Lieu : Musée de la Magie
11 rue saint Paul
75004 Paris
France
Horaire : 20h30
Tarif : 25€
De John CARNEY :
– DVD Commercial Carney
– Livre Carneycopia
– DVD Chicarnery

Ouverture dès 20h avec un placement pour moi au premier rang pour la conférence de John CARNEY, dans la magnifique salle du musée de George PROUST.

Elle est pour moi sous-utilisée alors que les gradins permettent à tout le monde de voir convenablement.

Ce géant de la magie est très sympathique dès le premier abord et la traduction de Jean-Jacques SANVERT
est quasiment parfaite, fluide et sans casser le rythme de ces 3 heures de conférence.

John CARNEY commence par un avertissement : il va nous montrer des routines qu’il ne faut surtout pas prendre en tant que telles mais qui lui permettent de parler de grands principes qui lui tiennent à cœur.

Quelques uns des grands principe qu’il illustre (parfaitement) tout au long de sa conférence :

  • Mettre de l’importance sur l’effet et non sur la passe.
  • Marquer bien par un temps l’effet magique (et avec un son si possible, claquement des doigts, sifflement, etc…).
  • On regarde l’objet sur lequel on attire l’attention.
  • On regarde le public sur un relâchement pendant que l’on fait la passe.
  • Si on arrive pas à améliorer une passe, on décale la passe sur un temps faible.
  • On prend le temps qu’il faut pour un détournement d’attention jusqu’au temps faible.
  • La magie ce n’est pas une exhibition mais une « conversation » avec le public.
  • On ne met pas au défi le public, on sympathise avec lui.
  • Ce n’est pas parce que une routine est « simple » qu’il ne faut pas la travailler.
  • C’est en répétant sans relâche que l’on progresse petit à petit (certaines passes semblent difficiles, mais avec beaucoup d’essais un jour cela vient).

John commence par une routine de 3 boules blanches avec un saladier en verre.

L’avantage du saladier c’est le bruit quand elles tombent dedans, elles apparaissent, se dédoublent, voyagent de la poche à la main (pour moi une variante aux balles mousse, mais en mieux).

Il nous explique les tenues, les détournements d’attention, avec une introduction dans le poing en insistant sur la balle qui plonge dans le poing et en ne donnant aucune importance au dépôt sur le creux du poing.

Dai Vernon avec cigarette.
Dai Vernon avec cigarette.

Puis sa routine des 5 pièces et du verre à pied, il en profite pour parler de Dai VERNON et de sa recherche permanente de l’amélioration.

Il parle de son amélioration du relâchement de la pièce dans le verre en basculant la main sur une justification par l’introduction dans le muscle du bras.

Il donne une préférence à la tenue au doigt des pièces par rapport à l’empalmage et explique pourquoi la subtilité Ramsay ne doit pas se « sentir » et qu’il faut trouver le bon geste pour l’effectuer sans vouloir prouver quelque chose (avec la main vide).

3e VM Day

Il finit la routine par l’étoile de Nelson Down sous un foulard.

C’est là qu’il explique que rien n’est impossible, il suffit de travailler ! :)

Il enchaîne par une routine avec des cigares et une minuscule petite bourse.

Il nous parle d’un tour impromptu à faire en fin de repas avec 4 morceaux de papier un couteau et un verre d’eau.

Une exploitation du paddle move impromptu génial que je retiendrai pour les fins de repas entre amis (avec la routine du foulard et du bouchon de Duvivier).

Conférence de Michael AMMAR

Il nous fait sa routine d’As qui apparaissent (en partant de l’empalmage) avec un passage à travers les manches (technique de clown) et aussi l’utilisation du Back and Front pour les disparitions.

Il en profite pour ré-insister sur les temps fort et faible notamment avec un Top change.

John CARNEY
John CARNEY

On lui pose des questions sur Dai VERNON et si celui-ci lui à fait l’honneur un jour de le complimenter.

John nous explique que Dai VERNON aidait que ceux qui montrait une obstination et beaucoup de travail et qu’il envoyait « chi.. » ceux qui voulait simplement qu’il leur apprenne une passe, qu’il critiquait tout le temps, et ne faisait jamais de compliment.

Mais il lui avait indirectement un jour fait un compliment quand il l’avait entendu dire à son voisin en aparté, pendant que John s’entraînait machinalement à des empalmages assis sur les fauteuils au Magic Castle, « qu’il (Carney) n’arrivait jamais à savoir quand ce petit ‘encul..’ empalmait et déposait sa carte. »

Quelqu’un lui demande son tour des 4 pièces et du bouchon de liège qu’il s’empresse de nous montrer et d’expliquer (alors qu’il était déjà 23h).

Cette routine, à mon avis, n’était pas prévu, mais il nous l’a généreusement détaillé.

Il termine en expliquant qu’il n’a pas grand chose à vendre et il nous sort une bonne dizaines de DVD, tous différents. Il y a sur son site une conférence de 15h qui abordent différentes choses.

Enfin c’est un peu l’Amérique, d’entendre parler par un témoin direct, de Dai VERNON, de Ramsay, de Syldini etc…

Merci encore à ce MONSIEUR, qui comme tous les grands n’est pas avare de ses explications et qui ma ouvert les yeux sur des évidences mais que je n’arrivais pas à appliquer et qui grâce à ses explications lumineuses me semblent aujourd’hui à ma portée.

John CARNEY chez David LETTERMAN

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.