Cette année, a eu lieu, les 20 et 21 mai 2000 le « dernier congrès » de Klingsor.

Comme dans tous les congrès, quel que soit le pays organisateur, nous avons eu droit à du mauvais, du bon et du très bon.

Les concours se voulaient être une répétition de la prochaine FISM. Dix concurrents en scène et uniquement trois en close-up. Je passerai sur ceux qui n’avaient pas leur place dans un tel événement : des comiques qui ne déclenchent pas un seul rire, des numéros non prêts et ceux qui se doivent d’être conseillés avant de se lancer dans cette aventure. Mais heureusement nous avons pu applaudir de très très bon numéros.

  • Aaron en grandes Illusions. Celles-ci devraient être plus dynamiques et avec un peu moins d’hésitation. Un prix récompensant l’illusion Eve et une lévitation sur poteau.
  • Caroline MARX en magie générale. Cette jolie française, déjà primée dans de récents congrès, a obtenu le 3ème prix pour son numéro essentiellement basé sur le D Lite. Mais personnellement, je pense qu’il est difficile de danser sur scène sans une solide formation et avec le genre de chaussures modernes à hautes semelles.
  • Laurent BERETTA en manipulation obtient le 3ème prix. Très bonnes apparitions de cartes, qui devraient à mon idée être moins saccadées.
  • Roxanne en Magie Générale. Cette Allemande très mignonne nous emmène dans un monde romantique. Mélange subtil de manipulation, magie générale et grande illusion qui lui vaut un second prix. Un nom à retenir !
  • Mask. La féerie des bulles de savon. Nouveau décor, nouveau final, Mask nous entraîne comme à son habitude sur le chemin de la tendresse. Premier prix. Toutefois un petit quelque chose cloche ! En final Mask transforme deux poupées amoureuses l’une de l’autre en deux jeunes gens, garçon et fille. Mais le sentiment qu’inspire le jeune homme ressemble plus à de la fierté qu’à de la tendresse vis à vis de sa compagne, ce qui dénote légèrement avec le climat créé.
  • Et j’ai gardé pour la fin Norbert FERRÉ qui est à mon avis, le plus représentatif de la « vraie  magie », dans ses manipulations de balles et de cartes à vous couper le souffle. Le tout présenté avec humour et ce « je ne sais quoi » qui  vous enchante. Second prix de manipulation.

En close up, rien d’exceptionnel. Mais je pense que le jury fut très sévère et qu’au moins un des candidats méritait un prix , le suisse Borsalino.

Six conférences

  • Cyril HARVEY avec ses trouvailles ingénieuses. Dommage qu’il ait eu à se présenter dans la grande salle. Une ambiance plus intime aurait permis de mieux apprécier ses idées.
  •  Jean-Jacques SANVERT pour les amateurs de techniques et de cette « french touch ».
  • Tony CURTIS (Angleterre) qui  n’était pas à la hauteur du niveau des autres conférenciers.
  • Mike CLOSE (USA) bien connu des cartomanes émérites. Pour les initiés.
  • Francis TABARY toujours excellent qui a démonté son numéro de corde … de bout en bout.
  • Aldo COLOMBINI. « The best ». Malheureusement on ne lui  a autorisé qu’une heure. On en aurait bien passé beaucoup plus, tant sa magie est simple, directe, avec un réel impact. De plus le personnage est attachant et extrêmement sympathique. A voir et à revoir.

En ouverture de congrès, Michel FONTAINE a essayé d’imiter le Maître Jean-Eugène ROBERT-HOUDIN.

L’un des moments forts d’un congrès est toujours le grand gala.

Cette année encore c’est ce que nous attendions, mais malheureusement nous sommes restés un peu sur notre faim.

  • Aldo COLOMBINI a présenté le spectacle en mettant en valeur tous les artistes. Il nous a régalé de ses gags ainsi que de sa technique magique. C’est à ce jour un des plus grands.
  • Alberto GIORGI, manipulateur italien. Pas grand chose à dire. Un peu trop lent, pas trop d’effets .
  • Jean-Philippe LOUPI. Le fantôme de l’aéroport a encore frappé. A l’applaudimètre le plus fort impact, mérité, du gala.
  • Cyril HARVEY et ses toupies qui virevoltent dans l’espace. Très gros succès également.
  • Les Christal’s deux jeunes belges qui ont remplacé au pied levé un artiste absent. Un bon numéro de transmission de pensée (méthode P. WAREIN). Mais il leur manque encore du métier.
  • The Cantervilles. Une des déceptions de ce congrès. Un autre numéro que celui pour lequel ils furent connus. Décevant, cela sent le second numéro  alimentaire.
  • Cedric. Ce compatriote belge travaille en fond de scène sans sourire. Pourtant ses manipulations sont réussies. Mais il manque quelque chose .
  • Murray (USA). Un look, un personnage, une musique très topée. Tout démarre très bien. Un superbe change de costumes et des apparitions de CDs. Mais trop d’effets identiques tuent le numéro.
  • Francis TABARY. Est-il vraiment utile de préciser le succès que fit Francis ?
  • Omar PASHA  termine le spectacle en nous emmenant dans son monde magique et intrigant.

Le gala de close-up avec seulement quatre artistes -mais lesquels !-, a émerveillé une assistance nombreuse.

  • M. JUPITER, Mike CLOSE, Jean-Jacques SANVERT et Aldo COLOMBINI. Il fallait y être pour rire, être intrigué, puis émerveillé par ces talents !
  • Le lendemain, lors du gala de clôture nous avons pu applaudir, en plus des deux lauréats du concours Mask et Norbert FERRÉ les artistes suivants :
  •  Claude MONTLOUIS et Amélie. Ventriloque avec une poupée bien délurée.
  • M. JUPITER (Hongrie) Cet artiste est plus connu en tant que marchand de trucs. Ses manipulations sont inégales mais l’ensemble est séduisant.
  • Adam WILLIAMS (USA) Cet Américain qui devait être dans le gala de la veille possède un personnage : Le magicien des années 1920. Malheureusement, ses charges se voyaient, ses prises étaient laborieuses et la disparition finale de son poste de radio n’a pas fonctionné. Il était dans un mauvais jour et je souhaite le revoir en meilleure forme.
  • The Cantervilles cette fois ci dans leur numéro. Mais était-ce l’impression restée de la veille, ou sa lévitation qui bloque en cours (avec obligation de fermer le rideau) il ne nous a pas emballés.
  • Le spectacle était présenté par David ALAN qui a oublié qu’il faut mettre les artistes en valeur et pas le présentateur.

A la relecture de ce compte-rendu, je me suis dit que j’avais été dur quelque fois. Mais ne le faut-il pas ?

Mais quoi qu’il en soit, un congrès est toujours passionnant, de par ce que l’on y voit, par ce que l’on y apprend et des moments d’amitiés qu’il est possible d’y nouer.

Ah oui, j’oubliais, un peu de chauvinisme.

Quatre concurrents Français primés ! Six artistes  Français invités ! Trois conférenciers Français ! et le tout très bon.

3e VM Day

Alors à l’année prochaine M. Klingsor ?

Merci à Bruno SANVOISIN pour la relecture

>>> Lire les CR des éditions 1999 et 1998.

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.