Localisation : St-Antoine, Québec (Canada)
Age : 30 ans dont 18 dans la magie
Profession : Enseignant
Spécialités : Le close-up.
Influences : Michael AMMAR, Doc EASON, Gary KURTZ, Michael CLOSE, John BANNON, Juan TAMARIZ.

J’ai remarqué vers l’aube du 21ème siècle que les magiciens ont une tendance bien naturelle à sous-estimer les tours qu’ils présentent.

En effet, dû au fait qu’ils connaissent les secrets, ils en arrivent souvent à négliger un élément important: « le point de vue du spectateur ».

Prenons comme exemple, le tour des « As Leader » qui peut être présenté de plusieurs manières.

Effectivement, presque chaque magicien possède sa propre méthode pour l’exécuter. De plus, c’est aussi l’un des premiers trucs que l’on présente lorsqu’on débute dans la magie et en particulier en close-up.

Je concède que les revues magiques sont remplies de différentes méthodes pour l’exécuter.

De plus, il y a très peu de réunions de magiciens, au cours desquelles, ce tour ne soit pas répété deux ou trois fois.

Conséquemment, on peut dire qu’à un moment donné, il y a rien de surprenant à ce que les magiciens professionnels ou apprentis en soient fatigués et « tannés ».

Toutefois, arrêtons-nous un instant et considérons maintenant « le truc des quatre as » avec les yeux d’un spectateur.

Quoi de plus mystérieux que la réunion des as à la finale d’un tour ? Surtout, si celui-ci a été exécuté d’une manière originale et en écartant toute explication possible.

Donc, le problème se situe à quel endroit ?

Tout d’abord, à l’instant même où les quatres as sont retournés vers le public, c’est vraiment le moment crucial du tour ; c’est le moment où les applaudissements doivent retentir, et ce n’est surtout pas le temps de rester figé devant les as, en se demandant s’il faut passer à autre chose.

Pourtant, c’est précisément ce que le magicien fera, à moins qu’il ait confiance en ce tour et je dirais encore plus, qu’il puisse le considérer avec les yeux d’un spectateur.

Conséquemment, connaître le secret d’un tour enlève-t-il nécessairement tout le charme de la magie. Une réponse positive n’est pas seulement véhiculée par les profanes mais aussi par les professionnels.

Toutefois, j’expliquerais cette affirmation dû au fait qu’il est très difficile de se rendre compte par soi-même de l’effet d’un tour lorsque l’on connaît la méthode.

En effet, combien de fois, a-t-on vu un professionnel ou un amateur, qui lisaient l’explication d’un truc dans un livre ou une revue magique, pour ensuite s’empresser de l’écarter parce qu’il croyait que celui-ci n’avait aucun intérêt.

Cependant, un jour il voit ce tour exécuté par un autre magicien; il le voit sous son vrai jour, sous un nouvel angle et il s’imagine que ce n’est pas le même tour !

Que s’est-il passé ? Il a simplement évalué l’effet comme un spectateur.

Ainsi, il ne faut pas oublier que notre opinion personnelle sur l’évaluation d’un tour est très arbitraire. Nous pouvons estimer qu’un truc est très bon et malgré cela, il peut être très mal reçu par le public.

Par contre, un tour que nous n’estimons pas tellement peut nous valoir un tonnerre d’applaudissements.

Enfin, nous devrions considérer tous les tours sous l’angle du spectateur et lorsque nous sommes persuadé que ce tour est bon, qu’il est agréable pour le public, souvenons-nous qu’il nous sera possible de le présenter des centaines de fois.

Présentons-le comme s’il était la dernière nouveauté dans la magie…

Pour terminer, voici une citation de Brother John HAMMAN:

« »

Bref, je rajouterai qu’avant même de faire de la magie, il faut avoir vécu une expérience magique !

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.