Le “rien ne se perd, rien ne se crée” est un point à mon sens fondamental en magie, et beaucoup négligé, en particulier en close-up où la démonstration technique prime souvent sur la logique.

Je considère la Magie comme un autre système de fonctionnement, qui obéit à des lois qui lui sont propres, mais ça reste un système, donc un monde cohérent.

Et si les spectateurs sont surpris par les lois qui gouvernent les objets que nous manipulons (car ce sont les lois, via les rituels, geste, formule, objet, qui FONT que la magie opère, SUR les objets, et indépendamment de nous qui ne sommes que les détenteurs des secrets qui mettent en œuvre les lois en question), ces spectateurs, donc, doivent au moins s’y retrouver dans ce qui est commun à tous les mondes logiques, même ceux de l’absurde (car la magie n’est qu’une logique de l’absurde).

Et le principe du “rien de se perd, rien ne se crée”, qui est à la base de notre monde “à nous”, doit aussi être celui du monde magique que nous faisons vivre.

En clair, et avec un exemple concret, si je mets une pièce en main droite et une en main gauche, que je ferme les poings, dans notre monde à nous, même si je gesticule mais que je garde les poings serrés, il ne se passera rien tout le monde sait que chaque pièce restera dans chaque main.
Mais, si je connais un rituel magique, par exemple se toucher les pouces à la David Roth, ALORS une pièce voyagera MAGIQUEMENT d’une main dans l’autre.
Et la logique voudra que j’aie alors deux pièces dans une main, et bien sûr plus rien dans l’autre, car la magie a opéré sur le transfert, mais pas sur les objets eux-mêmes. Cela a l’air anodin, mais c’est pourtant très important, car ça veut dire :

1) qu’à la limite si on montre deux dans une main, c’est que la pièce de l’autre a voyagé, et c’est logiquement superflu de montrer l’autre main vide (c’est parce que nous sommes des magiciens truqueurs que l’on DOIT prouver qu’EFFECTIVEMENT l’autre n’est plus là) ; pour un enfant de cinq ans, 1 + 1 = 2, et si j’ai 2 d’un côté j’ai 0 de l’autre, car j’ai deux pièces, point final.

2) la magie opère sur les pièces qui voyagent, dans cet exemple.
C’est simple, on ne sait pas pourquoi ce rituel opère, mais ça marche, et c’est amusant.
Si par contre, pour en faire “un peu plus”, on fait un changement de l’objet transposé (j’avais deux pièces d’argent, une dans chaque main, et après le voyage j’ai une pièce de cuivre et une d’argent dans une main), on aura tout faux, car on mélangera les effets, et le spectateur ne s’y retrouvera plus.
Qu’est-ce que la pièce de cuivre vient faire là ? Elle remplace la pièce d’argent ? Elle est venue spontanément, auquel cas où est l’autre d’argent, restée dans l’autre main ?, etc…
Si on fait un changement de couleur (ou de métal de la pièce), on l’explique, en faisant tomber dans un verre, par exemple, la pièce d’argent, elle devient pièce de cuivre (c’est le contact du verre qui opère la magie) ; et dans ce cas, retrouver les pièces d’argent ailleurs serait non avenu, car elles n’ont plus de raison d’être.
Ou alors, on avait quatre pièces de cuivre dans un porte-monnaie, et quatre pièces d’argent qui se transforment en cuivre en tombant dans le verre ; dans ce cas, dans le porte-monnaie, à la fin, on a les quatre pièces d’argent (David Roth, toujours très logique dans ses constructions de routines).
Quatre d’argent et quatre de cuivre au départ comme à la fin, on est bon, le spectateur est stabilisé dans sa tête, car même sans un esprit hyper rationnel, il a besoin d’un équilibre implicite pour mieux apprécier ce qui, par d’autres moyens, le déstabilisera.

Je ne sais pas si j’ai été clair dans ces quelques exemples, mais beaucoup de magiciens font des tours qui ne répondent pas à cette règle fondamentale, et c’est bien dommage.

Du style tour du Dr Daley, avec les deux as rouges et les deux as noirs, qui est très bien et pertinent quand on le fait normalement (on fait une fois, le spectateur se fait piéger, il a mal observé, on recommence, il a à nouveau faux, on explique pour le désénerver et on le replante), on joue avec deux as rouges et deux as noirs.
Mais quand certains, en “climax”, ont les as noirs en main et que sur la table ce sont… les rois rouges, c’est ABSURDE !!!!!

Beaucoup de jeunes qui dévorent des vidéos et des revues à longueur de journée ne se posent pas ces questions, ne réfléchissent pas à cela, sont tout à leur technique, mais ne savent pas ce qu’ils en font.
C’est le mauvais tour que nous joue la vulgarisation…

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.