télévision ou le lèche-vitrine. S’organiser en fonction de leurs moments de liberté. Et dès la première rencontre avec son amoureux, lui faire comprendre que la magie est aussi importante que lui. Compréhension et respect de l’autre sont des mots clefs. Malheureusement, on voit ça dans certains couples, des magiciens qui abandonnent à cause de leurs femmes ou l’inverse. La passion et l’amour doivent se côtoyer pour le meilleur mais pas pour le pire.  »

* Nicolas Berdiaeff prévoit que, dans la société à venir, la femme jouera un grand rôle… « Elle est plus liée que l’homme à l’âme du monde, aux premières forces élémentales et c’est à travers elle que l’homme communie avec elles… »

* Aragon disait  » La femme est l’avenir de l’homme.  »

* Pierre Theilard de Chardin voyait dans cette expression le nom même de l’amour, comme la grande force cosmique.
Alors à choisir, je préférerais me laisser illusionner par Claudia Schiffer que par David Copperfield.

Vive les femmes et vive la magie !

Bruxelles, février 1995

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.

Article précédentVotre Avis Sur Le Week End Magik — Humeur sur le Week-End Magik
Article suivantWeek End Magik – le bilan par François MONTMIREL
Localisation : Bruxelles Age : 44 ans Profession : artisan de l'illusion Spécialités : aucune mais tente de faire de mon mieux Publie dans la Circular de l'Ecole Magique de Madrid, dans Imagik, dans la Revue de la Prestidigitation et dans Arcane. " C'est Youki qui m'a introduit (sans jeux de mots ni de mains) à l'art de la magie et c'est Arturo de ASCANIO qui fut ma première révélation." "J'ai eu l'immense privilège d'être à côté de Roberto GIOBBI, Aurelio PAVIATO et Pedro LACERDA l'un de ses fils spirituels." "(Dans cette grande famille, on retrouve en tant que frère spirituel d'Arturo : Juan TAMARIZ, John THOMPSON et Bernard BILIS) - eh oui, je me sens tout petit... Je suis un touche à tout. Certains diront que c'est s'éloigner de l'art qu'on a choisi de pratiquer. Moi je pense que c'est l'enrichir en prenant des routes secondaires qui sont parfois plus belles que les autoroutes ou les routes principales."