J’ai fait partie de ces fous-furieux qui ont passé une nuit blanche et sont arrivés en retard au boulot le lendemain pour voir le show TV de David Copperfield sur la chaîne américaine CBS retransmise par satellite.

Je dois dire que j’ai été séduit par le spectacle, c’est le moins que je puisse dire.

Un bon rythme sans moment faible apparent, des effets superbes, une bonne alternance de grandes illusions et de tours de scène/cabaret plus interactifs avec le public…

Un grand chapeau pour l’écriture du script, qui a permis au spectacle de maintenir un rythme soutenu tout le long, parsemé de beaucoup d’humour et d’émotion à l’Américaine.

Un David Copperfield très à l’aise, relax, et proche de son public.

La Tornade de Feu, tant plébiscitée et attendue s’est finalement avérée être le bide du spectacle, d’autant plus bide que c’était présenté comme étant le Clou du spectacle.

Dommage.

Voila ce que j’ai vu en l’espace d’à peine 4 secondes : David debout au milieu du cercle… David entouré de flammes… un rideau circulaire de flammes…. David que l’on aperçoit derrière les flammes… les flammes s’arrêtent, et on voit David debout au milieu.. tiens David à genou… des assistants courant vers lui…

« Tiens, me suis-je dit, un faux départ, comme cela arrive souvent dans ce genre de numéro : on feint d’échouer au début, et on termine en triomphe… »

Eh bien non, ce n’était pas un faux départ, c’était bel et bien parti, et c’était en fait déjà fini… et je ne m’en étais à peine aperçu.

C’était donc ça, la « Tornade de Feu ».

Tant d’années et de dollars (d’après les communications de presse transmises par le porte-parole de l’équipe David Copperfield) pour concevoir et construire cette Mega Illusion, puis négocier l’autorisation pour la produire en public en Indoor a New York, et pour finalement arriver à un effet somme toute assez « médiocre ».

Je ne sais pas quel était leur « Business Plan » avec cette illusion et ce que les producteurs espéraient en tirer exactement, s’ils escomptaient vraiment faire quelque chose de grandiose ou si ce n’était en fait qu’un outil publicitaire pour promouvoir le reste du spectacle (qui lui était vraiment excellent)… je ne sais pas, mais je faisais partie des nombreux spectateurs et téléspectateurs qui s’attendaient naïvement ?) à une Mega illusion et ont été déçus.

Je crois que cela à été un sentiment presque général et tous ceux qui ont suivi le show avec moi, magiciens et non-magiciens étaient de cet avis.

Pour ce qui est du spectacle lui-même, c’était du grand art.

Un mot sur la scène : elle était circulaire et le public semblait voir partout, pas de rideaux.

L’arrivée de David sur scène est des plus spectaculaires

4 assistants, au beau milieu de la scène, portent une plaque en métal. Un drap est jeté du plafond sur la plaque et immédiatement enlevé, révélant David, debout.

Une apparition éclair de toute beauté.

David commence gentiment avec une version de la bonne vieille illusion du « Twisting Arm » avec les 2 mains jointes.

Puis il enchaîne avec la superbe illusion de Steve Fearson « Cut in Half » – Coupé en deux… par un Laser.

Pas de boite, visibilité totale. Le tronc se détache des jambes, flotte quelques instants puis descend se mettre à côté des jambes.

David embrasse alors ses jambes (comprendre -prend dans ses bras-) et celles-ci se mettent a marcher et sautiller, à descendre les marches de la scène, et tout ça en trainant avec elles le buste qui continue de s’agripper (d’ou l’expression prendre ses jambes a son cou ?).

La même illusion, mais séquence pré-enregistrée dans la rue, pour « prouver » que c’est faisable partout…

Des réactions de panique de passants, d’enfants en pleurs… Un très bel effet et une très belle séquence.

Puis vient sa désormais classique lévitation de Sofa

deux spectateurs s’assaillent dans un Sofa qui se met a flotter dans les airs… avec en supplément, la touche Copperfieldienne du caisson en plexiglas.

Un script fort bien écrit, incorporant des répliques assez amusantes et des allusions un peu « coquines » qui n’ont pas manqué d’être remarquées, car cela s’est produit a plusieurs reprises durant le show.

Des séquences pré-enregistrées sont alors montrées et on y voit ces mêmes lévitations effectuées dans « la rue » avec des « passants ».

Une remarque sur cette tendance à montrer des séquences en extérieur, dans la rue, avec des passants.

Il est plus que probable que ce soit en « réponse » à David Blaine qui a bâti en quelques mois sa réputation de « Grand Magicien apportant la Magie au peuple dans les rues », tel Prométhée apportant le Feu à l’Humanité, en faisant contraste et en se distinguant radicalement de Copperfield et ses Mega-Illusions, pour la plupart faisables uniquement sur scène….

« Petite » rivalité de Magiciens ?…

Pas étonnant donc que la chaine concurrente ABC ne se soit pas fait attendre pour décider de programmer la rediffusion du dernier show de David Blaine « Frozen in Time », quelques jours après celui de Copperfield….

Ahhh… la « Petite culotte Zombie » !

Vous en aviez rêvé, vous en aviez même discuté, David l’a fait !

Comme je le disais, le spectacle a été parsemé d’allusions « coquines » tout le long…

Deux charmantes spectatrices, l’une portant une petite culotte blanche, l’autre une rouge, se tiennent debout sur la scène, habillées bien sûr (c’est un show familial…) mais en tirant un peu sur les dessous, on aperçoit la couleur des culottes…

Culottes qui sont signées par leur heureuses propriétaires (pas directement dessus mais avec une étiquette auto-collante!). Et hop, les culottes sont interverties !! (Beurk…vous parlez d’une illusion hygiénique…).

