Dates : du jeudi 3 au dimanche 6 septembre 2015
6e Congrès Européen des Collectionneurs, Histoire & Collection
Lieu : Conservatoire National d’Art Dramatique
Paris. 9ème

Un des rares magiciens à être reconnu comme Professeur de physique.

La station de métro et l’avenue portent bien le nom d’un de ses descendants, Ledru-Rollin.

Pietro MICHELI a été étudiant en droit à Pise, avocat puis procureur et est actuellement officier garde côte. Il est l’auteur du livre They Lived by Tricks publié en 2012 et d’un article sur Tomaso Palatino pour la revue italienne Magia Moderna.

Pietro MICHELI
Pietro MICHELI

Au XVIIIème siècle la frontière entre la science et le spectacle est encore floue. Est-ce un savant ou un charlatan ? Est-ce un philosophe, un mathématicien, un physicien ou un magicien ? That is the question à laquelle l’orateur va essayer de répondre.

La venue de l’électricité et du magnétisme permet de renouveler les programmes des magiciens qui vont être à la frontière de la science en introduisant de vrais (ou faux) mécanismes dans leur spectacle.

Les deux représentants les plus importants de cette époque étaient COMUS et PINETTI. (Attention, ne pas confondre Comus et CONUS.)

Dans l’introduction de son livre Amusements physiques publié en 1784, Pinetti (Joseph pour les intimes) parle longuement de Comus probablement pour gagner ses faveurs.

Nicolas-Philippe Ledrus(Comus) par Simon-Bernard Lenoir
Nicolas-Philippe Ledrus(Comus) par Simon-Bernard Lenoir

Au musée Carnavalet de Paris on peut observer un portrait de Comus, magicien et physicien, peint par Simon-Bernard Lenoir (1931-1807).

Comus présentait des tours avec des mécanismes ce qui n’empêchait pas Denis Diderot, l’encyclopédiste des Lumières, de penser que COMUS était un charlatan !

Ses premiers spectacles commencent en 1750. En Juillet 1759, il sévit au boulevard de la Porte du Temple à Paris

En 1765 il est à Londres et se confronte à JONAS (pas la baleine, le magicien !).

Il rencontre François PELLETIER un mécanicien constructeur d’automates reconnu.
NB : Pelletier est parti en Espagne en 1758.

Il présente des expériences de « physique amusante » comme celles décrites dans le livre de Jacques OZANAM et des nouvelles, par exemple avec un appareil capable d’établir des communications à travers un mur.

Aspects inédits de la vie de COMUS à travers les livres.

Mayeur de Saint-Paul (1756-1818) auteur ayant écrit sur les plus grands magiciens et les sciences, était fort en mathématiques et en sciences après avoir suivi des cours privés, et donnait même des spectacles.

Comus est devenu physicien sans avoir étudié la médecine. Comus a prêté de l’argent et a fait fortune.

Jean-Charles Pierre Lenoir a parlé également de Comus. Il a ouvert une clinique et pratiqué des électrochocs sur des épileptiques. Une commission de la faculté de Paris a reconnu que ses méthodes étaient efficaces.

Il peut donc pratiquer la médecine !

Ainsi « LEDRU médecin » remplace « COMUS le magicien » ce qui ne manque pas de provoquer les moqueries des sommités de la médecine.

Il meurt aisé. Ses fils deviendront médecins et son petit-fils sera Alexandre Ledru-Rollin un célèbre avocat et homme politique français.

Conclusion

La mobilité sociale devient possible au XVIIIème siècle contrairement au Moyen Âge où il était courant de garder le même métier.

PINETI voulait rester magicien. COMUS s’est transformé en médecin.

Notes de Pierre Guedin et Philippe Billot