Éditeur : Benoît ROSEMONT
Année : 2016
Pages : 172 dont 32 photos
Préface de Peter DIN
Format : 16 x 24 cm
Prix : 29€ (frais de port : 5€)

« On fait comme si… » de Benoît ROSEMONT est un livre vous expliquant comment réussir son spectacle de magie pour enfants.

Artiste unanimement reconnu pour son numéro de calcul mental prodige et de mnémotechnie, Benoît ROSEMONT présente depuis de nombreuses années plusieurs spectacles « jeune public » très appréciés, non seulement des enfants mais aussi des adultes qui les accompagnent.

On fait comme si... de Benoît ROSEMONT
Couverture de On fait comme si… de Benoît ROSEMONT

C’est l’expérience de sa pratique que Benoît livre ici au travers des réflexions que lui ont inspiré quinze années de travail auprès des enfants.

On fait comme si... de Benoît ROSEMONT
4e de couverture de On fait comme si… de Benoît ROSEMONT

Actuellement Benoît ROSEMONT propose deux spectacles à succès dans lesquels il mêle magie et sculpture de ballons dans des mises en scène théâtralisées.

Les Clés du Succès

Au travers des réflexions et des astuces qui lui sont livrées dans 168 pages très denses le lecteur reçoit les clés qui lui permettront d’écrire et de monter un spectacle « jeune public ».

Pour cela il lui faudra   butiner les 6 copieux chapitres du livre dans lesquels l’auteur l’invite à faire son miel « carnet et crayon en main« .

Chapitre I : Environnement et contexte

Quatre parties : Le personnage – Un lieu – Le matériel – Les effets.

A la recherche de son personnage

Trouver le personnage que l’on va présenter aux enfants, personnage qu’ils auront envie d’aider et que l’on souhaite incarner, telle est la question la plus importante que doit se poser le lecteur.

Benoît ROSEMONT nous aide à nous poser les bonnes questions et nous donne la marche à suivre dans les onze premières pages qu’il faut lire et relire car elles détermineront la suite de toutes nos démarches créatives.

Le lieu de l’action

Quatre pages nous aident à situer l’action de notre spectacle  et donc de trouver des effets cohérents pour créer une histoire.

Benoît ROSEMONT propose, également, de structurer un décor pratique transportable et facile d’installation.

Le matériel

Comment choisir les objets donc les tours, est une question essentielle.

Ici Benoît ROSEMONT nous invite à nous poser les bonnes questions, à éviter des tours inadéquats voire dangereux et  donne des pistes pour gérer le matériel utilisé dans le spectacle aussi bien avant qu’après ce dernier.

Benoît ROSEMONT
Benoît ROSEMONT

Les effets

A chaque âge les intérêts des enfants sont différents, leurs références et leur compréhension varient.

En conséquence, il est important de choisir soigneusement les effets magiques de notre spectacle.

Pour cela Benoît ROSEMONT nous livre son analyse et sa classification personnelle qui définit 15 catégories d’effets qu’il nous soumet dans un sous-chapitre de 8 pages auquel s’ajoutent 3 pages où l’on apprend comment établir un tableau synthétique donnant une vue d’ensemble du spectacle.

Dans les onze dernières pages de ce chapitre, dévolus aux effets, Benoît ROSEMONT donne des exemples concrets :

Le nez de clown

Une routine détaillée utilisant, outre un nez de plastique, un ballon à sculpter.

La « chasse aux pièces » et « la pièce transformée en ballon ».

Ces deux effets terminent sa démonstration.

Sans compter l’intérêt technique de ces effets, l’auteur insiste sur la double lecture du discours qu’il instaure de façon à ce que les enfants comme les parents prennent intérêt aux expériences qui leur sont proposées.

Chapitre II : Une situation – Une histoire – Écrire un scénario

Trois parties : Conditions de l’écriture – Méthodologie – Scénario

Les conditions de l’écriture

Trouver « un fil rouge », choisir un thème, écrire le scénario, rendre le tout cohérent, recenser les problèmes inhérents et comment tenter de les résoudre occupent 6 pages qui amènent à celles concernant la méthodologie à envisager.

