Pourquoi ce parallèle entre « Mission impossible » et la Magie ?

Au départ le lien ne parait pas évident…et pourtant…un épisode de « Mission Impossible » est construit comme un tour de magie qui se résume ainsi :

C’était impossible. Pourtant ils l’ont fait….

Impossible : le mot clé des Magiciens. Tout est résumé.

  1. L’impossible en Magie
  2. La Magie de « Mission : impossible »
  3. BRUCE GELLER
  4. William READ (Bill) WOODFIELD 8
  5. TONY GIORGIO 13
  6. Lalo SCHIFRIN 17Les personnages « Magiciens » 18
  7. Rollin Hand (Martin Landau) 18
  8. The Great Paris (Léonard Nimoy) 19
  9. Les épisodes « Magiques » 20
  10. A Lire aussi 27
  11. Vingt ans Après 27
  12. Films 27
  13. Liste des épisodes de «Mission Impossible » 29
  14. Conclusion 31
  15. Sources & Bibliographie & Liens 32

Mission Impossible et Magie  (48)Mission impossible

Au service du gouvernement américain, les membres de l’IMF (Impossible Mission Force) sont assignés aux missions les plus délicates. Parmi eux, Jim Phelps et sa bande d’espions de haut vol relèvent les défis les plus impensables.

Mission : impossible est une série télévisée américaine en 171 épisodes de 50 minutes, créée par Bruce Geller et diffusée en France à partir du 10 octobre 1967.
Cette série, immortalisée par la musique de Lalo Schifrin et son entrée en matière, via un magnétophone, « Bonjour, Monsieur Phelps. Votre mission, si toutefois vous l’acceptez… », met en scène une équipe d’agents secrets américains, membres de l’IMF (Impossible Mission Force) à qui l’on réserve les missions les plus délicates.
Chacun de ces espions est expert dans un domaine : maquillage, déguisements, mise au point de matériel très sophistiqué,…

Mission Impossible et MagieDans la plupart des épisodes, l’équipe intervient dans des pays, tous fictifs, d’Amérique latine ou d’Europe de l’Est.

Leurs missions sont très diverses et très dangereuses : coups d’État, déstabilisation, désinformation, manipulations, complots, substitutions, infiltrations, contre-révolutions, etc. Dans le contexte de la guerre froide, ils sauvegardent les intérêts des États-Unis et de leurs alliés.

Leurs opérations ne sont pas légales, et c’est à cet effet qu’ils sont rituellement prévenus : « Si vous ou l’un de vos agents était capturé ou tué, le Département d’État nierait avoir eu connaissance de vos agissements. Bonne chance, Jim. »

Leurs moyens sont incroyablement sophistiqués : sosies, acteurs, poupées de cire, fausse monnaie, mises en scène, électronique miniaturisée, imitation, déguisements, chirurgie esthétique,… Souvent infiltrés au cœur même de ces régimes dictatoriaux, le spectateur craint perpétuellement qu’ils ne soient démasqués.

Même si la série a comme « personnage » principal une équipe, il y a quand même une vedette : Peter Graves, archétype de l’Américain rassurant aux nerfs d’acier et aux cheveux de neige, incarnant le chef de l’équipe, Jim Phelps.

On ne le voit en général rien faire de spécial, c’est le seul à ne pas avoir de spécialité précise. Il semble recevoir directement les ordres d’un lointain service supérieur dont on ne sait à peu près rien, et ne discute jamais les solutions techniques envisagées par ses acolytes, si démentes soient-elles. Pour lui, tout est normal : il a confiance en eux, car ce sont les meilleurs,…

L’impossible en Magie

Impossible

L’impossible est un événement qui défit les lois de la nature et qu’on ne peut expliquer. Un effet est un miracle lorsque la science ne peut pas permettre de l’obtenir, par exemple la disparition ou l’apparition, la téléportation, la lévitation etc…

Définition :
Qui ne peut exister, qui est hautement improbable
Qui n’est pas réalisable, qu’il est difficile de faire, de résoudre

Rendre logique l’impossible, c’est la mission du magicien. (Cf Le Magicien N°134 -1994)- Jean-Jacques SANVERT)

Les magiciens tentent de rendre leurs actions impossibles par leur habileté et leur présentation. Le tour est vraiment réussi lorsque il a vraiment paru impossible au spectateur… parce qu’il n’aura trouvé aucune explication. C’est d’ailleurs lorsque le spectateur ne trouve aucune explication qu’il déforme et exagère un peu l’effet en le racontant à leurs amis, n’ayant trouvé aucune autre « porte de sortie ».

Lors de la présentation d’un tour, la grande satisfaction pour le magicien est d’entendre « Mais, c’est impossible». C’est que l’esprit du spectateur est perturbé, il n’y a plus de « truc », le truc n’est plus concevable.

Rendre un effet impossible n’est pas facile. Pour y parvenir, il faut d’abord se mettre d’accord sur le fait que c’est impossible à faire…puis le faire.

Qui peut réellement être étonné par ce que le magicien réalise en général : « c’est de la dextérité », « c’est du travail », « il y a un truc », etc… Il faut donc réussir à éliminer toute explication possible pour que cela soit impossible.

Logique

Un effet est aussi magique lorsqu’il a une signification. Il ne suffit pas qu’il soit seulement impossible, il faut qu’il y ait un déroulement cohérent, une logique.
Un effet doit avoir quelque chose de logique dans son impossibilité, mais le magicien doit changer de logique pour préserver l’effet de surprise…

La Magie de « Mission : impossible »

Seul un Magicien peut réaliser des effets impossibles.
Dans « Mission Impossible » les agents réussissent l’impossible….
donc, les agents de Mission impossible sont des Magiciens !
ça…c’est un peu facile !

Nous avons de nombreux exemples de liens de parenté entre le Cinéma et de la Magie, deux arts unis par une nature commune. De Georges Méliès à Orson Welles en passant par Woody Allen, les exemples sont nombreux et ont fait l’objet de multiples études et analyses. Nous n’y reviendrons pas. (se reporter au travail de Maurice Saltano)

De la même façon, « Mission impossible » est riche de nombreux exemples ou la présence de la magie dans certains épisodes n’est pas liée au hasard. Vous le verrez à la lecture de ce document.
BRUCE GELLER
1930–1978

Bruce GELLER est le créateur de la série.

C’est en s’inspirant de deux films de Jules Dassin – Du Rififi chez les hommes (1954) et Topkapi (1964) -que Bruce Geller a donné naissance à son projet. Les 2 films mettaient en scène une équipe de cambrioleurs de haute volée. Les personnages devinrent chez Geller des agents secrets très brillants du gouvernement.

