5 février 2002

La chasse aux comps (comp’ = freeticket )

Venesia HallIci à Las Vegas, tout, mais vraiment tout, doit rapporter quelque chose, faire du profit.

Voici le nouveau credo végasien. Au nom du comptable, de la « corporation » et du Saint Actionnaire Amen.

Les temps ou l’on plumait les ploucs dans les salles des jeux, mais qu’on les chouchoutait ailleurs, sont révolus.

Même le stand des pommes frites et l’automate de capotes doit faire du bénéfice !

Vu sous cet angle, il n’y a point des invitations pour les spectacles.

Officiellement il n’y a donc pas des showtickets gratuits.

Un nouveau sport s’est crée : la chasse aux invitations.

Vu la délicatesse des Américains, leur approche est simple et efficace.

Je rencontre quelqu’un, il ne se passe pas une minute et on me demande une ou plutôt plusieurs invitations pour le spectacle.

Pas très poliment, mais pas mal élevé non plus.

C’est plutôt comme on dit chez nous « bonjour ». Ici c’est : « can you have me some comps for your show ? »

Heureusement nous avons une brave secrétaire, la Sainte Maryse, qui se débrouille pas mal pour les invit’s, mais si je ne faisais pas un filtrage avant, j’aurais tous les jours 50 personnes sur la liste.

Les gens ne demandent pas seulement pour eux, mais parfois aussi pour leur Kinésithérapeute, leurs amis qui sont en ville ou pour leur chien.

Le record de vitesse est détenu par un mec du club de magie : 5 secondes.

Même avant de décliner son nom.

Le record de la frustration est en ce moment tenu par un magicien qui travaille dans un autre spectacle : 35 interminables secondes.

Sur ma question comme il a pu tenir si longtemps, il m’a répondu qu’il attendais d’abord ma proposition à ce sujet. Soit !

J’ai inventé toute une panoplie pour décourager les plus gonflés, cela commence par répondre au téléphone avec « free-ticket-service » sans savoir qui est au bout du fil, en passant par sortir un chronomètre pour mesurer le temps passé avant la question fatidique, jusqu’à la distribution des numéros d’une liste d’attente comme à la Secu.

Ça – au moins – a l’avantage de faire rire et je peux profiter de ce moment d’inattention pour prendre la fuite.

Moi aussi, j’ai commencé de pratiquer ce sport.

Néanmoins je me suis fixé deux règles :

Abonne-toi à la newsletter

Chaque semaine, je partage tous les bons plans et actualités sur l'univers de la magie et du mentalisme.
Rejoins les 16 761 magiciens recevant tout cela et bien plus encore.