Méthodologie

Benoît ROSEMONT nous donne  en deux pages les DIX POINTS qui nous permettront de rendre cohérent le personnage que nous avons choisi d’incarner avec l’histoire et le scénario qui en découlent. Cela permet de choisir les accessoires magiques qui seront à utiliser.

Je crois qu’il serait bon de relire plusieurs fois ces pages lorsque nous sommes en phase de création, les assimiler devrait nous éviter bien des désillusions.

D’autant que lors de l’entraînement et des répétitions qui suivront, se révèleront des problèmes concrets différents de ceux qu’on avait envisagé pendant la phase de conception.

Scénario

Comment trouver l’histoire, concrétiser ses idées au moyen d’un schéma faisant apparaître les problématiques, trouver le départ d’une histoire ou faire sienne une histoire existante, faire évoluer son personnage, lui trouver un « super objectif » ? Dix pages de réflexions  amènent à s’interroger sur les outils de l’écriture et à trouver des pistes de réponses.

D’abord, il  y a le texte qu’il faut écrire in extenso puis le « sous-texte » qui précise  les intentions que nous prêtons à notre personnage, sans oublier l’inventaire des déplacements des gestes et des attitudes nécessaires au personnage que l’on a créé.

On trouvera page 76, et suivantes, un exemple concret qui facilitera grandement notre travail d’écriture.

Chapitre II : La Participation de l’enfant

3 parties : Parler – rôle de l’enfant et la relation à l’enfant –  l’enfant sur scène.

Parler

Choix des mots, du vocabulaire de façon à être compris,  apprendre à parler soi-même, faire passer des messages instructifs ou de société. Quatre pages mettent l’accent sur cette part importante du travail avec le jeune public.

Le rôle de l’enfant et la relation à l’enfant

Le rôle de la salle, la participation des enfants, le choix d’une formule magique personnelle, le rire et les applaudissements, les tours qui font hurler. Tous ces aléas cruciaux sont analysés en 10 pages.

Ils sont couronnés par la solution adoptée par l’auteur qui est l’exemple réussi de l’adaptation d’un tour pour adulte le « Homing Card » mis à la mode par le regretté Fred Kaps.

Et quand ça se gâte ? Quand et comment réagir à toutes sortes de perturbations et à leurs auteurs ?

Au travers d’une douzaine d’exemples vécus, Benoît ROSEMONT vous indique sa façon de traiter les problèmes causés par les comportements  non désirés de certains enfants voir même de quelques adultes.

Les deux dernières pages du chapitre nous  feront prendre conscience de l’importance de gérer « l’effet de groupe », une notion ignorée par beaucoup.

L’enfant sur scène

Benoit ROSEMONT
Benoit ROSEMONT

Demander à un ou plusieurs enfants de venir sur scène présente des avantages et des inconvénients.

Comment les choisir, combien en accepter et savoir régir leurs réticences.

Autant de problèmes pour lesquels Benoît ROSEMONT nous communique son expérience : il indique en 6 pages comment il se comporte avec l’enfant, l’accueille à ses côtés, en prend congé, etc…
A titre d’exemples, il ajoute sa routine de corde et surtout le dialogue avec lequel il implique son jeune assistant.

Chapitre IV : Que le spectacle commence !

Benoit ROSEMONT
Benoit ROSEMONT

Quatre parties : Avant le spectacle – Entrée – Le Final – Après le spectacle.

Avant le spectacle

Ce sous chapitre de trois pages relève des points importants :

  • La check list avant le départ pour la salle de spectacle,
  • la gestion de l’arrivée dans la salle,
  • l’éclairage de celle-ci,
  • la lumière,
  • la musique précédant le spectacle et
  • en général  tout ce qui contribue à établir une ambiance propice à la présentation d’un bon spectacle, y compris la présentation de notre personnage est évoqué.

Entrée

Le moment le plus important du spectacle ?

Comment entrer en scène et de quelle façon? Benoît ROSEMONT vous invite à y réfléchir sur 3 pages.