Dès le « Pilot » de la série (le seul épisode qu’il écrira et réalisera), le style visuel de Geller est en place : très peu d’échanges entres les acteurs, action centrée sur le suspens et le déroulement logique de la mission. C’est Geller qui crée également l’univers des gadgets, faux décors, utilisation des masques, autant de gimmicks et d’accessoires dignes d’un magicien !
Geller a compris que l’un des plaisirs de la série réside dans l’effet de surprise, à la fois pour le spectateur qui suit le déroulement de la machination, mais surtout pour le badguy qui fait l’objet d’un grand climax final dans lequel il comprend qu’il a été joué, arnaqué.
Note : Après avoir pris connaissance de la mission, le chef d’équipe devait sélectionner les agents de la mission dans le dossier noir de l’ « IMF ». Les photos rejetées étaient généralement des photos des membres de l’équipe technique ou des producteurs associés, mais aussi de Geller (photo) et de sa femme Jinny qui, bien sûr, ne furent jamais selectionnés !
Les casinos et leurs parties de cartes sont l’objet de plusieurs épisodes mémorables de la série. Pour les manipulations de cartes, Bruce Geller fit appel à Tony GIORGIO, magicien, qui sera le consultant technique de la série, et qui en tant qu’acteur apparaît dans plusieurs épisodes (voir plus loin).

Après « Mission : Impossible », Geller écrira pour d’autres séries pour la télévision comme « Mannix », mais il ne réalisera qu’un seul film pour le cinéma « Harry in your Pocket » en 1973, une comédie dramatique avec James Coburn sur fond de pickpocket. Geller fit appel à Tony Giorgio comme consultant pour les effets de pickpocket. Giorgio y joue également un tout petit rôle de flic…
Il disparaîtra prématurément dans un accident d’avion en 1978.

Note 1 : Gary Kurtz fait référence au film dans son tour intitulé « Gary in your Pocket ». Un « re-set » où 4 cartes se transposent dans les poches avec 4 autres cartes…
(DVD Creating Magic – Gary Kurtz)

Note 2 : Il n’y a pas de rapport entre Bruce Geller et Uri Geller, même si on peut considérer qu’ils sont tous les deux magiciens, chacun à leur façon…

William READ (Bill) WOODFIELD
1928 – 2001

Devant le succès du « Pilote » de Mission Impossible la production commanda pas moins de 28 nouveaux épisodes. Bruce Geller du alors faire appel à 2 nouveaux scénaristes : William Read Woodfield & Allan Balter

Woodfield avait été longtemps photographe avant de se tourner vers l’écriture. Il était également connu pour ses talents de prestidigitateur.

Un scénariste magicien pour Mission Impossible ?
On comprend mieux…

a) Woodfield scénariste

William Read Woodfield a fait de la grande arnaque le moteur des agissements des agents de « Mission : Impossible ». En plus d’utiliser leur savoir faire et leurs gimmicks, les agents vont dorénavant manipuler leur ennemi pour l’amener à faire exactement ce qu’ils veulent…

Chaque épisode est un tour de magie !

Sous l’influence de Geller, la série acquit sa forme achevée avec le talent d’écriture et le travail acharné de Woodfield & Balter. Ce talent d’écriture a été inspiré par une étude universitaire (The Big con – David Maurer – 1940) de ce qu’on appelle les « confidence men », malfrats non violents qui montaient des escroqueries spectaculaires. L’illustration la plus connue de ce principe d’écriture est le film de Georges Roy Hill, l’Arnaque (1973), dont la parenté avec « Mission Impossible «  est d’une évidence frappante.

Pour « Mission Impossible » Woodfield & Balter vont signer plus d’une vingtaine d’épisodes étalés sur les saisons 1,2 et 3.
Le rythme de chaque scénario est réglé comme une horloge. Tout est prévu, préparé, répété. Le boulot des agents de l’IMF est un travail de marionnettiste, de magicien, d’horloger. Plutôt que trois coups de feu pour éliminer l’adversaire, Mission Impossible pratique le bluff, le poker, l’arnaque, la machination, l’astuce. Rien d’étonnant à ce que bon nombre d’épisodes se déroulent dans des casinos ou autour de tables de jeu.
Dans « Mission : impossible » tout le monde est intelligent : les héros, les victimes mais aussi le spectateur lui-même. Peu importe que l’on comprenne ou pas ce qui se passe finalement, l’essentiel est que le spectateur n’ait pas le temps de respirer. C’est ça aussi la force de Woodfield, faire appel à l’intelligence du spectateur…(L’un des plus beaux scénario du genre est « Opération intelligence » (saison 3-13) dans lequel l’équipe parvient à mystifier le bad guy non pas malgré son intelligence mais grâce à elle.)
Autre notion à rapprocher d’un tour de magie : la suggestion !

Le moment venu, on ne vous montre presque rien, une ombre, un chuchotement, un silence, un visuel….on vous laisse imaginer le reste !
Mission impossible est un puzzle : tous les ingrédients sont visibles mais, vues dans le désordre, elles n’ont aucun sens. Tout est confirmé par des allusions, hochements de tête et regards.

Comme en magie, le spectateur a bien conscience qu’on le fait marcher, mais il fonce tête baissée. A la fin il est à la fois content et désemparé (« j’ai pas tout bien compris »).
Cette confusion des sentiments (peut être ce qu’on appelle l’émotion magique) est un mélange de stupéfaction et d’admiration.

William Read WOODFIELD a donc écrit des petits chefs-d’oeuvre de malice, d’équilibre et de logique…une entreprise de séduction…!

Après « Mission Impossible » Woodfield écrira pour d’autres séries comme « Shaft » « San Francisco » « L’homme de fer » mais aussi dans « Columbo » et en particulier dans « Columbo Goes to Guillotine » (Il y a toujours un truc – 1989).

b) Woodfield Magicien

Magicien dans sa jeunesse, Woodfield (surnommé Bill) avait fondé en 1946 le magazine Magicana avec la collaboration de Walter Gibson, William Larsen et Charlie Miller. Il avait 18 Ans.

En 1948, son bulletin était devenu une chronique régulière dans le magazine Genii et il continuera à écrire dans ces colonnes jusqu’en 1949.

Charlie MILLER repris la publication d’une nouvelle série d’articles pour Genii magazine à partir de 1964…jusqu’en 1978.
A partir de 1989, c’est James Patton qui prend les fonctions de la section Magicana dans Genii jusqu’en 1992, puis ce fut le tour de Tony Giorgio (voir plus loin) en 1994.

