Comptes-Rendus

Retour à la page COMPTES-RENDUS

Autour du spectacle Le Magicien de Papier et de la Magie de Paul MAZ

Mercredi 1er Novembre 2006

par Husky

Coordonnées :
Théâtre Clavel
Paris
Prix : 7 euros

   Ce qui est délicieusement appréciable avec l’automne c’est qu’il commence à transporter un léger vent frais, pas encore celui qui au corps donne le frisson du froid, mais celui qui lorsqu’on le hume remonte jusqu’à l’esprit pour lui offrir les sensations rafraîchissantes d’un petit voyage sur la vie, ouvert, aérien, contemplatif, dans des saveurs et subtilités qui parfois deviennent magiques.

   Si dans cet état l’on se trouve à être en train de déambuler dans les rues d’une ville, on peut alors avoir l’envie de s’offrir une bonne toile de ciné, mais si l’on se trouve un mercredi dans un jardin public et qu’au milieu des balayeurs en train de ramasser les monceaux de feuilles mortes réunies par le vent, on remarque un individu en train de recueillir quelques vieux papiers et journaux abandonnés avec une dizaine d’enfants autour de lui, on reste alors à observer ce personnage d’autant plus atypique de par sa bonhomie touchante, ses bretelles et son galurin.

   Et lorsqu’il s’en va du parc, suivi par cet essaim d’enfants et quelques feuilles d’automne virevoltantes, alors soudain on n’a qu’une envie, se mettre à courir, rattraper les trois derniers enfants de la bande, des plus petits au pas moins rapide, et dans une curiosité intense leur demander qui est ce monsieur.
« C’est le Père Quénot, dit l’un.
   - Il est mazicien,  dit l’autre dans un souriant chuintement enfantin.
   - Non, c’est un presque digitateur, rétorque, les yeux brillants, gentiment solennelle et l’index levé, ce qui semble être sa sœur. » 
 
   Alors on ne va pas au cinéma ce jour là, non, on les suit avec curiosité et bonheur et l’on se rend dans un petit théâtre de la vie à la découverte d’un magicien de papier.

 

LE SPECTACLE

   Paul MAZ offre avec ce nouveau spectacle toutes les mêmes merveilleuses qualités intrinsèques qui faisaient déjà la richesse de sa création précédente, le Souffle Magique, et qui donnaient ce joli bonheur simple au spectateur, mais cependant pour nous conduire cette fois sur des terres bien différentes…
   Dès les trois premières minutes on a déjà complètement quitté la rive du quotidien pour embarquer dans l’univers prenant, jovial, souriant et doux qui est l’apanage de Paul MAZ. Un monde qui viendra joliment chapeauter, mais surtout permettre de les magnifier en une valeur mystérieuse réelle, les petits miracles magiques qui émailleront une histoire prenante et touchante.

   Car on rentre dans le Magicien de Papier comme on peut plonger, gamin, dans une belle et bonne histoire, que ce soit un roman de Jules Verne, une petite nouvelle policière ou d’amours de fées, ou encore une bonne bande dessinée, avec un personnage, un décor, des senteurs, des repères historiques… Ici on respire les vieux quartiers parisiens, l’Italie, les chiffonniers d’antan, les sirènes de bateau dans la brume, les touches musicales d’un chouette de bat’ d’instrument, l’essence de beaux textes empruntés à des écrivains réputés et cités, mille choses, et la vie d’un homme, ramasseur de papiers et « Presque digitateur » pour ses amis les enfants.

    Et ainsi d’assurément passionner le tout jeune public auquel ce spectacle est initialement destiné, d’autant plus que Paul MAZ, a pour lui une approche des plus intelligentes, sensible, simple et sincère, il sait le transporter et le captiver, et lui offrir de surcroît une belle interactivité.

   Mais le spectateur adulte est loin d’être en reste, il y trouve en fait un double ravissement. Celui d’être captivé au premier degré tout comme si donc il lisait une bonne vieille histoire du genre de celles qu’il a un peu délaissées depuis l’enfance (et emplie qui plus est de bons effets de prestidigitation), et celui de ressentir et d’observer avec recul la magie, dans tous les sens du terme, qui s’exerce directement sur les enfants, sensations qu’il connaît et qu’il est plaisant d’imaginer en eux durant le spectacle.

    Et le bonheur de se dire que ces enfants ont bien de la chance d’ainsi, peut-être pour la première fois, pouvoir toucher à la magie, dans ces conditions de spectacle de grande qualité et dans le contexte également peut-être d’une première découverte d’un petit théâtre. Un sur mesure et une chaleur réconfortante pour tous, un lieu de rencontre idéal. Comme le dit Arthur Tivoli à ses confrères, qui semblent trouver sa phrase quelque peu obscure dans le second enregistrement de l’atelier de magie pour enfants, on a bien là « Le magicien et les enfants qui se rencontrent à un endroit qu’ils auront décidé ensemble ».
    On va au spectacle, il ne nous est pas amené ou présenté comme à un goûter, arbre de noël ou autre comité d’entreprise, l’enfant s’y rend comme l’adulte peut par exemple aller à la rencontre d’un petit concert de jazz dans un lieu chaleureux et intime.

