Arturo BRACHETTISpectacle unanimement apprécié des magiciens lors du Congrès de Paris l’homme qui se transforme plus vite que son ombre a fait dimanche 7 Janvier 2001 ses adieux à la capitale Française ou depuis un an son talent s’est révélé. Attendu aux Etats Unis ; l’artiste italien promet cependant de revenir en fin d’année pour les fêtes.

Lorsqu’il à débuté a Marigny le 20 Janvier 2000 personne ne le connaissait (hormis les magiciens). Aujourd’hui il fait salle comble. Arturo BRACHETTI a quitté la scène du Mogador après plusieurs prolongations et un Molière en poche. Avant sa tournée en France et son départ aux Etats Unis, il revient sur son triomphe parisien.

C’est décidé vous partez ?

Oui je quitte Paris. Pourtant j’aurai pu continuer deux ou trois mois. Mais j’ai d’autres engagements. Une tournée en Province m’attend et , dans la foulée , je dois me préparer à rencontrer les Etats Unis.

Finalement c’est Paris qui vous a lancé !

Paris est une vitrine formidable. Ce succès m’a permis de me faire connaître dans le monde entier. D’ailleurs, pour remercier le public parisien qui m’a fait un cadeau merveilleux, je vais essayer de revenir à la fin de l’année, au moment des fêtes.

Ce succès est il difficile à gérer ?

Ça va. La grosse tête , je l’aie eue quand j’avais 19 ou 20 ans, à l’époque ou en Italie je faisais beaucoup de spectacles et d’émissions de télévision. Aujourd’hui j’ai passé le cap, j’ai la tête froide.

Arturo BRACHETTI

Avec le recul, à quoi attribuez-vous ce succès parisien si fulgurant ?

Je crois que c’est parce que mon spectacle est d’un genre unique. On ne peut se comparer à rien, ni à personne ; En plus il s’adresse à tout le monde, à toute la famille.

Pensez vous rencontrer le même succès aux Etats Unis ?

Là bas il y a de nombreux producteurs qui veulent investir sur moi. Il paraît que j’ai un côté très européen qui fascine. Pour tester les Américains, je suis allé faire une exhibition dans une petite ville de l’Oklahoma, devant un public peu cultivé et peu habitué à sortir. Les résultats sont plus d’encourageants. Après une tournée dans différents Etats, Broadway m’a déjà mis à l’affiche pour mars prochain.

Ou en sont vos projets à Hollywood ?

J’ai déjà tourné une version sitcom, mais je n(ai pas l’intention de poursuivre. La production souhaitait que je signe pour cinq ans. Or, je n’ai nullement envie de m’installer à Los Angeles. Je préfère rester libre de mes mouvements, d’autant que mon spectacle a encore une durée de vie de plusieurs années.

Qu’en est il des autres pays européens ?

Londres fait appel à moi mais je préfère attendre un peu. C’est une ville difficile.Dans un premier temps, j’ai l’intention d’aller au festival d’Edimbourg, l’été prochain.

A quand un nouveau spectacle ?

Il n’en est pas question pour le moment. Il faut laisser aux gens le temps de digérer celui là. Quand l’heure viendra,je ferai quelque chose de très différent . Pourquoi pas monter une pièce de théâtre ou faire du cinéma ?

En cadeau d’adieu , pouvez vous nous livrer un de vos secrets ? Il paraît qu’en coulisse, plusieurs personnes vous aident à vous changer, à vous transformer.

A ce sujet on raconte n’importe quoi. Je peux simplement vous dire qu’en coulisse, il n’y a qu’une personne qui m’aide à me changer, parfois deux quand il y a beaucoup de chapeaux et de perruques.Sans compter bien sur toutes celles qui s’occupent des décors.

Propos recueillis par Bruno Courtois (pour Aujourd’hui).

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.