Enfin, Richard Kaufmann est devenu éditeur/rédacteur en chef en 1998, puis David Acer a repris l’écriture Magicana à partir de 2005.
Larry Jennings dans la librairie du Magic Castle (années 60)
Photo de Bill Woodfield.
Liste des Bulletins MAGICANA édités par
William Read Woodfield dans Genii (1948-1949)

1, Jan. 1948 Match This by Joe Tershay
2, Feb. 1948 Vaporus Aces – Stanley Collins, Dariel Fitzkee, Bill Woodfield
3, Mar. 1948 Think
4, Apr. 1948 Frank Shields’ Ambitious Card Routine
4, Apr. 1948 Your Card? by Steve Shepard
5, May 1948 Table Magic as a Business by Jay Bedsworth
6, June 1948 The Secrets of Henry Sing; Table Magic as a Business by Jay Bedsworth Part 2
7, July 1948 Table Magic as a Business by Jay Bedsworth Part 3
7, July 1948 The Card Between by Bill Woodfield
8, Aug. 1948 Double Turn by Gerald Kosky
8, Aug. 1948 Two For One
8, Aug. 1948 Malini’s Deck Vanish
9, Sep. 1948 Bill Woodfield’s No Hole « The Most Widely Discussed Trick of 1948 »
10, Oct. 1948 Henry Sings’ Blindfold Poker Deal
11, Nov. 1948 Lyle Carlyle Laughlin
Discusses the Mexican Turnover
11, Nov, 1948 Twin Location by Lyle Laughlin
11, Nov, 1948 Stab Location by Bill Woodfield
11, Nov, 1948 Larsen’s Aces
12, Dec. 1948 The Flippant Five by Bill O’Leary
12, Dec, 1948 Cold Decking
12, Dec, 1948 Think Jr, by Bill Woodfield
12, Dec, 1948 Lazy?
13, Jan. 1949 Black Jacked
13, Jan, 1949 A Card Is Being Tom
13, Jan, 1949 Cut Bridge
13, Jan, 1949 Shuffle Bridge
13, Jan, 1949 The Rubber Cut
13, Jan, 1949 Hole Card Switch
14, Feb. 1949 They’ll All Say… You’re a Genius!
Emile Clifton’s Experiment With the « 15 Puzzle »
15, Mar. 1949 The Perfect Card in the Envelope
16, Apr. 1949 Match Interlude

c) Woodfield photographe

Avant d’être scénariste pour la télévision, Woodfield a commencé à se faire connaître comme photographe et s’est vite fait remarqué par ses premières photos de célébrités.

 Sa première photo professionnelle était une photo d’Elizabeth Taylor avec son nouveau bébé parue dans le magazine Life.
Le numéro du magazine Playboy qui contenait ses photos de Jayne Mansfield a été vendu à plus de 1 million d’exemplaires 

Mais son œuvre la plus mémorable fut sans doute ses photos de Marilyn Monroe, sur le plateau de son film inachevé « Something’s Got to Give – 1962 » : Woodfield a réussi à capturer Monroe alors qu’elle faisait tomber son peignoir au bord d’une piscine. (si c’est pas de la magie ça !). Les photos ont faits les gros titres à travers le pays et dans le monde entier et sont parus sur les couvertures de tous les magazines de premier plan.

Il photographia Natalie Wood en 1959, et pour Franck Sinatra il participa à la conception de certains albums.

Il fut aussi photographe pour quelques films, dont « Spartacus », «les Vikings » et « Jugement à Nuremberg »

Il a quitté la photographie dans le milieu des années 60 pour poursuivre sa carrière d’écrivain/scénariste que l’on connaît…

TONY GIORGIO
1923 – 2012

Comédien italo-américain, Tony Giorgio est apparu dans plus d’une centaine de films et séries des années 60 à 70 (cf Filmographie plus loin). Il est aussi réputé pour être un maître magicien de la manipulation des cartes, talent qui sera utilisé de nombreuses fois pour la télévision et le cinéma.

Tony a commencé à faire des tours de magie à l’âge de sept ans, et débute sa carrière très tôt dans le show business en tant que professionnel  » amateur « .
À 12 ans, il s’enfuit de la maison pour rejoindre un cirque dans lequel il teste ses talents de magicien, et au fil des ans, il devient un véritable pro, montrant sa dextérité à travers le pays, alternant les conventions, les clubs, les casinos de Las Vegas et les studios d’Hollywood.
Sa première apparition au cinéma fut d’ailleurs celle d’un « dealer » de cartes dans « Big Hand for the little lady » en 1966.

En 1963, il fut l’un des premiers artistes au Magic Castle.
Larry Jennings, Dai Vernon, Charlie Miller, Ron Wilson et Tony Giorgio y jouent régulièrement au poker, mais avec une petite variante : la triche était permise. Cependant, si l’on était pris, on devait laisser son argent sur table et partir sans demander son reste. A l’une des manches, Larry attrape la main de Giorgio pour révéler une carte empalmée !

A partir de 1966 il est appelé par Bruce Geller pour être magicien consultant de « Mission : Impossible », série dans laquelle il sera également parfois acteur.
Il participe en effet aux épisodes suivants : (voir descriptif plus loin)
L’Émeraude (The Emerald) – Saison 2 – N°18
Le Système (The System) – Saison 3 – N° 15
Le Faucon (The Falcon) – Saison 4 – N°13, 14 et 15
La Liaison (Lover’s Knot) – Saison 4 – N° 21
Mon frère, mon ennemi (My Friend, My Enemy) – Saison 5 – N°6
Coup de poker (The Merchant) –  Saison 5 – N°23
Geller fit également appel à Tony Giorgio comme consultant technique dans le film « Harry in your Pocket » en 1973, une comédie dramatique avec James Coburn sur fond de pickpocket et Lalo Schiffrin pour la musique. Tony Giorgio y joue d’ailleurs un tout petit rôle de flic…
Au cinéma, Tony Giorgio s’est fait remarqué en jouant Bruno Tattaglia dans le Parrain, en 1972 dans une scène mémorable :

Outre son rôle dans Le Parrain, ses apparitions cinématographiques les plus emblématiques sont Frank Palancio dans Magnum Force et Don Scagnelli dans American Me .

Tony Giorgio est également réputé pour être un expert de la manipulation de cartes, en particulier le « Gambling » et le « Handmucking » qui touche aux techniques de triches pour les joueurs de poker …ou les magiciens.
Il existe un set de 2 DVD : “The ultimate Work of Tony Giorgio”

Giorgio a également publié une brochure intitulée « Tossing Broads » qui est une copie de ses notes de conférence intitulées à l’origine  » Reminiscences and Magic ». (La première partie de la brochure est consacrée aux souvenirs de Giorgio au Magic Castle (Charlie Miller – Dai Vernon))

Comme William Read Woodfield et Charlie Miller avant lui, puis plus tard Richard Kaufmann , Tony Giorgio a contribué à l’écriture magique de 1991 à 1997 pour Magicana dans le magazine Genii : The Giorgio Letters.

