Le tour « Out to lunch » a une valeur sentimentale pour moi.

Il se trouve décrit dans le premier grand livre sur le mentalisme qui m’ait fasciné Mind, Myth & Magic de Thomas Allen WATERS sous le nom «O.T.L. Omega ».

Il est situé dans le deuxième chapitre du volume 1, « Cerberus », page 91, où sont détaillées plusieurs routines de triple prédiction.

Dans la routine que décrit Waters, il n’est pas employé de demi-cartes ; tout ce qui est nécessaire, ce sont des fiches de petit format, un élastique, et un stylo.

La préparation ne prend qu’une minute ou deux.

Pour vous donner une petite idée d’une version avec demi-carte, je vous présente la version de Nilt publiée sur Virtual Magie :

« Le magicien sort un bloc de cartes de visite (entouré d’un ruban élastique) de son portefeuille.
Il dessine grossièrement un bonhomme censé représenter le spectateur sur une table.
Le spectateur est invité à signer le bas de la carte sous ce dessin afin de l’authentifier.
Le magicien met la carte dans les mains du spectateur, et dans les mains de celui-ci, le dessin se modifie : l’image du spectateur avec la table a disparu, laissant place à un petit panneau sur lequel est indiqué : « Out to lunch! » (parti manger !)

Soit dit en passant, ce tour est vraiment un des meilleurs pour offrir votre carte de visite à un spectateur ! »

Le principe utilisé dans le tour Out to Lunch est celui d’une demi-carte qui, placée par-dessus une carte entière et alignée avec celle-ci à une extrémité, recouvre et cache une moitié de la carte entière.

Un élastique passé autour du paquet de cartes dissimule l’autre extrémité de la demi-carte qui paraît donc être une carte entière.

Avec un paquet ainsi préparé, tout ce qui est écrit sur la carte entière dans l’espace qui se trouve directement sous la demi-carte est invisible, et le point fort (repris et adapté de l’ardoise spirite), c’est que la carte apparemment vierge peut être signée par le spectateur.

J’ai eu un nouveau flash sur cet effet en lisant la présentation qu’en a tirée le mentaliste Julien LOSA dans Conspiration[s] 3, qu’il a appelée « Détraqué(e) ».

Un livre remarquable est sorti sur le sujet en anglais au Canada en 2008 Lunch is served de Paul ROHMANY et TC TAHOE avec quand même, excusez du peu, les contributions de BANACHEK, David REGAL, Christopher TAYLOR, Kenton KNEPPER, etc…, etc…, et un historique remarquablement documenté de Max MAVEN.

Récemment a été publié en 2013 chez « Marchand de Trucs », Out to Lunch (le best of), une traduction du livre Stockholder de l’éditeur «Magicsmith » (1995) qui donne de nouvelles suggestions de présentations de ce tour. Je vous en parlerai dans un prochain article.

Historiquement, ce tour a plusieurs pères ; le principe de base a été utilisé par Edward BAGSHAWE dans « The Recurring Name », décrit dans Twenty Magical Novelties (1930), page 57, et repris par Audley WALSH dans Open Minds publié dans le n°81 de la revue The Jinx, page 523 (que vous trouverez sous le nom « Esprits ouverts », page 406, de Mentalisme pratique de Theodore ANNEMANN).

Mais sa dernière manifestation est celle qui a été commercialisée sous forme d’un tour de poche par Bob ELLIS et Clare CUMMINGS sous le nom de « Out to Lunch » (1946) et la plupart des auteurs qui s’y sont référés depuis citent cette version comme point de départ.

Si vous voulez avoir encore plus de détails, lisez dans Lunch is Served de Paul Rohmany et TC Tahoe, le chapitre « Out To Lunch History » rédigé par Max MAVEN.

Cependant, récemment, l’historien de la magie Bill KALUSH a encore trouvé trois livres qui décrivent des antériorités sur ce principe depuis le dix-septième siècle. Voir sur le site « Conjuring Credits, The Origins of Wonder »,   :

  1. Trésor des secrets inestimables pour la conservation du corps humain (1630) par Seigneur RONDIN et deux manuscrits inédits publiés dans sa revue « Gibecière »,
  2. Sloane 424 datant des environs de 1600, p. 160, et
  3. The Asti Manuscript, datant lui d’à peu près 1700, p.58. Pendant la seconde moitié du dix-neuvième siècle, l’idée a été appliquée à l’écriture sur ardoise (voir par exemple «The Interrupted Flap» dans le livre de William ROBINSON Spirit Slate Writing et Kindred Phenomena , 1898, p.47).
> Réagissez à cet article sur le forum !
​​
Imaginarium​
Imaginarium​
Imaginarium​
Imaginarium​