Erreurs accidents et séquencement

En six pages, Benoît ROSEMONT nous indique comment il tire parti de certaines erreurs. A titre d’exemple il nous gratifie d’une de ses routines.

Il utilise des baguettes magiques de tailles très différentes et en fait un modèle de comédie d’erreurs.

Puis il nous livre un autre volet de réflexion qu’il consacre au « séquencement », c’est à dire à l’organisation de l’enchaînement des effets.

Et comme rien n’est plus clair qu’un exemple il nous livre le plan séquencé du spectacle « Le secret de la lanterne magique » adorné d’un exemple dialogué celui là.

Des Arts annexes et de la sculpture de ballons en particulier puis du final

Le chapitre se termine, d’une part, avec les conseils experts de Benoît ROSEMONT concernant les sculptures de ballons qu’il utilise dans ses spectacles de magie. la lecture de ses six pages sera très utile à qui veut se lancer sans s’essouffler dans cette arienne et souvent rémunératrice activité.

Le final pour être efficace, mérite de bénéficier de quelques règles. Benoît passe en revue les points qui lui semblent importants et les erreurs à ne pas commettre.

A quoi il faut ajouter un « after show » (si vous avez un spectacle barbant ce sera un after shave !).

Il faut savoir prendre congé de son petit public, assurer sa publicité et surtout laisser un merveilleux souvenir à tout le monde.

Chapitre V : Réflexions sur quelques effets magiques

Le ballon transpercé – Une boîte à tiroir justifiée -Une palette de peintre magique.

Le ballon transpercé

La routine personnelle de Benoît et ses sources.

Une boîte à tiroir justifiée

Une boîte d’allumettes en apparence ordinaire.

La palette de peintre magique

Une belle idée à découvrir !

Chapitre VI : L’acte commercial

Conseils pour vendre mieux

Où, quand, comment et à qui proposer son spectacle. Une page et demie de conseils qui valent leur pesant d’euros !

Et comme on est jamais si bien servi que par soi-même  suivent un modèle de description autobiographique et la présentation des deux spectacles jeune public de Benoît ROSEMONT.

Après quelques lignes de conclusion non négligeables, lisez attentivement la bibliographie commentée et la classification des effets magiques que l’auteur s’est bâti. Il en a sélectionné pas moins de 40, un tableau synoptique final vous aidera à choisir les vôtres.

Conclusion

Les moins

  • Le titre, clin d’œil au parler enfantin, ne met pas en avant l’intérêt du livre,
  • A mes yeux « la quatrième de couverture » est la seule page difficile à lire parce qu’imprimée sur une jolie photographie en couleur : dommage car sa lecture renseigne vraiment sur la valeur du texte,
  • On peut le regretter, mais ce n’est pas le propos, il ne faut pas chercher de nombreux tours dans cet ouvrage qui se veut d’abord être un manuel destiné à aider le lecteur sérieux à « monter » un numéro valable destiné au jeune public.

Les plus

  • Un livre qui témoigne d’une réelle réflexion par un homme de métier doublé d’un artiste,
  • Il n’y a aucune trace d’ autosatisfaction, c’est le témoignage d’une expérience et d’une reconnaissance envers des concurrents qui sont ses amis,
  • Pour à peine le prix d’un DVD, ce livre permettra d’éviter bien des faux pas et des dépenses inutiles à qui veut créer un spectacle de magie pour enfants.

Benoît ROSEMONT m’a remis son livre lors d’un intervention commune à Marseille.
Je lui ai demandé après en avoir dévoré les premières pages s’il avait eu une formation psycho-pédagogique.
Il n’en était rien, juste des années d’expériences auxquelles je crois pouvoir ajouter sans me tromper un véritable amour et un grand respect des enfants.

Commandez cet ouvrage !

Tarif : France 29 € & international 36€
(frais de port de 5€)


Envoi




> Lire d’autres avis sur On fait comme si… de Benoît ROSEMONT sur le forum !
Dark Connection
Dark Connection
Dark Connection
Dark Connection