A voir aussi sur le web une vidéo magique très rare et très personnelle de Tony Giorgio : http://www.youtube.com/watch?v=1xIrqM_xTu0
Jerry Andrus, Tony Giorgio, Michael Skinner, Allen Okawa, Larry Jennings, Jim Patton, Roger Klause
http://www.larryjennings.com
Filmographie de Tony Giorgio
2004 The practice: Bobby Donnell & associés (TV Series) – New Hoods on the Block (2004) … Client #1
1998 My Brother Jack Rocco
1992 Sans rémission Don Antonio Scagnelli
1986 Brothers (TV Series) – The Seduction of Lou (1986) … Mr. Santini (as Anthony Giorgio)
1985 Clair de lune (TV Series) – Money Talks… Maddie Walks (1985) … Tony
1985 Night Train to Terror Satan (as Lu Sifer)
1984-1985 Rick Hunter (TV Series) – The Last Kill (1985) … Uncle Dom
– Legacy (1984) … John Vincent
1984 Allô Nelly bobo (TV Series) – Who Dunnit? (1984)
1984 L’agence tous risques (TV Series) – Bullets and Bikinis (1984) … Mr. Carlin – Mobster
1984 Falcon Crest (TV Series) – The Gathering Storm (1984) … Croupier
1984 The Lonely Guy Writer at Party
1983 L’arnaque 2 Rossovich (Macalinski’s Man)
1982 Simon et Simon (TV Series) – Thin Air (1982) … Sam Boyle
1982 Ziggy’s Gift (TV Short) Butcher (voice)
1981 Pour l’amour du risque (TV Series) – Murder Up Their Sleeve (1981) … Cheshire
1981 B.J. and the Bear (TV Series) – A Bear in the Hand (1981) … Tony the Magician
1981 Elvis and the Beauty Queen (TV Movie) Mob Figure
1980 L’île fantastique (TV Series) – The Swinger/Terrors of the Mind (1980) … Croupier
1978 Columbo (TV Series) – « Columbo – Des sourires et des armes » (1978) (1978) … Harry
1977-1978 Drôles de dames (TV Series) – Diamond in the Rough (1978) … Carl
– The Big Tap-Out (1977) … Blackjack Dealer
1977 Le Parrain (TV Mini-Series) Bruno Tattaglia (uncredited)
1976 Super Jaimie (TV Series) – Assault on the Princess (1976) … Creighton
1975 Switch (TV Series) – The Man Who Couldn’t Lose (1975) … Bruno
1975 Kojak (TV Series) – Sweeter Than Life (1975) … Bill Wilson
1975 L’homme qui valait 3 milliards (TV Series) – The Return of the Bionic Woman (1975) … Abe Collins
1975 Capone Antonio Lombardo
1975 La montagne ensorcelée Hunter No 2
1975 Emergency! (TV Series) – Prestidigitation (1975) … Lorenzo
1970-1975 Adam-12 (TV Series) – Grand Theft Auto (1975) … Mike Funicello
– Point of View (1974) … 1st Bandit
– Log 134: Child Stealer (1970) … 1st Hijacker
1974 Docteur Marcus Welby (TV Series)- Designs (1974) … Vito
1974 Bobby Parker and Company (TV Movie) Burglary suspect
1974 Sur la piste du crime (TV Series) – The Vendetta (1974) … M. Giorgio
1974 Foxy Brown Eddie
1974 Police Story (TV Series)- The Gamble (1974) … Cashier
1973 Magnum Force Palancio
1973 Key West (TV Movie) Joseph Canto
1973 Harry in Your Pocket 1st Detective
1973 Jigsaw (TV Series) – Kiss the Dream Goodbye (1973) … Man
1973 Incident on a Dark Street (TV Movie) Vincent Romeo
1972 Black Gunn Ben

1972 Le Parrain Bruno Tattaglia

1969-1971 Mission impossible (TV Series) – The Merchant (1971) … Croupier
– My Friend, My Enemy (1970) … Meerghan
– Lover’s Knot (1970) … First Man
– The Falcon: Part 3 (1970) … Foyer Guard
– The Falcon: Part 2 (1970) … Foyer Guard

1971 Mannix (TV Series) – Overkill (1971) … Sanford
1971 Doris comédie (TV Series) – The Forward Pass (1971) … Maitre D’
1970 Jeannie de mes rêves (TV Series) – One Jeannie Beats Four of a Kind (1970) … Torpedo
1969 La kermesse de l’Ouest Card Player (uncredited)
1969 Changes Joe, Arcade Owner (uncredited)
1968 Matt Helm règle son comte Agent (uncredited)
1968 Les bannis (TV Series) – Take Your Lover in the Ring (1968) … Dealer
1968 The Monkees (TV Series) – Mijacogeo (1968) … Otto
1967 Match contre la vie (TV Series) – Who’s Che Guevara? (1967) … Castro
1966 Les espions (TV Series) – A Gift from Alexander (1966) … Italian Heavy
1966 Gros coup à Dodge City Steamboat (uncredited)

Lalo SCHIFRIN
(1932)

Lalo Schifrin fut contacté par Bruce Geller durant l’année 1966 afin de concevoir différents thèmes musicaux pour la série, plus spécialement pour l’épisode pilote.
Une autre Magie, celle de la musique du générique !
A l’origine le thème du générique était destiné à clore les épisodes, une fois la mission terminée. Geller souhaita finalement en faire le générique, ce dernier étant entièrement remonté pour s’accorder à la musique.
Devenu la véritable et mémorable marque sonore de la série, le thème de Mission impossible signe un générique parfait. Il dit tout en trente secondes, et donne à voir tous les moments d’action sans les éventer. Il ne faut pas en rater la plus petite seconde…
Dumm, dumm, da, da , dumm…
La musique était si prenante et si importante pour l’esprit de la série qu’elle était présente lors des tournages. Parfois, elle accompagnait les acteurs dans leur jeu, à la fin des épisodes, une fois la mission accomplie, les acteurs fredonnaient la musique et marchaient au même rythme. La musique, élément capital, était le sixième membre de l’équipe…
Schifrin signera aussi pour Bruce Geller la musique de « Mannix » (1967), de « Bronk » (1975) et celle de « Harry in your Pocket – 1973 »
En 1988, Il reprendra du service pour la reprise de « Mission Impossible ». Il modernise le thème du générique et supervise la musique de plusieurs épisodes.

