Date : Samedi 26 Avril 2003
Lieu : Double Fond
1, Place du marché Ste Catherine
75004 Paris
M° St Paul
Tarif : 60 euros
Horaires : 18h00 à 2h00

Que s’est-il donc passé le Samedi 26 Avril au Double Fond, le célèbre Bar Magique de Paris ?

Réponse : ce lieu fêtait ses 15 ans !

Et quel était le prix d’entrée ? 60 Euros tout compris (l’apéritif, les deux spectacles et le buffet complet).

Pour cette modique somme, on avait droit à une superbe soirée de 18H00 à 2H00 du matin (pour ceux qui pouvaient rester).

La réservation était obligatoire et il était préférable de s’y prendre tôt car le nombre de places diminuait rapidement.

Avant de commencer à vous raconter cette soirée magique, j’aimerais toutefois vous dire quelques mots sur la vision de cet événement car je ne suis qu’un jeune mentaliste : jeune, à double sens : un âge dont l’ordre de grandeur est la vingtaine et  »l’âge magique » de l’ordre de deux ans.

Pour tout dire, c’était aussi le premier vrai spectacle magique que je suis allé voir.

Pourquoi ai-je insisté sur mentaliste ? Parce que j’adore le mentalisme et, contrairement à beaucoup de magiciens, je n’apprécie que très peu les tours de cartes (mais pourtant tu fais quelques tours avec des cartes et un pendule, non ? -oui- Ouh, que tu es bizarre ! -mentaliste oblige !- ). Les divers artistes effectuant un tour puis laissant la place pour revenir un peu après, j’ai préféré regrouper les tours que j’avais globalement mémorisés lors de cette soirée.

Apéritif

Le programme de la soirée indiquait le début des festivités vers 18H00.

Etant arrivé un peu en avance, je me renseignais pour avoir une idée un peu plus précise du spectacle. En attendant que les autres spectateurs arrivent, on nous invita à nous asseoir autour de l’une des tables de la partie  »Bar » du Double Fond.

Puis, fut servi l’apéritif : une coupe de champagne et beaucoup d’amuse-bouche disséminées au quatre coins, à l’intérieur du Double Fond. Lors de cette apéritif, les spectateurs discutèrent beaucoup.

Les débats entre magiciens allèrent du matériel magique aux conférences magiques. Les conversations parlèrent également de Virtual Magie.

1er spectacle

    Ensuite, vint l’heure du premier spectacle, en compagnie de l’équipe du Double Fond. On s’installa dans la salle puis Alexandra DUVIVIER fit son entrée.

Apparemment, nous n’avions pas applaudi assez fort car elle nous fit une remarque et recommença son entrée (non, non, c’était prévu. -Ah ! D’accord !- ).

Le tour d’entrée était… un tour de cartes !

Une carte choisie et signée est perdue au milieu d’un jeu puis retrouvée. »

Lors de ce spectacle, Alexandra DUVIVIER fit un tour avec différents couteaux : des cartes de couteaux furent mélangées (les couteaux étaient à côté mais difficile de les mélanger !) puis distribuées aux spectateurs qui en éliminèrent certaines.

Une carte fut donc choisie par ce procédé d’élimination et le couteau représenté fut mis de côté. Alexandra DUVIVIER nous raconta que le test pour devenir magicien(ne) était d’avaler un couteau.

Elle entra la lame dans la bouche, se retourna et avala le couteau car elle mangea un bonbon (pour faire passer le mauvais goût du manche). Ce tour m’a révélé un élément crucial : je ne suis donc pas magicien !

On eu droit aussi à un joli tour : Dominique DUVIVIER choisit un spectateur et, comme il nous l’avait annoncé, on s’est tous mis à haïr cordialement le chanceux spectateur qui eut droit à assister de près au tour inspiré des boulettes Slydini et réalisé par Alexandra DUVIVIER en tenue très décontractée. Le gagnant de la soirée repartit avec une photo instantanée prise par Dominique DUVIVIER.

Le Nain a également effectué quelques tours de magie. Il nous montrait quelques pièces (sûrement des demi-dollars car elles étaient grises).

Il prenait une pièce avec sa main droite, secouait sa main puis il l’ouvrit pour montrer une main vide puis alla chercher la pièce qui avait traversé la table.

Un autre tour fut réalisé avec des coupelles en plastique pour apéritif et des balles en mousse. La baguette magique fit voyager les balles au travers des coupelles. Au final, les balles mousses oranges devinrent de grosses balles rouges.

1er Spectacle (suite)

Le Nain nous fit aussi voir son numéro avec des billes qui disparaissaient au fur et à mesure. Ce fut son seul numéro sans musique.