Par les temps qui courent, je ne voudrais pas être à la place de ses jeunes filles.

La petite « touche » humoristique est que la transposition des culottes ne s’est pas faite « comme ça », mais par l’intermédiaire d’une « petite culotte zombie ».

David tient un petit « foulard » devant le bassin d’une jeune fille et fait soudain flotter une culotte « à la Zombie », culotte qu’il fait disparaître en s’approchant de l’autre jeune fille. Et vice versa.

Routine amusante d’un effet qui peut paraître d’un gout douteux pour certain et un peu « limite », mais effectuée avec une certaine légèreté et nonchalance qui fait finalement très bien passer la pilule -si je puis dire-.

NB: David a accompagné les jeunes filles a leur place sans leur rendre leur culotte respective… A elles de se débrouiller dans les vestiaires ?…

Puis vint une superbe routine de Close-up : un verre en cristal est rempli d’eau, recouvert brièvement d’un foulard : l’eau disparaît.

Même mouvements, l’eau réapparaît. Puis production dans les mains du Magicien d’une demi-douzaine de poissons rouges vivants !

Le tout sur une jolie petite musique et une histoire de Lune et de marrées.

Charmante routine.

Encore dans le « coquin »… l’Illusion baptisée « Voyeur » par David Copperfield.

Deux lesbiennes sont allongées dans un lit, David, à quelques mètres regarde la scène par la fenêtre. Il arrive a s’introduire… dans la chambre, les filles le suivent hors de la chambre, il les recouvre d’un drap… Pouf ! -non, ce n’est pas le diminutif de Pouffiasse, c’est le bruit que cela fait lorsqu’elle disparaissent.

Magnifique disparition, très « visuelle » comme on dit, le public pouvant apparemment voir partout, et tout autour des jeunes filles.

La réapparition est tout aussi belle et visuelle: il « reproduit » les jeunes lesbiennes de la même façon quelques mètres plus loin, directement sur le lit…. Il a d’intéressants fantasmes le David…

(Nota: je me suis permis une libre interprétation de la scène, notamment concernant les relations qui lient les jeunes filles…mais, hey, le titre est bien « Voyeur » non ? ).

Portal est l’épi tome de la routine Copperfieldienne au script parfaitement soignée.

Ceux qui connaissent le « comment » du tour apprécieront d’autant plus cet effet à mi-chemin entre Illusion magique et reality-show « Perdu de Vue » façon Jacques Pradel. Un père a écrit à David pour lui demander de sélectionner son fils pour cette illusion, fils qu’il n’a pas vu depuis 2 ans.

Requête acceptée : Le jeune homme va être téléporté a Hawaï avec David…

Un écran géant en arrière-plan montre l’assistant de David déjà sur les lieux, prêt à les accueillir.

Quelques échanges de politesses entre David et son assistant à Hawaï, puis le jeune homme sélectionné est appelé sur scène.

Après une série de signatures et dessins sur le bras de David et sur carte postale géante et prise en photo (Polaroid) de tout le beau monde, David et le jeune homme montent dans une cabine sur une plateforme sur-élevée, en suspension au dessus et au milieu des spectateurs, et disparaissent dans un nuage de fumée.

Quelques instants plus tard, le public voit sur l’écran géant David et le jeune homme apparaître en une seconde, juste le temps de lever et rabaisser un drap au beau milieu de la plage hawaïenne.

Bien sûr, le bras de David est montré en gros plan avec la signature, ainsi que la photo prise quelques instants auparavant.

Et le fin du fin : surprise ! sur la plage se trouve le père du jeune homme, attendant l’arrivée de son fils avec lequel il avait rompu tout contact depuis 2 ans…

Ce qui donne bien sûr lieu a des retrouvailles, à en rendre Jacques Pradel jaloux. Que d’émotion que d’émotion, comme on sait en produire à Hollywood…

Pour ce qui est de cette petite touche « Reality Show », on y aurait presque cru si les acteurs (ah? c’étaient des acteurs ??? ) avaient été un tantinet meilleurs et convaincants dans l’expression de leur surprise et émotion…

N’empêche que, du point de vu conception, réalisation, technique, et écriture du script, c’était bigrement bien fait ! Chapeau !

David COPPERFIELD Voilà, l’avis quasi général pour le moment est que, mis à part la décevante « Tornade de Feu », le spectacle était excellent, rempli de tout ce qu’il faut.

Humour, rythme soutenu, de bonnes répliques « bien senties », bonne interaction avec le public, de l’émotion, des effets visuels superbes, et un David décidément en pleine forme, très charismatique, (« Charmant » me disait mon amie…Pfff…), et montrant un parfait « showmanship » et contrôle de son audience.

Un show très Professionnel (heureusement, vu ce que ça coûte!), et ce qui m’a le plus frappé et impressionné tout le long du spectacle, un script très très soigné et fort bien écrit.

D’aucun dirait que si les acteurs (David lui-même parfois) avaient été un chouilla meilleurs acteurs, on ne se serait pas aperçu que le script « avait été bien écrit »… que le script avait été écrit tout court, de A à Y …

Eh bien, quoique disent ces critiques à tord ou probablement à raison, ce spectacle d’Illusions teintées de « (scripted) reality show » a été une réussite aussi bien artistique que médiatique (on en parle même aux infos, c’est pour dire…).

Une leçon sur l’Art d’emmener son public avec soi et « tout simplement », de faire du bon Spectacle.

Chapeau David Copperfield and Co. !

Un spectacle comme on aimerait en voir plus souvent… en France…

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.