Les personnages « Magiciens »

Rollin Hand (Martin Landau)

C’est l’agent qui sera choisi à chaque mission pour ses imitations de voix, les substitutions de personnages par l’utilisation des masques ou de déguisements, ses talents de tricheurs/manipulateurs de cartes etc…

Sur son dossier (photo) est écrit :
« Man of millions faces, Quick change – Illusion – Feats of disguise » (L’homme au millier de visages – Change rapide – Illusion – Art du déguisement)

Rollin Hand excelle donc dans tout ce qui nécessite de la dextérité, mais compte tenu de son rôle dans la mission, il devait rester direct et froid, parfois dur. C’est aussi le chef sur le terrain lorsque Jim Phelps est occupé ailleurs. Il est capable d’improviser et d’organiser l’équipe quand la mission tourne mal.
C’est le Magicien de la mission.
Il maîtrise le maquillage, la dissimulation. Il est imitateur, tricheur, manipulateur de cartes, pickpocket, pas étonnant qu’il soit nommé HAND !
Une partie de ses talents de magicien comprend également l’hypnose, ce qui est assez habile pour mettre ses coéquipiers en transe hypnotique pour résister par exemple aux longues heures d’interrogation.
Martin Landau raconte que juste avant de commencer “Mission Impossible” on lui a proposé le rôle de Monsieur Spock dans Star Trek. Il a choisi Mission Impossible car en tant qu’acteur il préférait ce que Bruce Geller avait imaginé pour lui, un rôle remarquable, une compagnie d’acteurs à lui tout seul.
Le rôle de spock sera interprété par Léonard Nimoy…qui remplacera Martin Landau dans « Mission Impossible » trois ans plus tard…

The Great Paris (Léonard Nimoy)

Un ancien Magicien devenu agent de Mission Impossible !

Paris était apparemment fils unique et son père quitta la maison à un âge précoce, un évènement qu’il ne lui pardonnera jamais.

Plus tard, Paris rencontre en Europe Meerghan, un célèbre magicien. Paris tombe amoureux de l’assistante de Meerghan, Inga, qui sera tuée par le magicien jaloux lors d’un numéro. (Voir l’épisode « Mon frère, Mon ennemi – Saison 5 – N° 6) dans lequel le Magicien Meerghan est joué par Tony Giorgio.

Deuxième maître de déguisement de l’IMF, mais contrairement à son prédécesseur Rollin Hand, Paris est discret et possède un esprit vif, peut-être d’ailleurs pour dissimuler ses problèmes émotionnels. Il a un faible pour les femmes en détresse, et a tendance à être malheureux en amour.
Paris est un magicien expérimenté, pickpocket, et maître dans l’art du déguisement, en mimétisme, capable d’imiter les voies de manière indétectable.

Dans l’épisode Le Faucon (The Falcon) – Saison 4 – N°13, 14 et 15 , il joue d’ailleurs le personnage du magicien Zastro. Tony Giorgio y joue un garde. (cf plus loin)

Léonard Nimoy est surtout connu pour son interprétation de Monsieur Spock dans Star Trek, un rôle qui, nous l’avons vu plus haut, devait revenir à Martin Landau.
Il restera deux ans dans son rôle de Paris, puis quittera la série.

Les épisodes « Magiques »

On recense des effets magiques (ou en rapport avec la magie) dans plusieurs épisodes de la série. Pour chaque épisode on fera note de la participation de nos 2 magiciens : William Read Woodfield pour son scénario et Tony Giorgio pour ses manipulations de cartes et/ou son rôle tenu dans l’épisode…

a) Enjeux (Odds on Evil) – Saison 1 – N°6

Ecrit par William Read Woodfield & Allan Balter

Le jeu sera un thème récurrent de la série et « Enjeux» l’inaugure avec panache.
Enjeux est la première aventure de la série mettant en scène un casino, sa roulette, ses parties de cartes et un affrontement entre deux joueurs dont l’un triche mieux que l’autre.

Le Badguy triche bien sûr : les cartes sont marquées et il les lit au moyen de verres de contact spéciaux. Rollin (Martin Landau) va se doter du même équipement, et pour remporter la mise au final, va s’aider d’un change de deux cartes grâce à un dispositif placé dans sa manche.

Le Badguy, littéralement décomposé au moment de l’effet final, laisse échapper : « C’est impossible ». Il a en fait été victime d’un vrai tour de magie.

b) L’Émeraude (The Emerald) – Saison 2 – N°18

Ecrit par William Read Woodfield & Allan Balter
Manipulation des cartes : Tony Giorgio

Comme “Enjeux”, “l’Emeraude” est construit autour d’une table de jeu. L’équipe de Mission : Impossible manipule deux Badguys l’un contre l’autre afin de récupérer une émeraude de grande valeur.
La table de jeu est munie d’un capteur qui lit les cartes et transmet l’information via des écouteurs placés dans les lunettes de Jim, le chef de l’équipe, qui communique ensuite l’info à Rollin qui peut tirer de sa manche une main gagnante à l’insu de son adversaire.
On observe dans cet épisode quelques manipulations de cartes : mélange, change, coupe d’une main … par Tony Giorgio !

c) Le Système (The System) – Saison 3 – N° 15

Tony Giorgio est un croupier

3ème épisode de la série mettant en scène un casino, « Le Système » est très visuel par sa façon d’être filmé en plans rapprochés au ras des tables de jeu.
La Magie est présente à travers plusieurs types de manipulations : change de dés, change de carte, empalmage d’un billet, donne en second…par Tony Giorgio !

d) Le Faucon (The Falcon) – Saison 4 – N°13, 14 et 15

Tony Giorgio joue un garde.

« Le Faucon » est le seul épisode de la série a être découpé en 3 parties.
Chaque épisode est un condensé de « l’esprit » de « Mission : Impossible » : une trame savamment orchestrée, l’existence de gadgets, machination, rebondissement dramatique etc… mais c’est aussi le seul épisode qui est en même temps un pur spectacle de magie avec un numéro joué par le Magicien Zastro, joué par Léonard Nimoy.
Le numéro comprend :
– Un « transfert de corps » entre Zastro, le magicien et Nicolaï, le roi d’un petit royaume.
Nicolaï entre dans la cabine de droite et Zastro dans celle de gauche. Dans les cabines, un échange aux normes « Mission impossible » a lieu : Zastro ôte son masque de Zastro et se transforme en Nicolaï (masque) pour ressortir de la cabine de gauche. (Il y avait donc 2 masques l’un sur l’autre !). Nicolaï lui est remplacé dans la cabine par un comparse grimé à l’avance en Zastro, qui ressort de la cabine de droite !
– Les prédictions de « Madame Vinsky ».
Grâce à un écouteur et à son faucon, Madame Vinsky lit dans les pensées, fait un certain nombre de prédictions et termine en annonçant une catastrophe… il y aura un (faux) meurtre…

e) Mon frère, mon ennemi (My Friend, My Enemy) – Saison 5 – N°6

Pas de magie dans cet épisode, pourtant Tony Giorgio joue Meerghan, un magicien…

Paris est capturé par un ancien adversaire qui lui implante dans le cerveau un appareil qui lui permet de le contrôler, efface sa mémoire et l’envoie assassiner son chef, Jim.