Un tour très visuel fut lorsque Le Nain apporta un aquarium. En tenue de nageur, il amena un tabouret et, ayant réussi à grimper dessus (car le tabouret bougeait par la mise en scène du magicien !), il s’arrosa les épaules avec l’eau et en profita pour rafraîchir le public qui devait avoir chaud. Il fit mine de plonger puis se ravisa. Il s’arrosa encore et, oh, surprise, il fit apparaître une colombe !

Enfin, il fit un tour où il donna aux spectateurs des cartes sur lesquelles étaient inscrits :  »La Redoute »,  »Playboy »,  »Ulla », etc. Les spectateurs éliminant les cartes, il en restait une qui servit de prédiction.

Le Nain faisant la plupart de ses numéros de magie en musique, il nous fit un strip-tease et termina en caleçon sur le tabouret. Il se mit dos vers le public et baissa furtivement son unique vêtement pour faire apparaître le nom inscrit sur la carte-prédiction.

Le mentaliste Philippe de Perthuis fut remarquable ! Son premier tour fut de sortir deux paquets de chips. Il demanda à un spectateur quel était sa saveur préférée. Il s’étonna que le spectateur préférait les chips sauce barbecue et tapait frénétiquement du poing sur les chips choisies par le spectateur pour les désigner.

Il les mit par terre et trépignait sur les chips parce que selon lui, les chips sauce bolognaise étaient les meilleures ! Ramassant le paquet puis en l’ouvrant, il nous fit une démonstration de ses étonnants pouvoirs: les chips sauce barbecue tombaient intactes dans le saladier !!! Il ajouta :  »il faut cependant que quelqu’un paye pour ce prodige ». Ouvrant le sachet des chips sauce bolognaise (resté depuis le début sur la table), il les renversa dans le saladier. Mais…, mais…, elles sont en miettes !

Son deuxième tour fut une histoire de chevalier combattant des monstres. Ces monstres (quatre spectateurs choisis) étaient en possession d’un collier composé d’une très longue ficelle sur laquelle était accrochées des pinces-crocodiles retenant chacune un bonbon différent. Le mentaliste eut les yeux bandés avec une écharpe et se retourna.

Les spectateurs devaient choisir un bonbon (quatre bonbons à la suite) et de les garder sur eux. Chacun à leur tour, ils étaient invités à manger leur bonbon et à souffler en direction du magicien qui révéla à chacun quel était le bonbon choisi.

Pause

Puis, on fit une pause en se restaurant grâce au buffet complet. Le Nain passa près de chaque groupe de convives et mit KO en un round les spectateurs avec un seul tour : un jeu de cartes fut montré et il nous expliqua qu’au début il nous montrerait le tour lentement.

Le principe, simple, était qu’il allait faire remonter une carte depuis le dessous jusqu’au dessus du paquet. Oui, ce fut un tour très visuel. Mais, le pire, c’est lorsqu’il retourna la carte (la seule carte face visible) et la mit dessous.

Il rajouta une carte en dessous (face cachée). Et, en très peu de temps, sous nos yeux mêmes, il la fit remonter vers le milieu du paquet puis sur le dessus même du paquet. Après cet interlude et puisque l’heure approcha l’horaire prévu, le deuxième spectacle commença…

2ème Spectacle

Ce  »Spectacle en Or » regroupa un trio de brillants artistes : Gaëtan BLOOMDominique DUVIVIER et Jean MERLIN !

Ce spectacle eut pour but de raconter la vie d’un magicien.

Chacun des trois artistes présenta donc un tour lié à cette vie de magicien. La première étape est l’inévitable boîte d’apprenti-magicien. Ensuite, on vit un tour présenté de trois façons différentes. Ce tour utilise un accessoire composé de deux barres.

À l’extrémité de chacune de ces barres se situe une ficelle avec un pompon (ce tour est décrit à la fin de chaque paragraphe concernant l’artiste).

Puis, on fit connaissance avec les compétitions magiques où le magicien désigné devait présenté un tour devant le jury sévère du duo restant. Enfin, on vit un gala magique avec un final des plus éblouissants ! Voyons maintenant quelques-uns de ces tours…

Je commencerai par la description des effets de l’ingénieux Gaëtan BLOOM.

Ce fut le premier à nous émerveiller mais je n’ai pas retenu beaucoup d’effets à cause d’une petite erreur survenue soudainement (j’en reparlerai dans mes conseils). Toutefois, il nous a présenté un tour de cartes et, comme il nous affirmait qu’il pouvait manipuler un paquet d’une seule main, il se dirigea vers un coin de la salle et dévoila une étrange machine : une guillotine !