    Il est donc de par ce fait à parier que ce spectacle leur laissera dans l’esprit des traces plus fortes, conscientes et inconscientes, qu’un autre type de rencontre avec la magie ou même qu’un autre spectacle théâtral en sortie d’école par exemple sur un classique qui leur serait plus hermétique.
   Non, Paul leur crée un sur mesure dans une formidable chaleur de bien-être réconfortante, et pour s’en assurer il suffit de voir les sourires perpétuellement présents des enfants, parents et autres adultes, sourires qui continueront fraîchement de se répandre sur le trottoir à la sortie du théâtre, histoire de redonner aux feuilles mortes l’envie de danser encore dans le léger petit vent frais automnal.

 

EFFETS MAGIQUES & MAGICIENS MAGIQUES

   Quant à la terre des effets magiques présents dans ce spectacle, elle est différente de celle du Souffle Magique, non dans l’esprit, elle reste totalement « Paulmazienne », mais davantage dans la forme, une forme directement liée à l’histoire ici racontée.

   Dans le Souffle Magique le personnage incarné était davantage un Magicien distillant de jolis effets et miracles magiques tandis que dans le Magicien de Papier, le Père Quénot que joue Paul MAZ, de par son statut de « Presque Digitateur » accomplit une magie moins directe en ce sens qu’il n’est pas réellement un magicien faisant des tours, il est tel un Monsieur tout le monde mais qui serait parfois capable de faire des miracles à partir d’un objet qu’il a sous la main. L’objet prédominant qu’utilise Paul dans le spectacle étant le papier, mais pas seulement.
    Et il est formidablement intéressant de voir avec quelle simplicité et quelle qualité il use de certains effets magiques anciens ou du type de ceux qui auraient tendance à être délaissés dans divers fin fonds.

    De par cet aspect et de par la forme générale des effets distillés on pourrait en quelque sorte dire que le Magicien de Papier fait davantage de la prestidigitation que de la magie. Mais une prestidigitation très magique… loin, et pour notre plus grand bonheur, d’une magie moderne parfois speed, « baisante », flashante et sans âme. Recommandation est faite à quelques jeunes, et moins jeunes, férus uniquement de cette magie là d’aller se prendre une bonne claque chez l’oncle Paul histoire de se remettre la case émotion magique en place.

   Qui plus est cette différence de statut, « mazicien » versus « Presque digitateur », offre une espèce de paradoxe très intéressant à (re)méditer sur le statut du personnage magicien.
Lequel des deux est le plus magique ?

    - Celui qui est Magicien tout court de par sa profession revendiquée (image claire et directe), ou encore celui qui incarne parfois le rôle d’un magicien (l’amateur occasionnel), lesquels faisant des miracles principalement avec des accessoires de magiciens.
   - Celui, qui tel le Père Quénot ici, ne se revendique pas magicien ni par profession ni par personnage incarné, mais qui le devient par le simple fait qu’il peut faire de la magie par capacité naturelle ou « pouvoir », mais aussi par vérité humaine naturelle, en usant de certains objets quotidiens.
   Le Père Quénot est « Presque Digitateur » donc il n’est pas un Magicien à part entière puisqu’il l’est presque, et cependant il fait pourtant bel et bien de la magie, la même que ferait le premier type de Magicien, celui à part entière, s’il exerçait une magie impromptue à partir de tout et de rien dans la rue, chez ses amis ou ailleurs.

   Entre ces deux états, ces deux statuts, lequel, si il y en a bien un, aura une force représentative et magique plus forte que l’autre dans l’esprit du spectateur ? Et dans celui de l’enfant ?
   Le père Quénot n’est-il pas plus magique qu’un magicien ? Si oui, comment le premier type de magicien peut-il mettre cela à profit dans sa magie rendue ? Ne sont-ce que les effets qui doivent être magiques, pas l’homme magicien ? Comment rendre magique un magicien ? Par une tenue, un costume ? Etc, etc…

   Je ne pense pas que Paul MAZ ait eu vraiment conscience de cette petite dualité lorsqu’il a concocté ce spectacle bien que d’avoir eu cette belle idée de « Presque digitateur » l’implique forcément à un quelconque degré.
   Mais Paul MAZ, avant d’être le Père Quénot ici, est avant tout un Magicien et je le considère justement comme un Magicien vraiment Magique.
   Copperfield, Merlin, Bloom, Duvivier, Tamariz, Tommy Wonder, et j’en passe, chacun pour des raisons bien différentes parviennent à cet état, tout aussi différent pour chacun d’entre eux, de Magicien Magique. Et à contrario combien de grands noms de la Magie sont de très bons Magiciens mais ne sont pas Magiques !

   Et pour Paul MAZ, quelle est la raison ? Quel est son secret à cela ? Réponse : La Vérité.
 

