Date du 13 au 16 Janvier 2002
Coordonnées
Hôtel et Casino RIVIERA
Las Vegas
Etats-Unis
Commandez de l’auteur :
Jeu marqué Boris Wild
Mind Scanner

Imaginez une salle de spectacle où vous êtes assis parmi Siegfried & Roy, Lance Burton, Max MavenChanning Pollock, The Pendragons, Fantasio, Norm Nielsen, Johnny Thompson,Shimada, Kevin James, Milt & Irene Larsen.

Imaginez que cette salle de spectacle soit en plein cour du strip à Las Vegas et que plus de mille magiciens ont fait le déplacement pour souffler les vingt-cinq bougies d’une des manifestations magiques les plus prestigieuses au monde.

Bienvenue au  » World Magic Seminar !

Un peu d’histoire

Invitation originale pour le 1er “ Slydini’s Desert Seminar ” en Mars 1978.
Invitation originale pour le 1er “ Slydini’s Desert Seminar ” en Mars 1978.

En novembre 1977, quelques centaines de magiciens américains découvrent dans leur boîte aux lettres un étrange courrier les invitant à Las Vegas pour participer au  » Slydini’s Desert Close-up Seminar  » à l’initiative de Joe Stevens, Jay Marshall et Tony Slydini. Il faut dire que ni la date, ni le lieu n’était précisé ! Mais le programme était déjà alléchant : conférences et ateliers quotidiens avec Slydini, conférences de Darwin Ortiz et de Paul Gertner, show de Siegfried & Roy au MGM Hotel et show de close-up de Jimmy Grippo au Caesar’s Palace !

92 magiciens participent à l’époque à ce  » Close-up Seminar  » qui se tient finalement du 30 Mars au 2 Avril 1978 à l’hôtel-casino Aladdin. Parmi eux figurent des gens comme Dai Vernon, Roger Crabtree ou encore Johnny Paul.

Mars 1978 : 1er “ Slydini’s Desert Seminar ”. De gauche à droite : Tony Slydini, Johnny Paul,Skip Foley et Dai Vernon.
Mars 1978 : 1er “ Slydini’s Desert Seminar ”. De gauche à droite : Tony Slydini, Johnny Paul,Skip Foley et Dai Vernon.

L’année suivante, la manifestation devient le  » Dai Vernon & Slydini Desert Close-up Seminar  » et la liste des congressistes s’étoffe en même temps que celle des participants : Paul Harris, Mike Skinner, Daniel Cros, Albert Goshman, Karrell Fox ou encore Alan Ackerman.

1980 marque un des premiers temps forts dans l’histoire des  » Seminar « , car Fred Kaps en est l’invité d’honneur à la demande de Vernon et Slydini. Parallèlement à cela, Siegfried & Roy qui ont emménagé au Stardust deviennent les superstars qu’on connaît ainsi que les figures emblématiques du  » Desert Magic Seminar  » qui prend ce nom (quasi) définitif en 1981, année où est engagé notre Gaëtan Bloom national ! (Il reviendra trois ans plus tard, suite au succès de sa première prestation). Saviez-vous que cette année-là tous les congressistes étaient invités à une réception de bienvenue dans la maison de Siegfried & Roy ? Incroyable, non ?

En 1982, le  » Desert Magic Seminar  » déménage au Frontier Hotel en même temps que Siegfried & Roy qui y présentent leur nouveau show. C’est également lors de ce 5ème anniversaire qu’est remis pour la première fois le  » Golden Lion’s Head Award  » avec, à la clé, un chèque de 1000 dollars et un engagement au Magic Castle. Le concours n’est ouvert à l’époque qu’aux close-upmen !

Boris WILD avec Lance Burton
Boris WILD avec Lance Burton

C’est en 1986 que le nom de Lance Burton est associé pour la première fois à celui du  » Desert Magic Seminar « . Son show au Tropicana (avec les danseuses des Folies Bergères) ainsi qu’une réception privée sur scène font désormais partie du programme. C’est également cette année-là que le concours s’ouvre aux magiciens de scène.

Et le challenge est particulièrement difficile à relever car chaque concurrent doit se présenter sur scène ET en close-up, le jury devant décerner le  » Gold Lion’s Head Award  » à l’artiste le plus complet ! C’est Rocco Silano, connu depuis pour son D’Lite (dont les ventes viennent de dépasser le million d’exemplaires !), qui remporte les 12 500 dollars remis par Siegfried & Roy !

L’implication de Lance Burton dans le  » Desert Magic Seminar  » devient de plus en plus importante tant et si bien qu’il est la vedette des éditions 1988 et 1989 au Tropicana en l’absence de Siegfried & Roy partis en tournée au Japon et à Broadway.

Siegfried & Roy reviennent à Vegas en 1990 où ils sont accueillis en héros à l’occasion du 13ème  » Desert Magic Seminar « . Celui-ci a lieu exceptionnellement au Mirage, le tout nouvel hôtel où les deux superstars de la magie se produisent désormais (et où ils présentent toujours leur show deux fois par soir, cinq jours par semaine !).