À ce moment, puisqu’il dit :  »Attention aux éclaboussures ! », je me reculais vivement car j’étais à côté de l’instrument de torture. Passant sa main dans l’emplacement prévu, il actionna la machine et s’enfuit, le bras coupé sous un foulard noir pour ne pas choquer les âmes sensibles (je vous rassure : c’est de la magie ! il a donc récupéré sa main).

Son tour de  »compétition magique » fut une planche sur laquelle étaient des interrupteurs et des ampoules, tous de couleurs différentes (mais par paires de couleurs entre l’interrupteur et l’ampoule). Chaque fois qu’il appuyait sur un interrupteur, l’ampoule de la même couleur s’allumait.

Le sévère juge Dominique DUVIVIER lui rétorqua qu’il n’y avait rien de magique. Gaëtan BLOOM inversa donc deux ampoules et montra que l’interrupteur allumait toujours l’ampoule correspondante. Puis, sur le choix d’un spectateur, on mit les ampoules suivant un certain ordre. Le phénomène magique marchait !

Mais, Dominique DUVIVIER ne fut toujours pas convaincu. Alors, à sa demande, les capuchons des interrupteurs furent interchangés. Et à ce moment, on vit un miracle car le phénomène se répétait !!!

Pour le tour commun, il nous raconta qu’il n’était pas très riche et que ses parents lui offrirent une seule barre. Mais ce n’était pas vraiment amusant de tirer sur une seule ficelle. Alors, plus tard, il acheta une deuxième barre. Je rappelle brièvement le principe : lorsque l’on tire sur une corde d’une barre, la ficelle de l’autre barre remonte.

Intéressons nous maintenant à Dominique DUVIVIER.

À son arrivée, il remit un coffre fermé à un spectateur. Il nous présenta un jeu de cartes et, éventaillant les cartes, il invita un spectateur à en prendre une. La carte fut signée, puis remise dans le jeu. Le coffre fut ensuite ouvert par deux spectateurs qui reçurent de Dominique DUVIVIER deux jeux de clefs. À l’intérieur du coffre, une spectatrice enleva une boîte et Dominique DUVIVIER, retournant la boîte, fit tomber une carte pliée. Lorsque la carte fut montrée, on vit la signature du spectateur…
Un tour vraiment bluffant fut lorsqu’il ramena un paquet et demanda à plusieurs spectateurs de prendre une carte. Ils mémorisèrent leur carte et la remirent dans le paquet. Le paquet fut mis dans un sac. Dominique DUVIVIER pris le sac, le posa sur la table et ses deux mains allèrent prendre le paquet. Les mains dans le sac, Dominique DUVIVIER mélangea le jeu et sortit au fur et à mesure les cartes des spectateurs !!!

Un défi remarquable fut relevé : comment réaliser le tour de la carte perdue puis retrouvée de manière originale ? A cet effet, Dominique DUVIVIER ramena une grande boîte dans laquelle étaient plusieurs jeux de cartes. Il en sortit un et demanda à un spectateur de le mélanger.

Lorsque le spectateur remit le paquet, Dominique DUVIVIER annonça que l’on n’en avait plus besoin et jeta le jeu dans le réceptacle approprié. Il sortit un autre jeu et demanda à trois spectateurs de prendre une carte. Puis le jeu fut jeté. Les cartes furent remises dans le jeu suivant qui fut jeté. A la fin du tour, le magicien retrouva donc toutes les cartes des spectateurs.

2ème Spectacle (suite)

Le tour commun fut hilarant : étant le premier magicien de la soirée à nous le présenter, Dominique DUVIVIER ramena deux barres et nous expliqua le principe.  »-Mais, lui dit un jour un spectateur, si l’on tire sur une corde et que l’autre remonte, c’est que la jonction que vous cachez contient la corde qui passe d’une barre à l’autre. -Effectivement, il n’y a rien de magique ! répondit Dominique DUVIVIER.  » et, d’un air las, il jeta à terre l’accessoire dévoilé.

Le dernier artiste de cet article, que j’admire beaucoup, se nomme Jean MERLIN.

Son tour de la boîte d’apprenti-magicien est composé d’un oeuf en plastique et de deux foulards noirs opaques. Le magicien cache un foulard dans la poche et cache l’oeuf dans sa main. Il présente un foulard que l’on insère dans le poing (où l’oeuf est caché). Le foulard se transforme en oeuf !

On recommence le tour en utilisant le deuxième foulard dans la poche. Au final du tour, on voit Jean MERLIN casser l’oeuf au-dessus d’un verre ! (oui, un vrai oeuf !).
Jean MERLIN présenta également, dans la catégorie  »compétition magique », son fameux tour des quatre cordes.