On apprend dans cet épisode que le magicien, Meerghan, avec qui Paris a travaillé, a tué son assistante Inga dont Paris était tombé amoureux.
Plus tard, le dispositif dans son cerveau fait que Paris « voit » Meerghan à la place de Jim et comme il souhaite tuer Meerghan, c’est Jim qu’il va tuer…mais l’équipe de Jim n’est pas loin…

f) Coup de poker (The Merchant) –  Saison 5 – N°23

Tony Giorgio est croupier
Cet épisode reprend les éléments d’épisodes antérieurs comme l’émeraude (voir plus haut), avec quelques variantes. La machination consiste comme toujours à dresser deux bad guys l’un contre l’autre en récupérant au cours d’une partie de poker truquée l’argent que le second a confié au premier.
Tony Giorgio est le donneur de cartes, pas de manipulation cette fois….

g) La Liaison (Lover’s Knot) – Saison 4 – N° 21

Tony Giorgio est croupier dans cet épisode comme dans « Le système » (saison 3) et « Coup de poker (Saison 5).

h) Mémoire (Memory) – Saison 1 – N°2

Dans cet épisode, l’équipe de Jim Phelps fait appel à Baresh (Albert Paulsen), homme doué d’une mémoire prodigieuse…

i) Voyance (The Psychic) – Saison 1 – N°28

Ecrit par William Read Woodfield & Allan balter, Voyance fait appel à deux trucs épatants.
Le premier, un miroir de magicien, permet à Barney de se cacher sous une table sans être vu. Le second est un bras mobile qui, placé sous une table de poker, permet à Rollin d’échanger des cartes ou des billets.

j) Le Marché (The Bargain)- Saison 3 – N°10

L’équipe de « Mission Impossible » utilise des gadgets destinés à faire croire au bad guy qu’il a des prémonitions : lecture de cartes faces en bas (les cartes sont truquées et peuvent être lues grâce à un éclairage particulier), écoute de conversation avant qu’elles n’aient eu lieu etc…

k) Le Sceau (The Seal) – Saison 2 – N° 9

William Read Woodfield & Allan balter ont construit leur scénario autour du chat “Rusty” qui est sans aucun doute la vedette de cet épisode dont le suspens est total.
Curiosité de l’épisode, Rollin Hand joue un mage oriental. Il présente deux effets : il fait bouillir de l’eau en tenant un bocal entre ses mains…et il réussi une lévitation, en fait il place un ballon sous un drap ce qui lui permet de faire diversion et de s’éclipser dans une pièce voisine…

A Lire aussi

Vingt ans Après

Une seconde série, intitulée « Mission impossible, 20 ans après » en 35 épisodes a été diffusée entre 1988 et 1990 .
Si l’esprit général de « Mission Impossible » est toujours présent, ainsi que Peter Graves qui reprend le rôle, les scénarios sont loin d’avoir la rigueur de travail de William Read Woodfield & Allan balter. Sans retrouver le machiavélisme et le côté implacable de l’intrigue, la Magie n’est plus la même…

Films

Quatre films, Mission : Impossible (1996), Mission : Impossible 2 (2000), Mission : Impossible 3 (2006), Mission : Impossible 4 – Protocole Fantôme (2011) ont été produits par Tom Cruise. Un Mission : Impossible 5 est annoncé pour 2015…
Le premier film s’inspire de l’esprit général de « Mission Impossible », y compris le générique et bien sûr la musique. Dès la première scène du film on retrouve la machination, les faux décors, les masques etc, le ton est donné même si la suite du scénario trahit quelque peu l’histoire et la mémoire de la série originelle. Peter Graves lui-même aurait refusé de reprendre le rôle de Jim Phelps, détestant que le scénario fasse de lui un traître…
Le personnage « magicien » de Rollin Hand est remplacé par celui de Ethan Hunt, joué par Tom Cruise, qui deviendra le chef de l’équipe de l’IMF pour les films suivants…
Coté Magie, seul le premier film y fait allusion avec la disparition d’une disquette exécutée par Ethan Hunt …mais ce sera tout…

Sur l’ensemble des 4 films, pour surpendre le spectateur, les scénaristes ont plutôt fait appel à l’utilisation des masques, toujours très visuelle et efficace, et qui reste finalement la signature la plus amusante de la série.
On peut regretter bien sûr qu’il n’y ait pas plus de références magiques dans ces superproductions qui laissent une plus grande place aux scènes d’action qu’à la subtilité des situations, à la suggestion, au côté intelligent et logique de la mission.

Liste des épisodes de «Mission Impossible »
(en gras « les épisodes magiques »)