PAUL MAZ, UN HOMME MAGICIEN VRAI

   En fait chez lui tout semble magiquement très simple et naturel.
   Si ses spectacles et sa magie ont autant de force d’impact, si légère, si souriante et si douce c’est avant tout car ils reflètent une vérité totale double.

   En premier lieu, c’est la vérité d’un homme qui construit sa magie, qu’elle soit destinée aux enfants ou aux adultes, ses spectacles et ses personnages, dans la continuité même de ce qu’il est au quotidien.
   En fait, pour ce qui concerne la scène, il semble y avoir très peu d’artifices de construction élaborée et éloignée de l’homme, certes on reste dans une magie et un personnage de composition mais dans l’âme cela reste un passage naturel de la vie à la scène.
   On pourra dire que cela est le cas pour beaucoup de magiciens qui ne se composent pas un réel personnage différent d’eux-mêmes, mais la différence avec Paul MAZ c’est la vérité humaine extrême, elle crée la différence et une force magique supplémentaire véritable, et c’est cette vérité que ressentent je pense si fortement les spectateurs et avant tout les enfants.

   En second lieu, c’est ce que j’appellerai la vérité magique.
   Comment en juste 10 années de magie derrière lui, Paul MAZ a-t-il ainsi déjà si brillamment réussi ?
   Parce qu’il a tout compris !
   Je pense que La maturité de l’âge pour commencer la discipline lui a permis d’aller directement à l’essentiel : la vérité (bis repetita). Comme il le dit lui-même le cheminement s’est fait naturellement, directement. Après son coup de foudre magique, qui est en fait je pense celui de la sensation magique, celle reçue et à donner, je crois que de suite il savait que c’est là où il irait, le but vers lequel tendre. Et il irait ainsi vers lui-même et vers les autres, cela toujours simplement et naturellement.
   Il n’a pas tripatouillé des cartes pendant des années, il ne s’est pas essayé à toutes les disciplines de la magie pendant des années, non, il a su piocher idéalement dans le large patrimoine magique et apprendre consciencieusement là où il fallait pour formidablement travailler ce qu’il lui fallait afin de redistribuer la sensation magique dans la vérité magique qui lui est personnelle.

   Alors en alliant la vérité magique et la vérité humaine et douce, abracadabra pif paf pouf, on a un Magicien Magique.

   Aucune aide à la mise en scène pour son spectacle ! Aucune direction de jeu ! Car n’oublions pas que Paul MAZ interprète quand même un personnage même si celui-ci reste simple. Mais non pas besoin de tout cela, magiquement la vérité naturelle se charge de tout, elle lui dit comment interpréter efficacement, et tout fonctionne merveilleusement à 95 %, les 5 % restants ne sont que petites imperfections perfectibles avec le temps des représentations. Alors par quelle magie cette qualité, que diantre !? La Vérité, je vous dis, ouaiche, la vé-ri-té… 

   Maintenant peut-être suis-je dans l’erreur, peut-être cette analyse est-elle inexacte ou incomplète… Elle n’est que le reflet de mes propres sensations et le rendu de mon image de ce que je connais de l’homme et du magicien… mais mon image je l’aime bien, hey j’la garde, je la trouve bien magique ! Elle comble ma part de réminiscences de gamin réactivées et donne un souffle magique (sic) à ma part d’adulte face, comme tout le monde, au spectacle de certaines violences de la vie. Et puis de toute façon, je ne crois pas me tromper…

   Pourquoi devoir parler ainsi de l’homme ?
   Pour encourager à la Vérité qui est je pense un autre chemin magique.
   Parce que j’adore ses spectacles, et que dans ses spectacles, il y a avant tout l’homme.
   Tout simplement, parce que je lui trouve beaucoup de mérite, beaucoup de talent, parce qu’il représente pour moi, redisons-le, ce qu’est un Vrai Magicien Magique le père Paul !

   D’être allé voir le Magicien de Papier en ce tout début de mois de novembre m’a bien apporté la même délicieuse sensation onirique que parfois procure l’air légèrement frais d’automne…
   La saison s’achève, mais si vous voulez goûter un bon bol d’air très frais, car bientôt hivernal, de la bonne soupe du Père Quénot et de ses petits amis, vous saurez où et quand trouver la marmite en consultant la partie agenda de VM ou en vous rendant sur www.paulmaz.com.
Husky   Au cas où vous laissiez passer l’hiver et attendiez que les bourgeons de papier de printemps éclosent d’arbres magiques, ou si les feuilles de papier de votre agenda surchargé ne deviennent magiquement vierges que cet été et que vous souhaitiez enfin alors avoir quelques chauds petits frissons magiques, rendez-vous aux mêmes endroits.

   Un conseil, si vous le pouvez, vraiment allez-y avec des enfants, et tant qu’à faire des enfants de 2 à 102 ans…

>>> N'hésitez pas à réagir à cet article sur le forum !

Retour au Début de la Page

Retour sà la page COMPTES-RENDUS