Arrivant avec cinq cordes sur l’épaule, il présente au jury son tour. Remarquant qu’il y en a une de plus, il la retire de l’épaule et annonce qu’il va faire un tour en plus avec cette corde. Il explique qu’en faisant un noeud sur une corde pour avoir un anneau, il peut le faire grandir. Puis, il coupe l’anneau formé. On poursuit le tour des quatre cordes… mais, il y en a encore cinq !

Le tour continue ainsi jusqu’à un final où une corde apparaît entre quatre autres.

Jean MERLIN a aussi eu l’idée de faire travailler le public : racontant qu’il a acheté un tour par correspondance, il remet une feuille d’instructions à un spectateur qui la lit au fur et à mesure. Des ardoises subtilement truquées sont sorties de leur emballage (Jean MERLIN nous raconte que les trucages sont de plus en plus difficiles à voir).

Malgré l’examen du spectateur, on se dit que l’artiste a acheté de la camelote car il n’y a pas le moindre trucage. Puis, Jean MERLIN note des prédictions sur l’ardoise (nom d’une ville, nom d’un casino, un nombre composé de plusieurs chiffres, etc). À la fin du tour, toutes les prédictions sont réalisées.

Quelle fut donc sa présentation du tour commun ? Nous avons vu exceptionnellement un Jean MERLIN sans son traditionnel costume de magicien ! Tenant les deux barres, il nous montre le principe. Au final, il nous raconte qu’en tirant sur ses boutons de manchette, le tour marche aussi !

J’en arrive maintenant au tour final réalisé par les trois magiciens.

Chacun sort un jeu de cartes différent. Chacun donne le jeu à un spectateur qui doit le mélanger et choisir une carte. Puis, ils la remettent dans le jeu et les jeux sont mélangés entre eux (donc, on peut trouver dans un paquet de cartes les trois types de cartes !).

Puis, les magiciens préparent leurs parapluies et demandent aux spectateurs de jeter au même endroit et en l’air les jeux de cartes. En une estocade, chaque magicien embroche une carte, la carte d’un des spectateurs !

Puis, ouvrant les parapluies, on voit le dessin de la carte ! Une caisse est ensuite apportée et un spectateur doit choisir un disque et les magiciens devront improviser sur la musique. On lance le disque… et on entend  »Petit Papa Noël, …  ».

Et, sans incident, on aurait dû voir un bonhomme de neige se gonfler. Gaëtan BLOOM avait oublié de fermer une valve ! Mais, lorsque l’oubli fut réparer, on pouvait déceler une ambiance extraordinaire !

Conclusion

Par conséquent, j’aimerais terminer par quelques recommandations et réflexions. En premier, munissez-vous d’un appareil photo dont vous n’avez pas besoin de changer la pellicule. J’ai raté de cette manière une part d’immortalisation de cette somptueuse soirée (mais ça ne tient qu’à moi…).

Ensuite, j’ai présenté cette soirée d’un point de vue d’un spectateur (non d’un magicien) car je voulais faire ressortir le charme de la magie. Ce charme, les magiciens-spectateurs (je parle en général) le brisent rapidement par leur réaction du type  »Ah, ici, il a peut-être utilisé ceci… ». Ne pouvez-vous donc pas vous laisser emporter par la magie ? Vous voulez absolument tout savoir. Pourquoi donc ? Pour vous prouver quelque chose ou pour ajouter un tour à votre répertoire ? Ne pouvez-vous pas affirmer votre différence dans vos propres tours ? Quoi qu’il en soit, je le concède, lorsque l’on voit une technique que l’on connaît, on ne peut s’empêcher de sourire…

 »Partons de l’hypothèse que je ne suis pas magicien. Or, je vous ai fait croire que je l’étais. J’ai donc réalisé une illusion. Or, les personnes qui font des illusions sont appelées magiciens. Donc, de toute façon je suis magicien. »
LAMI TENSEM

Je tenais à remercier Gaëtan BLOOMJean MERLIN,Dominique DUVIVIER,Alexandra DUVIVIERPhilippe de PerthuisLe NainQuoc Tien Tran et toute l’équipe du Double Fond qui travaillent  »derrière le rideau ».
Je tenais à saluer spécialement SorgFlot-RiantPôle-Nord,EthanKbalo et VirtualMagie.

    Je vous propose un petit jeu : Sur ce compte-rendu se trouve un anagramme. Le but du jeu est de trouver où il est situé et de le résoudre ! »

>>> Réagissez à cet article sur le forum !

Merci à Bruno SANVOISIN pour la relecture et Chris DEV pour les photos.

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.