Première saison (1966-1967)
1 (1- 1) : Complot à Santa Costa (Pilot)
2 (1- 2) : Mémoire (Memory)
3 (1- 3) : Opération Rogosh (Operation Rogosh)
4 (1- 4) : Les Baladins de la liberté [1/2] (Old Man Out [1/2])
5 (1- 5) : Les Baladins de la liberté [2/2] (Old Man Out [2/2])
6 (1- 6) : Enjeux (Odds on Evil)
7 (1- 7) : Élections à Valeria (Wheels)
8 (1- 8) : La Rançon (The Ransom)
9 (1- 9) : La guerre était au bout du fil (A Spool There Was)
10 (1-10) : Meurtre en différé (The Carriers)
11 (1-11) : Médium (Zubrownik’s Ghost)
12 (1-12) : Extradition (Fake Out)
13 (1-13) : Elena (Elena)
14 (1-14) : Le Conflit (The Short Tail Spy)
15 (1-15) : L’Héritage (The Legacy)
16 (1-16) : Le Choix (The Reluctant Dragon)
17 (1-17) : Coup monté (The Frame)
18 (1-18) : Le Jugement (The Trial)
19 (1-19) : Le Diamant (The Diamond)
20 (1-20) : La Légende (The Legend)
21 (1-21) : Enfer à Boradur (Snowball in Hell)
22 (1-22) : Les Aveux (The Confession)
23 (1-23) : Silence, on tourne (Action)
24 (1-24) : Le Train (The Train)
25 (1-25) : Traitement de choc (Shock)
26 (1-26) : Un morceau de sucre (A cube of Sugar)
27 (1-27) : Le Traître (The traitor)
28 (1-28) : Voyance (The psychic)
Deuxième saison (1967-1968)
29 (2- 1) : La Veuve (The Widow)
30 (2- 2) : Le Trésor (Trek)
31 (2- 3) : Les Survivants (The Survivors)
32 (2- 4) : La Banque (The Bank)
33 (2- 5) : L’Esclave [1/2] (The Slave [1/2])
34 (2- 6) : L’Esclave [2/2] (The Slave [2/2])
35 (2- 7) : Opération Cœur (Operation Heart)
36 (2- 8) : Le Faussaire du Ghalea (The Money Machine)
37 (2- 9) : Le Sceau (The Seal)
38 (2-10) : Charité (Charity)
39 (2-11) : Le Conseil [1/2] (The Council [1/2])
40 (2-12) : Le Conseil [2/2] (The Council [2/2])
41 (2-13) : L’Astrologue (The Astrologer)
42 (2-14) : Réminiscence (Echo of Yesterday)
43 (2-15) : Le Photographe (The Photographer)
44 (2-16) : L’Espionne (The Spy)
45 (2-17) : Échec et Mat (A Game of Chess)
46 (2-18) : L’Émeraude (The Emerald)
47 (2-19) : Le Condamné (The Condemned)
48 (2-20) : Le Faussaire (The Counterfeiter)
49 (2-21) : La Ville (The Town)
50 (2-22) : Crimes (The Killing)
51 (2-23) : Le Phénix (The Phoenix)
52 (2-24) : Jugement de violence (Trial by Fury)
53 (2-25) : L’Accident (Recovery)
Troisième saison (1968-1969)
54 (3- 1) : Princesse Céline (The Hair Apparent)
55 (3- 2) : Combats [1/2] (The Contender [1/2])
56 (3- 3) : Combats [2/2] (The Contender [2/2])
57 (3- 4) : Les Mercenaires (The Mercenaries)
58 (3- 5) : L’Exécution (The Execution)
59 (3- 6) : Le Cardinal (The Cardinal)
60 (3- 7) : Jouvence (The Elixir)
61 (3- 8) : Le Diplomate (The Diplomat)
62 (3- 9) : Au sommet (The Play)
63 (3-10) : Le Marché (The Bargain)
64 (3-11) : L’Hibernation (The Freeze)
65 (3-12) : L’Échange (The Exchange)
66 (3-13) : Operation Intelligence (The Mind of Stefan Miklos)
67 (3-14) : Extermination (The Test Case)
68 (3-15) : Le Système (The System)
69 (3-16) : La Cage de Verre (The Glass Cage)
70 (3-17) : Au plus offrant (Doomsday)
71 (3-18) : L’Appât vivant (Live Bait)
72 (3-19) : Le Bunker [1/2] (The Bunker [1/2])
73 (3-20) : Le Bunker [2/2] (The Bunker [2/2])
74 (3-21) : Nitro (Nitro)
75 (3-22) : Nicole (Nicole)
76 (3-23) : Les 40 millions du Président (The Vault)
77 (3-24) : Illusion (Illusion)
78 (3-25) : L’Interrogatoire (The Interrogator)
Quatrième saison (1969-1970)
79 (4- 1) : Le Code (The Code)
80 (4- 2) : Alerte (The Numbers Game)
81 (4- 3) : B-230 [1/2] (The Controllers [1/2])
82 (4- 4) : B-230 [2/2] (The Controllers [2/2])
83 (4- 5) : De l’or… pour des prunes (Fool’s Gold)
84 (4- 6) : Le Commandant (Commandante)
85 (4- 7) : Le Successeur (Mastermind)
86 (4- 8) : Le Robot (The Robot)
87 (4- 9) : Le Bouddha de Pékin (The Double Circle)
88 (4-10) : Les Frères (The Brothers)
89 (4-11) : Attentat nucléaire (Time Bomb)
90 (4-12) : Amnésie (The Amnesiac)
91 (4-13) : Le Faucon [1/3] (The Falcon [1/3])
92 (4-14) : Le Faucon [2/3] (The Falcon [2/3])
93 (4-15) : Le Faucon [3/3] (The Falcon [3/3])
94 (4-16) : Le Sous-marin (Submarine)
95 (4-17) : Chico (Chico)
96 (4-18) : Gitano (Gitano)
97 (4-19) : Fantômes (Phantoms)
98 (4-20) : La Terreur (Terror)
99 (4-21) : La Liaison (Lover’s Knot)
100 (4-22) : Orphée (Orpheus)
101 (4-23) : La Cachette (The Crane)
102 (4-24) : Les Brigades de la mort (Death Squad)
103 (4-25) : Le Sosie (The Choice)
104 (4-26) : Le Fils prodigue (The Martyr)

Cinquième saison (1970-1971)
105 (5- 1) : Killer (The Killer)
106 (5- 2) : Trafic (Flip Side)
107 (5- 3) : L’Innocent (The Innocent)
108 (5- 4) : Retour au Pays (Homecoming)
109 (5- 5) : Vol Direct (Flight)
110 (5- 6) : Mon frère, mon ennemi (My Friend, My Enemy)
111 (5- 7) : Butterfly (Butterfly)
112 (5- 8) : Anna (Decoy)
113 (5- 9) : L’Amateur (The Amateur)
114 (5-10) : Le Fugitif (Hunted)
115 (5-11) : Le Rebelle (The Rebel)
116 (5-12) : Double Jeu (Squeeze Play)
117 (5-13) : L’Otage (The Hostage)
118 (5-14) : L’Agitateur (Takeover)
119 (5-15) : Tromperie (Cat’s Paw)
120 (5-16) : Le Missile (The Missile)
121 (5-17) : Une Île sur l’Adriatique (The Field)
122 (5-18) : La Maison des otages (Blast)
123 (5-19) : Le Catafalque (The Catafalque)
124 (5-20) : Kitara (Kitara)
125 (5-21) : Le Fantôme (A Ghost Story)
126 (5-22) : La Réception (The Party)
127 (5-23) : Coup de poker (The Merchant)
Sixième saison (1971-1972)
128 (6- 1) : L’Aveugle (Blind)
129 (6- 2) : Encore (Encore)
130 (6- 3) : Le Téléphérique (The Tram)
131 (6- 4) : Lavage de cerveau (Mindbend)
132 (6- 5) : Le Pendu de l’Orion (Shape Up)
133 (6- 6) : Le cœur a ses raisons (The Miracle)
134 (6- 7) : Thérapie de groupe (Encounter)
135 (6- 8) : Les Diamants sous la mer (Underwater)
136 (6- 9) : L’invasion (Invasion)
137 (6-10) : Chantage (Blues)
138 (6-11) : L’immortel (The Visitors)
139 (6-12) : Gaz (Nerves)
140 (6-13) : Champ de courses (Run for the Money)
141 (6-14) : Les Fleurs du mal (The Connection)
142 (6-15) : La Fiancée (The Bride)
143 (6-16) : La Pellicule (Stone Pillow)
144 (6-17) : Reflet (Image)
145 (6-18) : La Vérité (Committed)
146 (6-19) : La Mallette (Bag Woman)
147 (6-20) : Le Piège (Double Head)
148 (6-21) : Casino (Casino)
149 (6-22) : Esprit de famille (Trapped)
Septième saison (1972-1973)
150 (7- 1) : Billard électronique (Break)
151 (7- 2) : L’An 2000 (Two Thousand)
152 (7- 3) : Cinq millions à la clé (The Deal)
153 (7- 4) : Leona (Leona)
154 (7- 5) : L’Arme absolue (Tod-5)
155 (7- 6) : Inspecteur Barney (Cocaine)
156 (7- 7) : Le Prix du silence (Underground)
157 (7- 8) : Le Film (Movie)
158 (7- 9) : Faux Témoin (Hit)
159 (7-10) : L’Ultimatum (Ultimatum)
160 (7-11) : La Lettre (Kidnap)
161 (7-12) : Hypnose (Crack Up)
162 (7-13) : Le Pantin (The Puppet)
163 (7-14) : Vaudou (Incarnate)
164 (7-15) : La Veuve noire (Boomerang)
165 (7-16) : La question (The Question)
166 (7-17) : Source de vie (The Fountain)
167 (7-18) : La Fraude (Fighter)
168 (7-19) : Trafic de Speed (Speed)
169 (7-20) : Opération crépuscule (The Pendulum)
170 (7-21) : Western (The Western)
171 (7-22) : La Couronne de Marnsburg (Imitation)