Borris WILD avec Siegfried & Boris & Roy
Borris WILD avec Siegfried & Boris & Roy

Le  » Desert Magic Seminar  » retrouve le Tropicana Hotel en 1991 et 1992 avant d’être transféré à l’Hacienda en 1993 où officie Lance Burton avec son nouveau show :  » A magical journey « .

Retour au Tropicana en 1994 où la France est mise à l’honneur avec la participation d’Henry Mayol, Socrate(déjà présent en 1986), Francis Tabary et Alpha. Cette année-là, Brett Daniels reçoit le  » Gold Lion’s Head Award « , succèdant à Vik & Fabrini, Mike MichaelsJames Brandon et Kohl & Co. Un concours réservé aux moins de 19 ans est également instauré à l’initiative de Lance Burton qui en est le parrain.

En 1997, à l’occasion du 20ème anniversaire, un nouveau prix est créé afin de récompenser un numéro créatif : le SARMOTI Award. Ce sont les Junge Junge qui le remportent pour leur célèbre numéro  » An Englishman in New York « . Ils seront suivis par les Flicking FingersJorge Blass et Valérie. À noter qu’un Français faisait partie du gala du 20ème anniversaire : Omar Pasha.

1999 marque un tournant dans l’histoire du congrès car Joe Stevens passe le flambeau à Rich Bloch qui prend en charge son organisation et le rebaptise  » World Magic Seminar « . Son concours, toujours sous la houlette de Siegfried & Roy, est plus que jamais l’un des plus courus au monde ! Les Français l’ont bien compris et n’hésitent pas à faire le déplacement comme Mickaël Ross et Bethy en 2000 ou encore Norbert Ferré et Luce en 2001.

Boris WILD avec Channing Pollock.
Boris WILD avec Channing Pollock.

L’année 2002 célèbre un quart de siècle de  » Magie dans le Désert « , 25 ans pendant lesquels la liste des magiciens ayant participé à cet événement unique au monde est un véritable  » Who’s Who  » de la magie internationale. TOUS les plus grands y ont travaillé, alors quand on est un p’tit français et qu’on voit son nom dans le programme, ça fait vraiment tout drôle.

 » World Magic Seminar  » 2002 :
Vive les femmes !

Au programme de cette 25ème édition  :

. 8 conférences : Alan Ackerman (USA), Steve Beam(USA), Vanni Bossi (Italie), Tim Ellis & Sue-Ann Webster(Australie), Dan Garrett (USA), Martin Lewis (Angleterre),Lior Manor (Israël), Boris Wild (France).

. Une hilarante soirée Cabaret avec Chef Anton, Fielding West, Whit Hayden et Gazzo. Ces quatre-là nous ont fait pleurer de rire pendant deux heures mais deux d’entre eux ont fait particulièrement fort.

Chef Anton, champion de billard aux Etats-Unis, a combiné magie et billard en réalisant des figures impossibles, en faisant apparaître des queues de billard comme un magicien le ferait avec des cannes Fantasio et en terminant sa prestation par une carte choisie empalée sur une queue de billard !

Mais c’est Gazzo qui a été la star de la soirée avec son style et ses propos outranciers. D’origine anglaise, Gazzo vit maintenant en Floride où il excelle dans l’art de la magie de rue et cela se ressent grandement dans la prestation qu’il nous a offerte !
 » Aucune limite, aucun tabou « , telle est sa devise. Plus décapant, tu meurs ! Il ose tout et ne rate jamais une occasion  » d’allumer  » un spectateur ou de livrer ses opinions personnelles sur les allemands, les français, l’euro ou encore Elvis Presley, surtout si l’un des magiciens présents dans la salle a poussé le mimétisme un peu trop loin. Il ne faut pas oublier qu’on est à Vegas ! La prude Amérique en a vu et entendu de toutes les couleurs pendant plus d’une demi-heure et ça avait l’air de lui plaire d’autant que la magie était présente et plutôt d’un bon niveau !

2 très bons galas de scène avec notamment :

– Scott Cervine (USA) en très grande forme dans son numéro de magicien gaffeur

– Kenji Minemura (Japon) dont le numéro de manipulation primé à la FISM de Lisbonne est un petit chef d’ouvre de mise en scène et d’ingéniosité

– Johnny Lonn (Suède) toujours égal à lui-même dans son numéro comique

– Terry Seabrooke et Martin Lewis (Angleterre) en présentateurs haut de gamme

– Otto Wessely (France) qui travaille au MGM Grand depuis Décembre dans le show  » La Femme  » avec les filles du Crazy Horse. Otto nous a présenté son numéro de cannes et les lames de rasoir, de façon toujours aussi calme et conventionnelle ! (lire ses comptes-rendus)

– Brett Daniels (USA) dont les grandes illusions sont à la fois spectaculaires et bien amenées. C’est la première fois que je voyais en  » live  » l’apparition instantanée de sa partenaire en lévitation devant lui et c’est tout simplement incroyable !

