S’il y a bien un mot (et un concept) dont l’utilisation par les magiciens / prestidigitateurs / illusionnistes est plus qu’approximative, c’est bien celui de « mentalisme ».

Ne cherchez pas ce mot dans les dictionnaires : ils ignorent le concept.

Même si certains auteurs en ont détecté l’existence dans son principe dès l’Antiquité 400 ans avant JC, (consulter des ouvrages sur l’Hermétisme, ou le « Kybalyon »), le terme “mentalisme” n’existe officiellement que depuis environ la deuxième moitié du 19ème siècle.

Et ce à l’initiative de « l’école de la pensée nouvelle ».

La source de ce courant est le philosophe americain Emerson (1803 1882).

La définition qui pourrait servir d’approche au mentalisme d’aujourd’hui,  est peut-être celle qu’a formulée en 1902 A. Victor Segno, auteur d’un livre, La loi du mentalisme.

Dans son langage lié aux connaissances de son époque, Segno explique que le mentalisme est le travail des «puissantes capacités du mental» de l’être humain au travers de ses fonctions conscientes et inconscientes.

Selon lui, «le mentalisme est […] la source de toute intelligence, ainsi que de tout accomplissement et avancement physique, social, mental, spirituel, scientifique, artistique et mécanique. Il est la base de toute connaissance, la cause de tout bonheur comme de tout malheur, de la santé ou de la maladie, du succès ou de l’insuccès […].

[L’homme] a de temps en temps découvert quelques-uns de ses mystères et, croyant être en possession de la vérité entière, il a formé ou organisé une de ces sciences […] connues sous le nom de mesmérisme, hypnotisme, magnétisme personnel, cure magnétique, science mentale, science chrétienne, clairvoyance, clairaudience, télépathie, médium, etc.»

A partir environ de 1870, furent déjà publiés divers ouvrages proches de « la loi du mentalisme » par : Mulford, Akinson, Turnbull

La base est que ”la pensée n’est pas seulement intérieure mais s’irradie au travers de l’espace en y déterminants des répercutions des conformes a sa teneur” comme le résume Paul Clement JAGOT.

« Qu’elle peut prendre des formes différentes et se manifester. Seuls les êtres doués de capacité psychique peuvent les percevoir consciemment bien qu’elles influe invisiblement sur les décisions, les tenants et les aboutissements des fonctionnements de ce monde.

Le psychisme de l’être étant simultanément émissif et réceptif, il est en contact permanent avec une multitude de personnes. Les pensées sont des choses chargées de puissance » écrit Prentice MULFORD.

Attention aux pièges des jargons professionnels : si la psychologie – voire la psychiatrie – ou la linguistique usent parfois du mot «mentalisme» pour désigner certains aspects très spécifiques de leurs pratiques, c’est sans aucun rapport avec le mentalisme dans son sens général.

Pas plus que le «Mentaliste », ce héros fantasmatique des romances médiévales et des jeux de rôle, n’intéresse notre propos.

Pourtant, aujourd’hui une des difficultés dans la compréhension du concept de « mentalisme » est l’apparition récente d’une nouvelle définition.

Ainsi, on trouve fréquemment : mentaliste : artiste de spectacle simulant des expériences parapsychologiques à l’aide de  trucages et artifices divers. C’est totalement faux. C’est un non-sens. Cette définition date à peu près de 1950?.

En l’occurrence, c’est un des contemporains de l’époque, un magicien et mentaliste, Dunninger, qui a le premier utilisé cette dénomination pour décrire une partie des expériences simulant le « mentalisme » qu’il faisait sur scène.

Il était le premier à s’appeler mentaliste dans le cadre d’un spectacle. Pour être historiquement exact, le terme mentaliste est brièvement et ponctuellement utilisé dans ce sens pour la toute première fois en 1925 dans la revue privée «Le Sphinx».

Ainsi, ce que ne réalisent pas aujourd’hui les magiciens lorsqu’ils utilisent ce terme, c’est que s’appeler « mentaliste » et se prétendre comme tel, est aussi absurde qu’un acteur qui jouerait le rôle d’un docteur dans une pièce de théâtre et qui, se croyant réellement médecin dans la vie, irait opérer des malades ! Ou bien s’appeler Chirurgien lorsqu’ils « réparent » une femme coupée en 3 dans une ZZ. C’est aussi absurde que ça.

Ce qui est fait la plus part du temps en démonstration, (scènes, spectacles..) est l’imitation de ce que ferait un mentaliste (ce qui ne crédite pas pour autant l’existence de mentaliste). Comme une routine de « triche » donne l’impression au spectateur que le magicien est un incroyable tricheur (ce qui est totalement faux, peu de manipulations tiennent la route sur une table de poker).

Certains magiciens se sont donc appelés mentalistes alors qu’ils font simplement des expériences de faux mentalisme, en simulant les capacités qu’aurait un véritable mentaliste. Ce qui n’enlève rien à leur talent, mais il ne faut pas faire la confusion !

Extrait de “Mentalisme, ces pouvoirs que nous avons tous” (avec l’autorisation des auteurs et des éditions Carnot), et réécrit par P. de Clermont. Décembre 2003

>>>  Réagissez à cet article sur le forum !

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.