Conclusion

C’est l’impossible qui guide la vie des hommes.

Le monde progresse grâce aux gestes et aux actions qui semblent, à un moment donné, impossibles. L’impossible ne serait-t-il donc pas une limite, que la société ou chacun de nous-mêmes se fixerait, et qui serait ce que nous considérons être au-delà du possible, au-delà de nos limites, à un moment donné ?

Le fait que quelque chose n’ait pas encore été accomplie n’est pas la preuve de son impossibilité. Cela signifie seulement que ce n’est juste pas encore arrivé !
L’histoire a prouvé maintes et maintes fois que certaines théories de la science étaient simplement erronées et que certaines limites physiques que l’on croyait insurmontables ont été finalement dépassées.
Marcher sur la Lune semblait irréalisable jusqu’au jour ou l’homme a réussi…
« Il faut tendre vers l’impossible : les grands exploits à travers l’histoire ont été la conquête de ce qui semblait impossible. » de Charlie Chaplin, Extrait de « Ma vie »

La réponse à l’impossible n’est-elle pas le centre même des choix de nos vies… Il faut donc perturber l’acquis, contester la norme, refuser l’évidence… Ce n’est que ceux qui sont allés chercher leur impossible, leur rêve, qui savent que c’est possible…

« Mission : Impossible », c’est comme de la magie.

La mise en scène, le défi de la mission, le secret, les gimmicks et les masques, les ambiguïtés, les fausses-vraies informations, les astuces, les accessoires, les machineries compliquées, mais aussi le sentiment d’être intelligent, le sentiment d’avoir compris mais en même temps d’avoir été mené en bateau, fait que des années après on se remémore encore certaines scènes frappantes de la série.
« Mission : Impossible », on le sent bien, n’est pas un simple feuilleton de télévision ! C’est du théâtre, de la comédie, du spectacle…ou les objets, les décors mais aussi les personnages eux-mêmes sont truqués !
Comme en magie, nous sommes à la fois enfant et adulte.
L’enfant que nous sommes aime l’aventure, les péripéties, les situations étranges…L’adulte aime comprendre comment cela est fabriqué et en savoir plus…
En regardant « Mission : Impossible », nous sommes, comme en magie, à la fois enfant et adulte, ou le plaisir du premier se confond avec celui du second.

Comme en magie, l’objectif n’est pas la vraisemblance, mais l’effet.
Il y a bien des faits et gestes un peu confus, des phénomènes inexpliqués qui nous agacent mais qui en même temps qui nous invitent à vouloir en voir plus…
Comme souvent en magie, quelle que soit la virtuosité des situations, ou de certains effets spectaculaires, les effets les plus étonnants témoignent d’une économie de moyens et d’une simplicité d’une efficacité redoutable.

La suggestion, la comédie, la mise en scène font l’essentiel, l’imaginaire du spectateur fait le reste.

Une sélection de citations sur l’impossible

« Soyez réalistes : demandez l’impossible. » de Ernesto « Che » Guevara

« En nous efforçant d’atteindre l’inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable. » Paul Watzlawick

« Agissez comme s’il était impossible d’échouer. » de Winston Churchill

« La chose difficile, nous la faisons immédiatement ; l’impossible prend un peu plus de temps. » Extrait de Devise de l’armée de l’air américaine

« Rien n’est impossible pour l’homme qui n’a pas à le faire soi-même. » de A. H. Weiller

« Il faut tendre vers l’impossible : les grands exploits à travers l’histoire ont été la conquête de ce qui semblait impossible. » de Charlie Chaplin, Extrait de Ma vie

« On commence par dire : cela est impossible pour se dispenser de le tenter, et cela devient impossible, en effet, parce qu’on ne le tente pas. » de Charles Fourier

« Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait. » Marcel Pagnol

« Impossible n’est pas français. » de Napoléon Bonaparte

« A coeur vaillant, rien d’impossible. » de Jacques Coeur

« A l’impossible nul n’est tenu. » Proverbe Français

« Rien n’est plus imminent que l’impossible. » de Victor Hugo

« Il n’y a qu’une seule chose qui rend un rêve impossible à réaliser : La peur de l’échec. » Paulo Coelho

Le monde entier est un cactus, il est impossible de s’asseoir. Jacques Dutronc

« L’impossible est le refuge des poltrons. » de Napoléon Bonaparte

« Quand c’est impossible, c’est plus long. » de Donald Westlake
Sources & Bibliographie & Liens
Mission impossible de Alain Carrazé et Martin Winckler aux Ed.Huitième Art (Néo) avec des interviews de Barbara Bain, Peter Graves, Martin Landau et Greg Morris. (1993)
Mission impossible, Opérations intelligence de Didier Liardet aux Éditions DLM. (1995)
Le Magicien N°134 -1994 – Logique de l’impossible – Jean-Jacques SANVERT
http://en.wikipedia.org/wiki/William_Woodfield
http://www.larryjennings.com/
http://www.tonygiorgio.com/

https://geniimagazine.com/