– The Pendragons (USA) qui nous ont gratifié de leurs meilleures illusions (la malle des indes, le panier indien), de moments plus intimistes, comme une routine d’Himber Ring, ainsi que d’une nouvelle illusion baptisée  » Trompe L’oil  » (en français dans le texte) où Charlotte disparaît dans un décor à la verticale dont une partie se plie et se déplie pour former un trompe-l’oil.

Quelques moments forts :

– La prestation scénique de Lee Grabel où il a rendu hommage à un grand magicien disparu à chaque production d’une carte (Lee Grabel a succédé à Thurston et Dante dans la grande lignée des maîtres-magiciens et c’est Lance Burton qu’il a nommé en 1996 pour lui succéder).

Irène Larsen, Jonathan Pendragon, Siegfried et Boris Wild.
Irène Larsen, Jonathan Pendragon, Siegfried et Boris Wild.

– Jonathan Pendragon qui s’est jeté dans les bras de Siegfried en plein milieu de son show pour lui remettre un cadeau et lui dire qu’il a toujours été son idole.

– Le discours de Siegfried & Roy lors de la remise des prix où ils ont fait rire la salle entière en commentant de façon humoristique les propos de l’autre.

– La présentation du successeur de Siegfried & Roy :Derren Romeo, un jeune homme brun d’une vingtaine d’années qui commencera par faire les shows des après-midis au Mirage.

Et, bien entendu, le concours de scène où six numéros d’excellente facture se sont succédés pour notre plus grand plaisir :

– The Hamners (USA) : grandes illusions avec une femme sans corps dans le style du film  » Stargate « , une évasion du magicien qui rattrape sa partenaire in extremis avant qu’elle ne s’empale sur un lit de pointes acérées et un dernier truc complètement dingue : tandis que la partenaire lévite à l’horizontale devant le magicien, deux assistants tendent un grand voile devant eux pendant deux ou trois secondes. Lorsqu’ils le retirent, c’est la fille qui est debout et le magicien qui lévite devant elle !!! Mais ce n’est pas tout ! Les deux assistants tendent à nouveau le voile puis le retirent quelques instants plus tard : la fille est seule sur scène et le magicien est dans la salle !!! Il faut le voir pour le croire.

– John Cassidy (USA) : il gonfle un ballon géant et s’enferme à l’intérieur pour y retrouver une carte choisie qui, finalement, sera piquée sur ses fesses par une fléchette propulsée par un canon. Très drôle mais un peu décousu.

– Roxanne (Allemagne) : toujours aussi parfaite dans son numéro gothique mariant araignées et fleurs dans un univers à la Morticia Addams jusqu’au  » spinning  » final sur fond de toile d’araignée géante. C’est propre, esthétique et original. J’aime !

Boris WILD en compagnie de la gagnante du “ Gold Lion’s Head Award ”, la jeune chinoise Bin Lin.
Boris WILD en compagnie de la gagnante du “ Gold Lion’s Head Award ”, la jeune chinoise Bin Lin.

– Bin Lin (Chine) : une jeune femme en costume traditionnel chinois produit des centaines de cartes avec une technique et une maîtrise rarement égalées. Le clou du numéro est certainement ses boomerangs à deux, trois, quatre puis cinq cartes en même temps ! Le numéro tient plus de la jonglerie que de la magie (cette jeune artiste fait partie de la troupe acrobatique Guangxi Guilin), mais on ne peut qu’applaudir un tel sommet de technique.

– Richard Forget (Canada) : numéro d’apparition de baguettes autour d’une cabine téléphonique avec apparition de sa correspondante à la fin. Bon impact sur le public malgré quelques illogismes dans le scénario et des prises parfois visibles.

– Yuji Yasuda (Japon) : numéro tradition orientale avec production de fleurs, d’éventails et d’ombrelles. C’est enlevé, très coloré et on sent que tout est calculé au millimètre.

 Roxanne recevant le Sarmoti Award des mains de Siegfried & Roy.
Roxanne recevant le Sarmoti Award des mains de Siegfried & Roy.

Pour ce 25èmeanniversaire du  » World Magic Seminar  » et pour la première fois dans l’histoire du congrès, ce sont deux femmes qui remportent les récompensent suprêmes !

Bin Lin reçoit le  » Gold Lion’s Head Award  » tandis que le  » Sarmoti Award  » est décerné à Roxanne. Toutes deux empochent également un joli chèque de 5000 dollars. Enfin, un prix spécial de créativité est remis à  » The Hamners  » pour l’originalité de leur prestation.

Cette édition 2002 a donc été un grand cru avec un nombre de célébrités au mètre carré qui donne le vertige. Le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine, même endroit, même période.

D’ici-là, la ville aura encore changé de physionomie : un nouveau Hilton sera construit, le luxueux complexe de Steve Wynn  » Le Rêve  » sera en pleine ascension et peut-être que d’autres hôtels auront rejoint la poussière du désert. Sinon Vegas ne serait pas Vegas.

    Merci à Bruno SANVOISIN pour la relecture.

Abonne-toi !

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens déjà abonnés.