du 12 au 23 novembre 2003Texte de Zéno Bianu
Mise en scène de Marc Feld
Scénographie de Jean-Jacques Nguyen
Réalisation des films : Frank Cuvelier, Marc Feld et Jean-Jacques Nguyen
Musique : Jean-Christophe Feldhandler Avec Pierre Edernac, Jean-Christophe Feldhandler et
Robin Renucci
Coordonnées : Théâtre 71
Malakoff
Tél. : 0155489100
à 20h30
Durée : 1h15

Je viens d’assister à la première représentation du spectacle « Un Magicien » donné au Théâtre-71″ à Malakoff.

Spectacle atypique : il ne s’agit pas là d’une représentation théâtrale au sens traditionnel du terme. Il ne s’agit pas non plus d’un spectacle de magie au sens où nous pourrions l’entendre tous. Il ne s’agit pas non plus de la biographie filmée d’un grand illusionniste, alternant interview et évocations historiques, photos à l’appui.

Sans doute est-ce un peu tout cela à la fois : un savant mélange des genres, offrant aux spectateurs les multiples facettes d’une histoire, celle de Pierre EDERNAC.

Pierre EDERNACL’histoire d’un illusionniste, celle qui commence par un enfant découvrant la magie, apprenant le merveilleux pour mieux susciter le rêve.

Celle qui se poursuit par l’artiste traversant quelques décennies d’un siècle précédent, révélant une foi intacte pour ce métier à qui il a donné toute son existence.

Tout cela nous est présenté de façon inattendue : projetés sur écran géant, le témoignage de Pierre EDERNAC sur ses débuts, sa conception de la magie et ses anecdotes font écho au jeu facétieux et virevoltant de Robin RENUCCI qui monologue en scène à tout-va sur la vie à double-fond, les illusions en général et la magie en particulier.

Texte fait de maximes, d’aphorismes et de citations d’inspirations diverses, texte toujours étonnant mais jamais insipide ou rébarbatif.

Viennent alors d’autres projections, brèves interventions de scientifiques, sociologues ou psychologues témoignant tous de la même et éternelle aptitude de l’homme à croire à ce qui n’est pas réellement.

Ce parti pris de mise en scène fait de la pièce « Un Magicien » un spectacle en forme de kaléidoscope, où s’entremêlent les voix, la musique, les projections d’images d’archives et de photos anciennes, les films de Georges Méliès et la présence du Magicien lui-même œuvrant sur la scène.

Car Pierre EDERNAC apparaît souvent (dix fois sans doute.) pour venir se mêler aux spectateurs installés aux quelques tables disposées sur la scène devenue cabaret. Tour à tour il noue et dénoue des foulards, enclave et désenclave ses anneaux, joue sa magnifique « Symphonie sur une seule corde » avec la même élégance et le même talent.

Lorsqu’il disparaît, c’est pour mieux revenir sur l’écran : gros plan et magie à table. Sucres, pièces et cigarettes s’évanouissent alors par la magie du geste, et sont un peu comme lui dans ce spectacle : jamais là où on les attend, volatiles et changeants.

L’écran joue un instant les albums de famille, évoquant le jeune magicien de vingt ans aux allures de maharaja européen, ses rencontres, sa femme, ses enfants, ponctuant ainsi d’une note touchante l’enchevêtrement maîtrisé de souvenirs et de magie.

Que dit le magicien par la voix de Robin RENUCCI ?.. « Je ne triche jamais : lorsque je coupe une corde, je crois vraiment que je la coupe. » Pierre EDERNAC affirme avoir gardé le même enthousiasme pour la magie qu’à ses débuts : on le croit volontiers.

J’ai pour ma part le même enthousiasme pour Pierre EDERNAC, et un seul regret : qu’il ne puisse être en même temps dans le public pour apprécier le spectacle. Je suis sûr qu’il aurait adoré.

Merci à Zakary BELLAMY pour la photo de Pierre EDERNAC.

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.